Lucie Monin, artisan en or

Lucie Monin


Le luxe est un mot si galvaudé qu'on peine à être surpris. Aujourd'hui, tout est luxe. C'est facile, de faire du luxe : vous collez une bonne dose d'or, rajoutez une louche de marbre, de bronze et de velours rouge à glands, et vous avez la version Versace. Avec des meubles en résine droits comme des ailes d'avion, un peu de papier froissé et de métal brossé, une rasade de zéros sur le prix, vous voilà dans le néoluxe  façon designer du Marais.
Ajoutez dans les deux cas une vendeuse hautaine, une brochure léchée, un site en flash truc-muche et vous pouvez vous enorgueillir de servir la crème à l'élite. Enfin, c'est en tout cas la sauce un peu indigeste que j'ai le sentiment de boire matin et soir (non que je baigne dans le luxe mais c'est ce que beaucoup de marques et de maisons nous matraquent à longueur de magazines et de communiqués de presse). Pourtant, tout le monde sait que le luxe ne se réduit pas à une accumulation de matériaux coûteux ou une mise en scène tapageuse.

 En surfant au hasard sur un blog, j'ai découvert le site de Lucie Monin. Je suis restée sous le charme. Et j'ai pensé très clairement : "voilà du vrai luxe!" Un sentiment de joie, de plaisir, de gaieté m'a envahie. Le site de Lucie est tout simple, son concept plus encore et c'est exactement ce qui m'a séduit. Formée à la dorure sur reliure, elle a un jour voulu tenter de dorer autre chose. Des chaussures, des vêtements, des sacs... Et de fil en aiguille, Lucie est devenue customisatrice de luxe. Elle personnalise à la demande des objets en les marquant à l'or fin de dessins originaux, d'initiales ou d'un texte... comme on le ferait avec un vieil ouvrage. Je suis tombée amoureuse quand j'ai vu ces bottines :


"Lorsque j’étudiais au Centre des Arts du Livre," explique-t-elle, " ma fascination pour la dorure, son savoir-faire, et l’or en tant que matière m’a amené au bout de 3 ans sur une idée/ envie très forte : revisiter cela et le placer en exergue à travers l’univers contemporain de la mode et du design. Ces dorures subliment les livres anciens et j’y suis très sensible, mais la restauration ne laisse pas de place à la création. J’ai donc crée un style de décor et mon parti -pris a toujours été de tout réaliser à la main pour apporter une valeur ajoutée. Je propose donc actuellement des customisations pour des pièces d’exceptions ou collections éditions limitée et propose également des personnalisations d’initiales ou messages en direct, dans le cadre d'événements." Un genre de performance, mais dorée sur tranche et ces attractions ont de plus en plus de succès.
Elle a ainsi collaboré avec Maison Cottin, Histoire de Voir, DocMartens, Maison Fabre, Valéry Damon, Veja, Walter Steiger ou Cuisine Française. "Bien sûr, je suis aussi ravie de recevoir des particuliers et d'apporter une touche très singulière sur leur accessoire. Cela peut être une chaussure, une ceinture, un bijou en cuir ou cuir exotique, une cover I-pad, un sac à main, une pochette…" ajoute-t-elle.


Lucie utilise l’or, l’argent et la couleur. Elle m'a confié qu'elle souhaiterait aussi expérimenter ce travail de dorure sur des matières plastiques et des matériaux d'architecture d'intérieur. Bref, à 29 ans, elle est pleine de curiosité et d'inventivité. Son imagination et son perfectionnisme lui ont permis de faire revivre de façon totalement originale un art séculaire, pour le partager à tous. Voilà ce que je trouve merveilleux. Merci, Lucie! Le nouveau luxe est là.
Pour découvrir son travail et contacter Lucie, c'est sur son site : Lucie Monin


Et les 14/15  et  21/22  décembre 2013, elle fera une personnalisation en direct pour la Maison Fabre, 
au sein du concept store Merci, à Paris.



source photos : Lucie Monin

stelda

16 commentaires:

  1. wow c'est super joli et il fallait y penser ! la première paire est dingue !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombée raide dingue de ces boots!

      Supprimer
  2. C'est une idée géniale ! Au final, le luxe ce n'est pas un savoir faire particulier et de longues heures de travail plutôt que des pièces clinquantes et hors de prix ?
    D'ailleurs, avec mes collègues, nous avons justement parlé du luxe, notamment Hermès. L'une d'elle avait ramené 2 montres Hermès pour faire changer la pile pour des amis, et a demandé à ce qu'elles soient changées pour le samedi (elle les a apporté mardi). Sur quoi ils lui ont répondu "ce n'est pas possible madame, nous devons apporter ces montres dans une bijouterie en particulier et nous n'aurons pas le temps. Mais si vous y allez vous même, ça ira plus vite". A 1000€ le premier prix, j'ai trouvé ça très moyen...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, "c'est le temps que tu penses avec ta rose"... ;-) Suis sidérée par l'anecdote que tu rapportes. Je pensais que Hermès était un cran au-dessus.

      Supprimer
  3. Les DocMart personnalisé ainsi, le gag ! :)
    C'est du beau travail, et vous avez raison, le luxe c'est quelque chose de différent de ce que nous trouvons souvent dans les boutiques branchées, ce que nous appelons souvent du pur snobisme d'ailleurs. Ici le luxe c'est que quelqu'un ait consacré son temps et son savoir faire à vous fournir un article que pour vous, luxe et quel plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est drôle, n'est-ce pas ? Des pièces si roots customisées d'une manière ancestrale, le décalage est génial. Et comme les Doc ont une durée de vie impressionnante, ça vaut le coup.

      Supprimer
  4. Belle découverte. C'est vraiment très beau, mais ma seule interrogation reste la résistance au temps … bon, je sais, je suis rabat joie. Bon WE Stelda.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non : tu as les pieds sur terre. Je pense que la résistance doit être assez grande : les dorures des vieux livres traversaient les âges ;-)

      Supprimer
  5. C'est extraordinaire! Je suis pleine d'admiration et d'envie pour ce travail magnifique et pour le courage de se lancer dans un projet aussi inattendu... Bravo Lucie et merci Stelda! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucie a vraiment eu une idée géniale en transposant à des objets quotidiens un savoir-faire si rare. Je suis contente que vous appréciez toutes autant son travail.

      Supprimer
  6. Alors je suis bien d accord avec toi, c est du luxe !
    C est beau, le temps de le faire faire est aussi un luxe :)
    Et puis je rajouterais c est raffiné pour etre certaine d etre claire

    Merci pour cette découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison : prendre le temps de le faire est aussi un cadeau :). J'ai aussi aimé le fait que c'est un luxe qui n'est pas élitiste : Lucie adapte le dessin à chacun et à l'objet qu'il lui amène. que ce soit une paire de Doc ou un Kelly, elle voit juste un objet à personnaliser pour faire plaisir à un client.

      Supprimer
  7. J'ai été faire un tour sur son site... Le travail de cette jeune femme est exactement l'idée que je me fais du luxe. Ce n'est pas une question de prix ou de quartier (certains pensent qu'il suffit de s'implanter dans le bon "arrondissement" pour nous faire avaler des produits à 4 zéros.. mais c'est un autre débat)... Mais une affaire de créativité, de finesse et d'art...
    Merci pour celle belle découverte Stelda !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouahhhh, c'est vrai, on oublie le coup de l'arrondissement :D. Cette découverte m'a enthousiasmée, j'avoue.

      Supprimer
  8. j'adore la première paire même si je ne saurais pas marcher avec et les docs basses, j'adore et celles là par contre je les veux bien !!!! Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui est chouette dans le travail de Lucie :) Il y en a pour tous les goûts! Biz, Valentina

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox