Richard Avedon : loin des clichés

Parmi les photographes de mode, mon chouchou est Richard Avedon. Sans doute parce que la mode a été pour lui un sujet parmi d'autres et qu'il ne s'est pas contenté de figer le vêtement. Son inspiration, c'était l'être et l'instant. Ses photos les plus glamours ont l'intensité des photos de guerre.

Marylin - Richard Avedon
Sur cette photo, Marylin n'est pas une star. Elle est juste une femme un peu triste et désemparée.
Avedon s’intéressait aux personnes, pas à la mode. Ce qu’il voulait photographier, c’était les sentiments et les émotions de ses modèles. Son succès vient de la fraîcheur de son style et de sa technique, mais aussi de sa conception de la photographie de mode. Suzy Parker écrira d'ailleurs qu'il est « the most wonderful man in the business because he realizes that models are not just coat hangers » (« il est le plus merveilleux des hommes dans le secteur (de la photographie) car il s'est rendu compte que les modèles ne sont pas de simples cintres* »). (extrait de l'excellent article de Photogenique sur Richard Avedon)
*C'est bizarre, c'est exactement le contraire de ce que disait un photographe très imbu de lui-même et sûr de son talent ... 


Richard Avedon découvre la photo à l'âge de 10 ans. Sa carrière commence dans la marine, en tant que photographe d'identité militaire... Forcément, soit tu transcendes le truc, soit tu déprimes. Il a transcendé (même si je le soupçonne d'avoir conservé un grain de pessimisme).
Avedon est devenu le maître de la photographie de mode (il était d'ailleurs le photographe le mieux payé au monde) presque sur un malentendu. Quand il commence à photographier pour des magazines, il est le premier à emmener les mannequins loin des studios et des salons pour les faire danser dans les rues, au jardin d'acclimatation, dans les bistrots. La photo de mode n'est plus descriptive, elle devient une mise en scène. Cette approche inédite aurait pu faire fuir les couturiers mais bien au contraire, ils se l'arrachent. De Dior à Cardin en passant par Versace, Avedon a photographié encore et encore la mode sous toutes les coutures. 


Dovima et les éléphants (robe Dior) - 1955 - photo de Richard Avedon

A partir de 1946, Avedon ouvre son propre studio. Il devient directeur photo chez Harper's Bazaar, puis il rejoint Vogue dans les années 60. 
Richard Avedon n'est pas un photographe de mode mais il a a révolutionné la photo de mode : il a dépassé le vêtement en tant qu'objet et y a vu de la vie. La mise en scène, souvent dépouillée, est créée par le mouvement et il joue beaucoup sur les formes. Ses photos sont très graphiques, construites de façon presque architecturales.

Catherine Deneuve - photo de Richard Avedon

Avedon n'a jamais fait de nature morte : il s'intéresse d'abord aux visages et aux âmes. Cette curiosité, cette aptitude à lire en autrui éclatent dans ses portraits. Quelqu'un a dit : "Les stars vont poser chez Avedon en espérant en apprendre sur elles-mêmes". Il révèle les gens. Il met en lumière des faces cachées. Pour moi, cet homme est l'un des plus grands portraitistes de l'histoire, son talent est à la limite de la magie.
Il photographie exactement de la même façon des malades dans les hôpitaux psychiatriques, des manifestants contre la guerre du Viet Nam, des mannequins ultra glamour ou des mineurs. 

In the American West - photo de Richard Avedon
Natassja Kinski - 1982 - photo de Richard Avedon
aujourd'hui, cette photo serait retouchée sur le pli du genou, le ventre, la fesse...

Lorsqu'on met en parallèle les inconnus de sa série In the American West avec ses portraits de célébrités, la frontière semble bien mince entre richesse et pauvreté, gloire et anonymat.

Galliano - 1999 - photo de Richard Avedon

Roberto Lopez (In The American West) - 1980 - photo de Richard Avedon

Il ne s'arrête en aucun cas à l'apparence, aucune de ses photos n'est cliché. Mais paradoxalement, il recherche rarement la mise en scène outrancière et aujourd'hui encore, Avedon est considéré comme la référence du style a minima. Et lorsque je regarde ses oeuvres, j'ai l'impression qu'il a tout inventé, j'y lis l'inspiration de bien des photographes de mode qui l'ont suivi.

Il y aurait beaucoup à dire sur Avedon. Mon but est plutôt de transmettre l'admiration que je porte à ses photos que rédiger une présentation exhaustive de ses oeuvres ; d'ailleurs, quasiment tous ses clichés sont connus! on ne sait pas toujours que c'est de lui mais elles sont imprimées dans notre rétine.
Son approche presque naturaliste a parfois choqué (sa série In the American West a été rejeté par beaucoup aux Etats unis, la série de photos exposée au MOMA où il montre l'évolution du cancer de son père est terrible) mais elle est le signe d'une faille, d'un déséquilibre qu'il a su compenser par son art presque diabolique. Il y a quelque chose de surnaturel chez Avedon qui lit dans les êtres en montrant juste leur corps. Les fous ont une lucidité incroyable.

In the Memory of the late Mr & Mrs Comfort (1995) - photo de Richard Avedon

In the Memory of the late Mr & Mrs Comfort (1995) - photo de Richard Avedon

In the Memory of the late Mr & Mrs Comfort (1995) - photo de Richard Avedon
"Avedon isole ainsi le personnage mis en portrait, le rend le plus nu possible de façon à le représenter le plus vulnérable possible ; il atteint ainsi, par le dépouillement, une violence qui met mal à l'aise. Cette violence ressentie par le spectateur est celle directement faite au sujet, toujours nié dans sa culture, dans l'altérité de son vécu et de sa pensée, et toujours victime d'une prise de vue viscéralement pessimiste, puisque unilatéralement limitée au corps.
La photographie d'Avedon est finalement une photographie sans respect pour l'homme, sans trace de culture, où le sujet n’est décrit qu’en tant que corps : pas d'information sur le personnage autre que l'évidence de sa pose, souvent laissée à la discrétion du modèle ; juste parfois les traces de sueur ou le charbon sur les vêtements d’un mineur ; quasiment rien ne témoigne réellement de la vie ou des goûts de la personne représentée, et il s'il reste quelque-chose, il s’agit tout au plus de garder des indices que le sujet a été attaqué ou est en défense : bras croisés du politique ou chemise charbonneuse de l'ouvrier.

La photo passe donc violemment le très pessimiste message qu’on ne peut jamais rien être au-delà de son corps. Avedon nous offre ainsi une photographie triste, violente et acculturée. Symboliquement même l’être humain chez Avedon est presque une impureté, une tache noire sur le blanc du fond, forcément condamnée à disparaître." (extrait de Galerie Photo)

The Kennedys - 1961 - photo de Richard Avedon

 Ses séries majeures : 
  • In the American west (1976 à 1980) : plus de 100 portraits d'américains : jeunes, vieux, hommes, femmes, ouvriers, chômeurs, fermiers, commerçants, agriculteurs, mineurs...
  • The Kennedys (1961) : une série de portraits de famille incroyable où deux icônes de l'Histoire sont rappelés à leur statut de couple petits-bourgeois
  • Fresque des membres de la Factory (1969)
  • In the Memory of the late Mr & Mrs Comfort (1995) : un travail inspiré des vanités qui sort de son style habituel
Il a travaillé pour Harper's Bazaar, Vogue, Life, Egoïste, Theatre Arts, Look, Newsweek...

Le site officiel : Fondation Richard Avedon, pour voir l'ensemble de son oeuvre.

The Beatles - 1968 - photo de Richard Avedon

A lire : 

Richard Avedon: Photographs 1946-2004 de Richard Avedon (Louisiana Museum of Modern Art - 2007)


Avedon Fashion 1944-2000 de Vince Aletti, Carol Squiers et Philippe Garner (Editions de la Martinière -2009)



Richard Avedon (1923 - 2004) - autoportrait, 1980
« L’inexactitude n’existe pas en photographie.
Toutes les photos sont exactes. Aucune d’elles n’est la vérité. 
»
Richard Avedon


Cet article est dédicacé à Gweny et Laurence : j'espère que Richard vous a séduites!

stelda

30 commentaires:

  1. Valérie { Atelier rue verte }1 mars 2012 à 06:48

    J'aime beaucoup et l'artiste et ton post :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valérie! Très bonne journée à toi ;-)

      Supprimer
  2. Un article que j'ai dévoré avec joie. Un artiste que j'admire, la diversité de ses clichés et surtout leurs profondeurs?
    Tu as tout dit et si joliment. Un article que je relirais souvent
    Bises et et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse d'avoir réussi à retranscrire ce que je ressens quand je regarde son oeuvre ; je ne suis pas très impartiale, je l'avoue : ses photos me touchent énormément!
      Merci beaucoup, Sylvie ;-) Très bonne journée!

      Supprimer
  3. J'aime, j'aime, j'aime Avedon. Et l'expo de 2008 était sacrément chouette.
    Et cet article est super bien écrit.

    En revanche, ce qui m'énerve chez lui (la seule chose) c'est qu'il a tjs critiqué la photo de nature morte : 1/ la nature n'est pas "morte", grrr c'est parfois tellement vivant une photo de la mer, du ciel... 2/ il y a quand même des personnages qui ont l'air bien plus morts!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'expo de 2008 était magnifique. C'est là que je l'ai découvert. Je ne connaissais pas du tout son travail, du coup je l'ai découvert sans a priori et ça a été un coup de foudre.
      Je suis d'accord avec toi sur les natures mortes et tu l'as dit très joliment : il y a des portraits ou des photos de mode qui ont l'air bien plus morts qu'une belle église ou un morceau de nuage :D.
      La photo, c'est quand même magique...

      Supprimer
    2. Carrément, c'est magique la photo. Encore plus quand on les partage et qu'elles émeuvent les gens.
      J'ai du pain sur la planche!

      Supprimer
    3. Tu as du pain sur la planche pour les partager, oui :) Pas pour qu'elles soient émouvantes, ça, elles le sont déjà bien plus que tu ne le crois :)

      Supprimer
  4. superbe article ! connaissant déjà le travail de ce maitre de la photographie de mode,je trouve que ton article met bien en valeur le travail de cet article. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Emylyne. Je suis contente que cet article t'ait plus car ce n'est jamais facile de parler des monstres sacrés ;-)

      Supprimer
  5. Comme c'est bien dit et bien ressentit.
    Pour ma part, je ne le connais pas plus que ça, je suis allée le voir sur sa fondation.
    Ton regard m'interpelle. Je relierais ton article (surtout ton dernier paragraphe).
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Brggt :)
      Le dernier paragraphe est costaud, j'avoue! Hélas, il n'est pas de moi mais de Galerie Photo. Son analyse m'a semblé particulièrement bien compléter l'article. Pour Photogénique, Avedon est très humain, pour Galerie Photo, il est clinique... preuve en est que l'art est subjectif et que chacun y prend ce qui le touche ;-)

      Supprimer
  6. Hello Stelda,
    juste te remercier pour l'adorable commentaire que tu as laissé sur mon blog. Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie ;-) J'ai vraiment beaucoup apprécié tes illustrations ; je les trouve gaies, colorées et très vivantes.

      Supprimer
  7. Oui je suis très convaincue. A tel point que je pense que ses photos méritent l'écrin d'un beau livre. Le Net c'est bien, ça me donne accès à tant de beauté, mais feuilleter ces chefs-d'oeuvres sur un beau papier (j'adore le papier) ........un régal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette alors!
      J'avais hésité à acheter le catalogue de l'expo et je regrette de ne pas l'avoir fait! Les photos sont toujours plus belles sur papier... comme les vêtements sont plus beaux en tissus ;-) Et puis prendre le temps de feuilleter tranquillement un livre dans son canapé, ça reste un moment de grâce que l'ordi ne remplacera jamais!

      Supprimer
  8. Ton article est très intéressant.

    Merci pour la dédicace ;o)

    RépondreSupprimer
  9. Comme vous, je l'ai surtout découvert lors de cette exposition à l'Orangerie en 2008. Le triptype consacré à Igor Stravinski m'avait particulièrement frappée : trois photographies très rapprochées qui captent le regard d'abord absent puis progressivement se fixant sur nous (et avec quelle force dans la troisième photo!) La partie centrale révèle de façon extraordinaire ce passage entre l'absence et la présence du regard - et donc, on a envie d'enchaîner, de la personne... Le commentaire que vous citez sur Avedon réduisant son personnage à son corps trouve ici une limite : rarement le mystère de l'autre aura été aussi approché.

    Je profite de ce premier commentaire pour vous féliciter de votre blog que je suis avec beaucoup de plaisir. Je suis arrivée ici par Mode personnel(le).
    Véronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me rappelle ce triptyque... Je n'ai pas évoqué non plus la taille de ses photos qui a pourtant une grande importance dans son travail.
      Je comprends le point de vue Galerie Photo car Avedon peut faire peur, mais à mes yeux, oui, Avedon est quasi extra lucide. Il a vraiment un don.
      Je suis très heureuse de lire votre premier commentaire et ravie que vous preniez plaisir à partager mes modes d'humeurs :)
      JMode Personel(le) est vraiment un blog extra et Isabelle est une personne qui semble aussi extra que son blog!
      A très bientôt ;-)

      Supprimer
  10. bernard coutanson2 septembre 2012 à 15:33

    Bernard C, à Aurec/l
    Je connaissais un peu l'oeuvre d'Avedon, jusqu'à découvrir cette "fable" photographique.."Mr & mrs Comfort".. aux rencontres d'Arles. C'est l'expo qui m'a le plus marqué de toutes les rencontres que j'ai visitées. Depuis, je me suis d'avantage intéressé au personnage, et découvert sa richesse (dans les 2 sens).. et surtout, la façon extraordinaire dont il exprimé - comme pour l'exorciser ? - ce dilemme qui l'accompagnait
    depuis longtemps et qui le faisait évoluer dans un monde de mode d'apparence et d'aisance financière sans lui faire oublier la réalité bien différente de la multitude..

    ....merci pour ton blog et ton approche..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta visite et ton commentaire, Bernard. J'aurais aimé voir cette suite exposée, ce devait être impressionnant.
      Je pense que plus on regarde Avedon et plus son travail semble complexe. Une oeuvre dont je ne me lasse pas et qui peut se lire à plusieurs niveaux. Un homme fascinant et un artiste hors du commun.

      Supprimer
  11. What's up, after reading this amazing piece of writing i am too delighted to share my experience here with mates.

    My website ... Abercrombie & Fitch

    RépondreSupprimer
  12. I do believe all the ideas you've introduced to your post. They are very convincing and can certainly work. Still, the posts are very brief for beginners. May just you please prolong them a little from subsequent time? Thanks for the post.

    my homepage - Converse Pas Cher

    RépondreSupprimer
  13. This website definitely has all the information I needed about this subject and didn't know who to ask.

    Here is my blog ... Louis Vuitton Handbags

    RépondreSupprimer
  14. You've made some decent points there. I checked on the internet to learn more about the issue and found most people will go along with your views on this website.

    My website ... Louis Vuitton Bags

    RépondreSupprimer
  15. My brother recommended I might like this web site. He used to be totally right.
    This post actually made my day. You cann't consider just how a lot time I had spent for this information! Thanks!

    Feel free to visit my website Air Jordan Pas Cher

    RépondreSupprimer
  16. I love your blog.. very nice colors & theme.
    Did you design this website yourself or did you hire someone to do
    it for you? Plz answer back as I'm looking to create my own blog and would like to find out where u got this from. many thanks

    Feel free to visit my web site ... Louis Vuitton Handbags

    RépondreSupprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox