Soyons punk


J'ai l'impression que le punk revient à la mode. Contre-pied, sans doute, d'une overdose de minimalisme et de paillettes. Inspiré, peut-être par l'énergie d'une jeunesse mal canalisée ou déçue dans ses tentatives de changer le monde. Propulsé, peut-être, dans le sillon de l'esprit grunge cher à Slimane, car une fois qu'on a tâté du grunge, difficile de retourner aux 90's triomphantes, surtout en ce moment. 

Reste à savoir à quelle sauce il sera mangé dans nos placards. Le punk, comme le dandysme, est un mode de vie radical, difficilement compatible avec une large diffusion. On risque donc de n'en percevoir que ses éléments les plus accrocheurs : clous, cuir noir, cheveux colorés, coupes hérissés, grosses godasses, qui, du coup, deviendront communs et fort éloignés de l'esprit originel. Et quand on regarde le travail de ses deux représentants en mode, pas sûr que le punk ait encore sa place : Westwood en reste la grande représentante mais avec des hauts et des bas, Gaultier l'a singulièrement glamourisé dans sa collection "punk cancan" de 2012. 


L'esprit punk, lui, tente quelques percées à droite et à gauche, le mot est utilisé à toutes les sauces dans les magazines. Mais il a peu de chances sur les podiums, peut-être parce que la mode d'aujourd'hui, ultra consensuelle, créée sur ordinateur dans des bureaux, pensée pour être likée, financée par des businessmen, est diamétralement opposée à un mouvement contestataire.  Le DIY est bankable, mais dans une certaine mesure et ce n'est pas celle de LVMH ni H&M.

Objectivement, quand on le regarde (et l'écoute) de près, le punk n'est pas très sympathique. Le no futur, la violence, le noir, le métal, les airs crades, toussa, on est loin des licornes, des coeurs avec lesmains et de l'amour pour toujours. Quant aux paroles, y a  parfois trois mots qui tournent en rond, et quand il y en a plus, comme chez les Clash, ils piquent sévèrement. Ceci dit, un défilé Chanel ou Vuitton sur Lost in the Supermarket, c'est ça qui serait punk! Mais la musique des Ramones, c'est tout de même quelque chose et cette chanson dégage une telle énergie qu'elle me semble idéale pour commencer la semaine. Une énergie, aujourd'hui, qui manque à beaucoup d'entre nous dans la mode. La meilleure chose du mouvement punk, c'est ça. Pas les crêtes d'Iroquois, ni les épingles à nourrice dans les oreilles. Et c'est la seule chose que les marques oublient.

Etre punk aujourd'hui, c'est peut-être juste oser être en accord avec ses convictions.

stelda

9 commentaires:

  1. ..."être punk c'est peut-être juste oser être en accord avec ses convictions", alors cette définition nous convient, du moins nous essayons depuis quelques quelques années déjà !
    Pour la mode, c'est vrai, il y a une bonne dose d'énergie qui ferait du bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous trouve très punk, chères Matchingpoint :) Toujours pleines d'énergie et de curiosité, sans aucunes idées préconçues et c'est ça qui est chouette!

      Supprimer
  2. J'ai bien l'impression d'avoir laissé sur le bord du chemin mon côté rock-grunge. Quelle tristesse.
    Bisous,
    Maeve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu es en train de le retrouver :) Gros bisous

      Supprimer
  3. Je continue d'aller voir des concerts de punks. mais a part mes Dr Martens, je n'ai pas le look. Je ne pense pas l'avoir eu.

    RépondreSupprimer
  4. Il a l'air vraiment cool ! Merci pour cet article très complet! ^o^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce gentil commentaire, Fantina

      Supprimer
  5. j'ai très envie d'acheter pour la première fois des Dr Martens, deviendrais-je punk sur mes vieux jours ?

    RépondreSupprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox