Face Paint, la face cachée du maquillage


Si vous cherchez des tuto beauté ou des idées de maquillage, passez votre chemin, ou explorez la chaîne Youtube de l'auteur : Face Paint est vraiment un livre pour comprendre l'art du maquillage, ses enjeux, son histoire. Si vous vous êtes toujours demandé ce que cache du rouge sur les joues et du noir sous les yeux, foncez, il est fait pour vous.
Lisa Eldridge est maquilleuse, et depuis 2015, directrice de la création maquillage chez Lancôme. Et son Face Paint, Histoire du maquillage est un livre intelligent qui rappelle que le maquillage, comme le vêtement, est quasiment né avec l'humanité


Alors qu’est-ce que le maquillage peut bien nous raconter ? Bien des choses. Les statuts sociaux, les critères de beauté selon les époques, un peu de l’histoire des échanges économiques aussi et surtout, surtout, qu’il est un instrument de libération pour les femmes. Contrairement à une idée reçue de plus en plus courante selon laquelle le rouge à lèvres asservit la femme, l'auteur souligne que le droit de se maquiller va de pair avec le droit d’exister. Les grandes icônes de beauté l’utilisèrent à leur avantage, pour se créer une image ou affirmer leur différence. Pour combler leurs failles narcissiques, parfois. Marylin Monroe, Audrey Hepburn ou Brigitte Bardot entretenaient un lien quasi fusionnel avec leur maquilleur, car, tout autant, peut-être plus encore que le vêtement, le maquillage permet de façonner une image et de marquer un style en deux coups de crayon. Et si vous voulez vous faire les cils de poupée de Twiggy, prévoyez 1 h 30, selon Lisa.

En abordant le sujet par couleur plutôt que de manière chronologique, Lisa évite de nous infliger un cours magistral. On découvre par exemple toutes les symboliques du rouge, le pouvoir du noir, les péripéties du blush depuis la Grèce antique. Le fil de la couleur permet de traverser par petites touches les différentes époques et les pays et de lire l’ouvrage à la petite semaine pour ceux qui préfèrent picorer (en bonne adepte du steak frites, je l’ai lu en 2 heures).
.

Lisa casse le rythme en présentant ses idoles personnelles au fil des pages : on croise les "classiques", comme Nefertiti, Marie-Antoinette ou Liz Taylor mais aussi Joséphine Baker, la princesse Alexandra ou la première star sino-américaine, Anna May Wong, qui furent des trendsetteuses de folie, même si on l’a oublié. Alors un grand merci à Lisa de leur rendre justice. Ces portraits sont juste un peu trop courts à mon goût mais ils donnent envie de (re)découvrir les vies étonnantes de ces femmes.

Evidemment, Face Paint s'apprécie aussi pour les photos. On y trouve entre autres celles de Cuneyt Akeroglu et d'Irving Penn, l'homme qui inspire encore et toujours les photographes beauté aujourd'hui. Un seul regret : la maquette, excessivement classique. Un sujet aussi visuel aurait mérité une forme plus vivante. D’autant que les éditions Hachette imaginent souvent de petites merveilles (dans la collection Cuisine en particulier, K Food, Les recettes de la Cantina ou Choisir et acheter un vin en 7 secondes sont superbes et étonnants).



Pour aller plus loin : les vidéos de Lisa Eldridge, qui complètent son livre

Face Paint, de Lisa Eldridge, 240 p., éd. Hachette, 29, 95 €


stelda

2 commentaires:

  1. Un petit mode d'emploi pour un maquillage parfait aurait été bien aussi...
    On voit toujours le maquillage sur les visages jeunes, mais très peu sur les peaux "matures" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison : ça manque vraiment!!

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox