Une pièce fétiche

Un soir de 1986, Daniel, un petit comptable sans histoires, dîne seul dans une brasserie parisienne. Trois hommes s'installent à la table d'à côté : c'est le premier homme de France, François Mitterrand, accompagné de Roland Dumas et d'un inconnu. Ils s'en vont deux heures plus tard et Daniel découvre que le président a oublié son chapeau. Il le garde, en souvenir de ce moment unique mais le chapeau va transformer sa vie. Et celle de bien d'autres personnes.


On a tous une pièce fétiche, une jupe, une paire de chaussures, un bijou, une écharpe porte-bonheur, dans lequel on se sent plus fort, plus beau, plus inspiré, et qu'on enfile pour un premier dîner, un entretien d'embauche. Parfois, c'est un accessoire qui nous distingue au premier coup d'oeil. Le borsalino de feutre de François Mitterrand est entré depuis longtemps dans l'Histoire mais nul n'avait pensé à lui conférer des pouvoirs paranormaux. L'auteur du Chapeau de Mitterrand, Antoine Laurain, a brodé un livre délicieux autour de l'accessoire fétiche du président. Le roman est une plongée dans les années 80, dans une époque dont a déjà oublié les bouleversements : la France avait peur des socialistes, les trains Corail avaient des couloirs, Basquiat était encore un inconnu, Jack Lang luttait pour imposer les colonnes de Buren et la Pyramide du Louvre n'existait pas. Au fil des pages, le chapeau de Mitterrand passe d'une tête à une autre, inspire un écrivain, un parfumeur, un assureur, bouleverse la vie de ceux qui le porte, comme une baguette magique... et, qui sait, a peut-être permis au président de remporter son deuxième mandat. 

Antoine Laurain gagne à être connu : j'ai adoré ce roman, son écriture dynamique, son ambiance un poil désuète et ses personnages attachants. Et sa question en fil rouge : un vêtement ou un accessoire peut-il, comme une maison, s'imprégner de l'aura de son propriétaire ? Et une autre question, plus psychologique, mais qui résonne souvent : agit-on en fonction de ce que l'on est ou de ce que l'on croit être ?


Le Chapeau de Mitterrand, d'Antoine Laurain, 190 pages.

stelda

12 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui : une idée toute simple mais pleine de fantaisie et de poésie. Je me suis régalée.

      Supprimer
  2. miam! j'aime quand tu nous parle des tes coups de coeurs littéraires :)
    Bisous
    Lucie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucie :) J'avoue, je risque de craquer sur les autres romans d'Antoine Laurain : j'ai adoré son style.

      Supprimer
  3. Chouette de te lire à nouveau ! Bisous,
    Maeve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maeve :) je suis revenue de ma grotte!

      Supprimer
  4. Je note, ce livre me permettra de passer un moment sympa.

    RépondreSupprimer
  5. Et hop, encore un sur ma liste à lire! Merci beaucoup!

    Estelle
    Lalippequimurmure.fr

    RépondreSupprimer
  6. J'ai entendu parler de ce livre mais bon, j'en rajoute sans cesse ... Ceci dit, la revisite des années 80 ça me tente vraiment !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme on a pas mal de goûts communs en lecture, je pense que ce roman peut te plaire ;)

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox