Quand les médias font de la pâté pour les chiens



Cette année, c'est Halloween avant l'heure : difficile d'échapper aux titres alarmistes qui ont fleuri partout ces derniers jours. Tous aux abris, on va mourir! la viande rouge est cancérogène, la charcuterie aussi. L'Obs enfonce le clou en rappelant que l'alcool, le barbecue, les chips, et même le bêta carotène sont dangereux. Dangereux ? En fait, à consommer avec modération, comme le rappelle l'article... mais à la dernière ligne

C'est le genre de malhonnêteté journalistique qui me fait grimper au rideau. Je connais la difficulté à imaginer un titre qui rentre dans les clous du référencement ou le nombre de caractères imposés par la maquette (je dois faire tous les jours des titres de 25 signes,...) mais là, on passe le mur du son. Avant de paniquer 66 millions de lecteurs et de risquer de couler la moitié de la filière agro alimentaire, ça vaut le coup de réfléchir 30 minutes de plus sur un article, non ? Ca s'appelle la responsabilité. 

Il y a des chances que malgré ses 6,7 milliards d'euros de chiffres d'affaire, la Fédération ait du mal à faire avaler son communiqué désespéré. On en parlera quand ils auront acheté quelques pages de pubs (j'ouvre les paris!). Parce que, bien sûr, contre-feu paniqué de la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs et transformateurs de viande (sic!) qui s'est fendu d'un communiqué de presse pour rappeler que les Français consomment 36,6 g (resic!) de charcuterie par jour, donc un tiers de moins que les 50 g incriminés par l'étude mondiale. Pas besoin d'avoir fait Science Po ni d'être médecin pour se douter qu'en viande comme en alcool ou même en pépins de pomme, un peu, ça va, beaucoup, bonjour les dégâts. 

Résultat des courses : une bataille rangée taille 3.0 entre végétariens et carnivores, des followers et des amis facebookiens anéantis en rafales. Faut avouer que tout ça tombe mal, le barbecue venait juste de s'hypstériser tandis que les végétaliens commencent à peine à trouver des desserts sans lait quand ils vont au resto. 

Je ne sais plus quel est le média qui a dégainé le premier l'étude sur la viande mais il a déclenché un sacré bazar sans apporter aucune réponse ni soulever les vraies questions : la sur-consommation, la maltraitance des animaux nourris eux-même avec des aliments artificiels (et pour moi, c'est de la maltraitance), l'ajout d'eau, de gluten, de conservateurs dans le jambon... bref, sans distinguer une bonne petite chipolatas faite dans les règles de l'art avec de la viande saine et des herbes d'une saloperie de saucisse industrielle faite en agglomérat de raclures de matières animales.  En deuxième rafale, on a juste eu droit à de merveilleux articles comme je les adore "Faut-il passer aux protéines végétales ?" voire, yhouhou, soyons fous, "J'ai testé le steak végétalien" en attendant qu'on nous resserve les insectes, délicieuse alternative à la viande. Pourtant, la Fédération elle-même rappelle que tous ses additifs respectent les normes en vigueur. Quels additifs ? Ca donne envie de creuser, non ? Mais non. 

Autre plaie des médias : la simplification au risque de la déformation. J'ai de plus en plus de mal à supporter les mots fourre-tout. Migrants, par exemple... Je me suis demandé si (encore une fois) mon côté obscur biberonné à Balzac et Victor Hugo prenait le dessus. En fait, non. Au moment du vote de la réforme du droit des étrangers, j'ai interviewé une avocate qui, au moment de me quitter, m'a dit : "J'aimerai que vous parliez de la responsabilité des médias. Ils déforment, amplifient et utilisent des mots qui ne correspondent pas à la réalité. Comme le terme migrants, qui signifie tout et rien." Je me suis sentie vachement moins seule. Ci-contre, ses explications dans un extrait du dossier sur le sujet  >>>>>>>>

Mais alors, quel mot utiliser ? Ben celui qui correspond à chaque situation. Evidemment, ça demande de rédiger des articles moins fourre-tout et ceci nous amène à un autre débat : l'affaire Enjoy Phénix. On en parle la prochaine fois.

En attendant, je vous conseille le livre d'Alain Chouet pour comprendre les causes et les intérêts de l'islamisme. Le titre est racoleur mais c'est le meilleur livre que j'ai lu sur le sujet : la politique française dans les pays arabes, les ingérences occidentales, les différents courants religieux et politiques de l'Islam depuis les années 20, les intérêts de chaque pays, Alain Chouet explique tout. Et tord le cou à une quantités de fausses infos qu'on lit partout, véhiculées par une extrême simplification de l'info (on y revient!), comme cette idée reçue n° 1 : arabe et musulman, c'est pareil. Non, c'est en Asie qu'il y a le plus de musulmans. 
























Et pour terminer sur une note positive, parlons du sultanat d'Oman, ce petit pays au sud de la péninsule arabique. Quand le sultan actuel, Qabus bin Said Al Said, a pris le pouvoir en 1970, il a voulu moderniser le pays. Lui-même avait passé une partie de sa jeunesse en Angleterre mais il savait qu'il ne pourrait pas rayer certaines coutumes ancestrales d'un trait de plume. Plutôt qu'interdire le voile par décret, il a introduit des voiles de couleur. Je trouve l'idée jolie. 

Un article du Figaro vous en dira plus sur les particularités de cette monarchie qui jongle entre traditions et modernité.

le sultan d'Oman

Dédicace à Ellen : un grand merci pour son aide!

Photo du maquillage Halloween : Journal du Design

stelda

19 commentaires:

  1. Je suis entièrement d'accord avec ton article ! Les médias s'éloignent de plus en plus de leur rôle d'information et utilisent des titres racoleurs dans le but de vendre ! C'est dommage, et c'est dangereux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Corinne. Oui, c'est la course aux clics.

      Supprimer
  2. Hello !
    Merci pour ce bel article qui dénonce assez concrètement la m#### à laquelle nous sommes confrontée et parmi laquelle il faut trouver ce qui est intéressant (et qui va au delà de l afp)
    Bises et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Confrontées / confrontés

      Supprimer
    2. Merci Vic. Le problème, c'est que l'AFP est reprise partout sans recul. On se demande parfois si ça ne serait pas plus simple qu'il soit le seul média de France ^^

      Supprimer
  3. Je trouve cet article au contraire très bien fait, il faut avertir les gens.

    Il y aurait déjà un moyen très simple aussi d'éviter en partie ces problèmes de santé, c'est d'obliger tous les agriculteurs à passer aux méthodes bio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on voit le mal qu'on a déjà à limiter les OGM, interdire les pesticides, engrais, additifs, etc semblent illusoire, hélas... Mais je suis bien d'accord avec ta solution!

      Supprimer
  4. C'est terrible, il faut souvent modérer ce que l'on entend ou lit dans la presse.

    RépondreSupprimer
  5. D'où l'importance de garder son esprit critique, de se renseigner, et de ne rien prendre comme argent comptant.
    J'ai parfois l'impression que les média (surtout le jt du 20h et les articles partagés sur fb parfois sans même être lus) sont devenu paroles d'évangile. Et plus c'est raccoleur, mieux c'est.
    simplement parceque beaucoup, par facilité, ne veulent pas se donner la peine de creuser.

    Merci pour cet article, j'aime toujours autant tee lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et de prendre le temps de lire des livres sur un sujet quand il nous intéresse. Les formats médiatiques sont de plus en plus courts, donc elliptiques, avec le risque de raccourcis que cela engendre.
      Merci Neige :)

      Supprimer
  6. Encore faut il en avoir un, d'esprit... critique en plus ! Il semble que cela n'aille pas de soit, à la lecture de commentaires ici et là et de messages... Mais bon, nous sommes des êtres humains, êtres supérieurs qui ne prenons rien pour argent comptant, c'est bien connu, d'ailleurs il n'y a jamais eu de mouvements de masse ni d'esprit grégaire...
    Bon enfin bref.
    Je vous avoue que, lorsque j'ai entendu ce titre il y a 2 jours, tout de suite j'ai pensé "quelle sottise" parce cela était asséné de manière si péremptoire. Il fallut que j'aille sur un journal (Le Monde en l’occurrence), pour avoir une analyse plus complète et des explications de cette assertion. Le plus terrible, c'est la radio : le format impose du court d'où ces raccourcis très dangereux si on ne cherche pas plus loin. Bien sur que la viande rouge c'est dangereux et potentiellement mortel, comme le lait d'ailleurs et les produits laitiers, le sucre, comme le vin aussi hein. Même qu'on trouve des bactéries dans le fromage, surtout ceux traditionnels...
    M'enfin un peu de bon sens quoi. Et la bagnole alors, c'est pas dangereux ? Ben je dis, comme les yaka focon (OK foqu'on), on devrait obligé tous le monde à laisser tomber sa boite à roue : je n'aime pas la voiture mais je n'oblige personne.
    Oui la viande rouge à tous les repas, tous les jours, c'est trop, comme toute chose.
    Enfin, le sujet n'est pas là, mais plutôt sur le traitement de l'info mais, en l’occurrence, sur l'analyse et l'étude qui ont menées à un tel résultat . Si on lis bien, en fait, on se rend compte que le pourcentage impacté est minime. Mais bon, ça, ce n'est pas dit aux infos. Un peu normal aussi dans un monde où désormais on pense en 140 caractères, pas le temps d'approfondir ni les capacités d'ailleurs, faut prémacher. Faut il s'en inquiéter pour le futur ? Au risque de passer pour un vieux con ? Merci Stelda pour cette remarque sur les mots : la langue française, n'en déplaise à certains, est très riche, très étendue. Chaque mot à un sens, est spécifique : savoir la manier est un atout, une richesse. encore faut il le vouloir. J'attends avec impatience ce billet sur EnjoyPhenix, que, j'avoue, je n'ai pas suivi du tout, avant d'en trouver mention sur je ne sais quel site. Il est vrai que je ne suis pas le coeur de cible de la demoiselle, je m'en fous un peu à vrai dire, sauf en ce qui concerne le souci du "client" (ici les filles qui boivent les conseils comme du coca... sans aller plus loin). Et oui, même à 20 ans on a déjà des responsabilités.
    PS : je ne peux toujours pas commenter depuis la dernière version de Firefox.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que tu patientes encore un peu : le billet sur Enjoy Phenix a été repoussée. Raf Simons et Alber Elbaz ont pris le dessus! Moi aussi, je fais la course à l'actu "chaude", hahaha!
      Les mots sont des trésors, c'est comme les épices. Indispensable pour varier les plaisirs et développer les nuances!!

      Supprimer
  7. Confusion, raccourcis, oui la presse a une responsabilité, y compris dans la présentation de la vie politique. Je regrette que le sensationnel ait pris le pas sur l'information, quand j'entends des gens plaquer comme ça ce qu'ils ont entendu à la télé ou lu dans les journaux (plus rare), des phrases choc, des opinions tranchées, définitives, qui ne laissent même pas place à la réplique, à l'analyse, à la réflexion. Merci de revenir là-dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, la politique... J'aurai détesté être journaliste politique. Quelle horreur! Et en relayant les petites phrases, les coucheries sans incidences et la couleur des cravates, nous, les journalistes, avons une terrible responsabilité dans l'affaissement du niveau.

      Supprimer
  8. Ah L'Obs... comme son nom l'indique, plus guère de rapport avec Le Nouvel Observateur, qui était l'hebdomadaire de la gauche intellectuelle... cela dit, ils ont toujours aimé les titres racoleurs et bêtes (du genre "Faut-il brûler... ?")
    Merci pour cet article Stelda !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes... les titres du Plus me mettent en boule chaque fois que je les vois passer. Le champion du racolage! On dirait un mix de Closer, du Nouveau Détective et de Jeune et Jolie.

      Supprimer
  9. Merci pour cet intéressant article, Stelda ! Oui, les médias ont une énorme responsabilité... mais je tiens à souligner - même si je sais que tu le sais ! - que les journalistes ne portent pas seuls la responsabilité (et ce n'est pas pour nous dédouaner) : n'oublions pas à qui appartiennent les groupes de presse !
    J'aime beaucoup ta comparaison : les mots comme des épices !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr : les choses sont souvent différentes dans les rares médias détenus par des journalistes :) Ce qui est très curieux, c'est que les propriétaires des journaux et des télés les voient comme un produit... tout en ne prenant pas en compte les demandes des clients (le lecteur / spectateur). Aberrant!

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox