i-D magazine France : version sous-titrée


L'arrivée du webzine i-D en France a mis en transe pas mal de monde. Aux Etats-Unis, c'est une institution, née en 1980. La version française est lancée par Vice, déjà une institution lui aussi. Ca m'a d'abord fait plaisir :

  1. J'aime bien VICE, même s'ils jouent un peu sur le racoleur et ne sont pas toujours d'une finesse de ballerine.
  2. Enfin un magazine cross culturel, qui parle de mode mais pas que et fait des parallèles osés mais juste, comme ce papier "Mode et foot, même combat, la preuve par 6". 
  3. Il ouvrira peut-être la voie à d'autres du même style, moins lisses et consensuels que les féminins, plus visuels que les news. Il existe bien quelques magazines de ce type en France mais ils sont vraiment durs à trouver, même sur abonnement (je m'étais abonnée à Standard... mais je ne l'ai jamais reçu).
  4. Le nom symbolise le clin d'oeil et on le retrouve sur tous les visages en couv'. J'adore l'idée.

Alessandro di Michele and Luis Enrique - source i-D magazine
Toute contente, je file sur le site qui a ouvert hier et qui annonce en édito l'esprit d'i-D: 

"Parler de mode comme on parle de politique et de politique comme on parle de mode. Célébrer la jeunesse, la musique, la fête, les contre-cultures, les gens qui se bougent, créent, vivent et vibrent - d'où qu'ils viennent et quels qu'ils soient. Leur donner un espace de parole, un vrai. Un lieu où ils pourront se poser de réelles questions sans être jugés. Un lieu où l'on découvre, défriche et surtout, un lieu où l'on s'accepte."

Si j’étais d’accord avec la première partie de leur profession de foi, l’autre m’a vite calmée. J'en déduis donc que je ne suis ni jeune, ni créative, ni vivante, ni vibrante, ni contre-culturelle.

  1. D'abord, j'ai rien compris : normal, i-D est un magazine qui s'adresse à des jeunes branchés qui écoutent plein de groupes que je ne connais pas, regardent plein de séries que je n'ai pas le temps de regarder. Il m'aurait fallu un lexique pour comprendre chaque ligne (j'ai failli appeler au secours Lutin n°1 !!! ).
  2. L'article foot et mode, justement, m'a cruellement déçue. Le mercato de la mode, franchement, tout le monde en parle depuis 20 saisons et l’article ne creuse pas le pourquoi. Pour un magazine "pointu", on frôle le fil à couper le beurre.
  3. Enfin, c'est trop trash pour moi. Dites, chers DA, ça vous arracherait le smartphone, de faire un peu de poésie de temps en temps ? Ok, Baudelaire ou Verlaine aussi étaient trash mais pas tout le temps. Des fois (oui, on dit parfois), ils s'extasiaient sur la rondeur d'une joue ou la couleur des vagues. J'en ai marre de voir des des os saillants, des mines blafardes, des visages peinturlurés, des grimaces, des poses improbables, des friches industrielles et des tags du street art à longueur de couvertures et de séries photo. Ca me fatigue. 
  4. Grave marre de voir des dossiers sexe partout. La, il y en a au moins 4, voire 5. Passe encore pour le dossier "Etre drag queen et féministe", la drag queen étant en effet une figure inexplorée par les magazines alors qu'elle a une influence énorme sur la mode et la société. Mais je me moque comme de ma première chaussette de voir "l'intimité de 10 couples" photographiée par une artiste underground. Je ne trouve pas ça artistique, je trouve ça glauque. Et un peu facile. En fait, à force de voir la contre-culture étalée partout, je crois bien que la culture classique est devenue le nouveau bastion de la contre-culture. 

Signé : une vieille réac qui est resté bloquée sur les Pink Floyd et les petits oiseaux.


PS : d'ailleurs, quand je vois tout ce que mes copines et mes collègues ont le temps de voir / faire /écouter, je me dis que 1) je suis une huître, ou 2) j'ai un sérieux problème de gestion du temps. Parce que je ne fais pas le dixième de ce qu'ils font! 

stelda

13 commentaires:

  1. moi aussi, j'ai un problème de gestion du temps.... et ça me plait de ne pas jouer à être tout le temps super-woman: le nez en l'air à regarder le vent jouer dans les arbres, les moments en creux qui ressourcent tellement, marcher au lieu de prendre le métro!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je me sens moins seule :) J'utilise la moitié de mon temps libre à lire... et le cerveau a besoin de pause. Pausons!

      Supprimer
  2. Réponse au PS : Mais tu tiens un blog de qualité ! Et ça, ce n'est pas donné à tout le monde !!! Et avant de me pencher sur ;-D, que je ne connais pas, merci pour l'Odieux Connard : j'ai adoré le lire !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille mercis, Mag. En ce moment, j'ai honte de ne pas écrire ici autant que je le voudrais :(
      Je suis contente qu'Odieux t'ait plu.

      Supprimer
  3. Moi aussi je ne suis plus à la page. Mais tant pis.

    RépondreSupprimer
  4. Je donne dans la contre culture vraiment alternative : la culture ultra populaire - mais si, tu sais, ces livres que tout le monde lit mais que personne n'achète...
    Le jour où un magazine publie un papier intelligent et évitant les clichés là dessus, vraiment, je croirai à leur "subversivité".

    Et en attendant, ras le cocotier d'entendre/voir parler de sexe pour faire vendre!!!! (meme en romance d'ailleurs) (je dois être un peu trop réac et vieille moi aussi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le populaire revient à la mode, tu sais. Regarde la folie autour du barbecue (si longtemps considéré comme le sommet de la beaufitude) et la pétanque (idem!!). Tu es à la pointe de la contre-culture, Cécile.

      Supprimer
  5. Avec le retour des mannequins plus de 50-60 ans, et de la mode du retour aux cheveux gris (ou blancs !) (moi perso j'assume pas encore le côté "non mais attends ils repoussent, là, après ce sera vachement joli !!") je croyais le culte de la jeunesse d'un autre âge, je vois que non. En même temps, avec toutes les pubs de produits anti-âge (oui Stelda, tu peux arrêter le temps et laisser l'âge filer à côté de toi sans être atteinte, c'est bien connu), anti-ride, etc....bref, tout porte à croire que vieillir est encore une vilaine chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore un sacré culte du jeunisme. Comme si, après 30 ans, tu n'avais plus d'idées. Tu es donc condamné à vivre les 60 ans qui te restent avec un cerveau stérile. J'ai du mal à l'accepter!

      Supprimer
  6. Le ton de ton article est tellement savoureux. En fait l'odieux connard est ton alter ego, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est mon demi-frère ;)

      Supprimer
    2. Vraiment? Incroyable (enfin pas tant que ça)

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox