Le bio en questions #3


Miracle de l'été, voici la dernière partie des articles sur le bio. Après avoir balayé les idées reçues, réfléchi à sauter le pas et décortiquer les arcanes du green washing, le point sur quelques ingrédients controversés. 


1. L'alcool est mauvais pour la santé (de ma peau)

Et pourtant, on le trouve dans beaucoup de produits bio. L'alcool peut assécher la peau en grosses quantités ou irriter les peaux fragiles mais il reste un bon conservateur naturel. Les fabricants compensent ses effets indésirables en ajoutant des agents hydratants : huiles, glycérine, cires. Les dermatologues préconisent de ne pas dépasser 20 % dans les lotions toniques. Personnellement, je les fuis : j'ai horreur des eaux micellaires et des lotions qui ne se rincent pas et me laissent l'impression d'avoir la peau poisseuse.


2.  La paraffine, c'est naturel.

Je l'ai entendu de la bouche de conseillères beauté et je me suis demandé si j'avais des acouphènes. La paraffine, c'est du pétrole méga raffiné. C'est donc en effet naturel, puisque composé de végétaux fossilisés, mais niveau soin, y a quand même mieux. Elle empêche la déshydratation de la peau mais ne lui apporte aucune "nourriture".

Beaucoup de marques jouent sur les mots et mentionnent : huile minérale. Genre ça vient de la Terre. Prenez-nous pour des quiches, on aime ça (avec de la salade). On en trouve dans la vaseline, le Dexeryl et beaucoup de produits... parce qu'elle n'est pas chère. Quand je vois huile minérale sur un produit qui se dit "naturel", je me barre en courant, ça veut dire qu'il me prend pour une imbécile et pour le coup, je n'ai plus du tout confiance.

Bien sûr, le bio bannit gel de paraffine et huile de paraffine et les remplace par des huiles végétales, de la glycérine végétale...

3. Les silicones, c'est le diable. 

Oui et non. Certains sont occultants et empêchent la peau ou les cheveux de respirer et d'absorber les actifs mais rien de dangereux pour la santé, ils sont neutres. En gros, c'est comme si on vous posait un film cellophane sur le nez. Pour la planète, et l'eau en particulier, c'est beurk, parce que 1) ils ne se dégradent pas, 2) leur fabrication  est polluante.

4. Les PEG, c'est mal.

Ca dépend pour qui. Comme les silicones, ils ne sont pas dangereux pour la santé, mais leur fabrication est très polluante. On les trouve dans les émulsions, les gels douche... Mais en grosses quantités, ils peuvent être irritants.


5. Chic, j'ai trouvé des produits non testés sur les animaux!

Comme tout le monde. Depuis 2014, aucun cosmétique testé sur les animaux ne peut être distribué en Europe. Donc les marques qui s'en vantent nous prennent pour des pigeons. C'est peut-être utile en Chine ou aux Etats Unis mais en France, c'est juste respecter la législation. 

6. Les huiles rares sont les plus riches.

Grosse idée véhiculée par les marques. Oui, l'huile d'argent, de rose et de coco sont pleines de qualité. Mais l'huile d'abricot, de tournesol, d'olives, de raisin ou de prune que l'on trouve en Europe sont aussi intéressantes.En prime, on limite les transports. Et c'est peut-être une idée reçue de ma part, mais la nature étant bien faite, je suis de plus en plus partisane d'une géo-cosmétique : la nature offre généralement ce qui convient le mieux aux besoins du corps pour l'aider à vivre dans son environnement.

Prochaine étape : comment se constituer un vanity bio sans manger son livret A (ou plutôt,  vu le taux actuel, uniquement avec les intérêts de son livret A...) ? Et au rayon beauté, j'ai encore quelques articles sous le coude : une marque de parfums tourangelle, une rencontre à vous raconter et les nouveautés qui arrivent à pas de géant dans les rayons.



Pour aller plus loin :

La liste des ingrédients cosmétiques sur l'Observatoire des cosmétiques

La vérification des ingrédients sur le site de Rita Steins : La Vérité sur les cosmétiques

L'association Santé Environnement France regroupe 2 500 médecins qui suivent les risques santé-environement. Ils éditent de petits guides conseils : Asef-asso


maquillage bio

stelda

21 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas mieux ! Article simple et efficace !

      Supprimer
    2. Merci, vous êtes adorables.

      Supprimer
  2. Intéressant. En te lisant, je me rends compte que je ne lis pas toujours la composition de mes produits de beauté; je vais m'y mettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a pas toujours le temps de tout éplucher.

      Supprimer
  3. Merci pour toutes les informations parce que c'est vrai, on peut se noyer dans ce jargon bio-naturel-santé...parce que tout ce qui est naturel, n'est pas obligatoirement bon pour la santé. Le vin est bien naturel, mais à consommer avec modération... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les marques vertes se mettent aussi au green washing... Comme vous dites, tout est à consommer avec modération.

      Supprimer
  4. C'est toujours intéressant tes billets sur la beauté bio. Une fois de plus, tout est une question d'équilibre ... mais surtout, je crois que je devrais être plus vigilante sur les étiquettes ... d'un autre côté, elles me sont devenues complètement illisible sans lunettes ... c'est pas gagné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence. C'est vrai qu'elles sont de plus en plus complexes, d'où l'intérêt d'avoir quelques repères pour un premier tri vite fait.

      Supprimer
  5. j'adore cet article il a l'air très intéressant la photo est aussi très belle et ton blog est top , je suis aussi une blogueuse et j'aimerais bien que tu viens voir mon blog et merci :* http://fashionlandfb.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fashion Land :) Je vais découvrir ton blog.

      Supprimer
  6. En fait, je crois aussi qu'il faudrait : arrêter de se regarder le nombril parce que le bio "c'est bon pour ma peau". Non, le bio , ça doit d'abord être aussi pour la planète et, par réflexe, pour les machins que vous avez pondus, hein, vos enfants, vous y pensez aux merdes que vous (nous) leur laissez (laissons) avec vos(nos) produits polluants ? Et surtout, le bio n'est pas la panacée, ça n'existe pas. Par contre la conscience, notre esprit critique, il est là ! Merci Stelda pour cet article à nouveau. Et oui à la consommation locale : j'avoue que la dichotomie "j'achète très cher des produits bio (bouffe, cosmeto) qui viennent de l'autre côté de la terre", pour moi, c'est quasi incohérent. Ca fait même très bobo, dans un sens négatif il faut bien dire (je n'ajoute rien, je pourrais mordre). Je termine mes laits pour le corps mais utilise de plus en plus des huiles, huile de noyau d'abricot, de chanvre, d'avocat, bon ok de rose musquée mais aussi d'églantier (enfin la baie). Mais je plaide coupable, j'achète mes sprays d'herbe à chat en ... Jamaïque (oui mes chats sont gâtés je sais). Par contre, je limite mes achats cosmeto à la France ou pays limitrophes, il y a déjà bien assez de ressources. Finis les US à cet égard (mais des progrès à faire sur d'autres ahem).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord... On ne peut pas dissocier l'environnement, l'homme et les animaux. Le respect de l'un entraîne le respect de l'autre, je pense.
      Dans beaucoup de marques US "organic" à la mode en France, les compos sont loin d'être impeccables. Les produits sont plus sexy que leurs concurrents allemands mais moins propres.

      Supprimer
  7. Bonsoir Stelda!

    Je me reconnais tellement dans ton point numéro 1 !
    Il y deux ans j'ai essayé de passer de ma crème de jour Avene sans conservateur à une crème bio, ça a été l'échec total !
    L'alcool, même en petite quantité, m'a desséché la peau, je passais mon temps à remettre de la crème, et au bout d'une semaine à me tartiner 5 fois par jour, j'ai jeté l'éponge.
    Idem pour la mousse nettoyante douce au parfum divin d'une marque française que j'aime beaucoup par ailleurs ! Bref l'alcool sur mon visage c'est le mal !
    Et je suis revenue à ma crème habituelle, dommage pour moi et pour l'environnement, car il me semble qu'elle contient des silicones :-(
    Je n'ai pas encore exploré les possibilités des huiles, je vais me pencher sur le sujet, et comme le souligne Eveange66, en cherchant d'abord des huiles " locales ".
    Ton point 6 me parle bien !
    Merci pour ces articles et j'attends le prochain avec impatience !
    Bonne soirée,
    Carole Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Carole Eve :)
      Si tu cherches une crème naturelle toute douce, les produits Anne Felker sont chouettes. A vérifier sur leur site, mais de tête, il me semble qu'il n'y a pas d'alcool dans les compos. Ils sont pensés pour les peaux sensibles (par contre, il faut aimer la rose). Il y a aussi Doux Me, qui utilise des matières premières régionales.
      Bonne soirée à toi aussi,

      Supprimer
  8. Merci pour ta réponse et ces pistes de recherche !
    Sans être allergique, je ne suis pas très fan des produits très parfumés pour le visage, à l'exception de tout ce qui sent les agrumes, qui sont le parfum de mon enfance, et je crains particulièrement la rose :-(
    Je vais plutôt chercher du côté de Doux me, les matières premières régionales m'intéressent bien!
    Bonne journée Stelda !
    Carole Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le parfum est léger mais si tu n'aimes pas la rose, mieux vaut en effet essayer un autre produit :).
      Bonne week-end à toi!

      Supprimer
  9. Plein de bonnes infos à rappeler, tant le greenwashing est efficace en tout premier lieu vis à vis des vendeurs et vendeuses. C'est qu'ils ont l'air convaincus, en plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire, c'est que des marques "bio" ou "naturels" jouent aussi sur le greenwashing...

      Supprimer
  10. Billet très intéressant ;)
    Cela dit, pour les silicones, je suis pas trop trop d'accord
    Car moi, quand j'utilise des produits qui en contiennent, comme ce fut le cas lorsque j'utilisais des shampooings avec, c'était la CATASTROPHE capillaire : ALERTE SECHERESSE QUOI
    Et bizarrement, sans silicones, tout va beaucoup mieux ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les silicones étouffent les cheveux mais ils ne présentent pas de dangers pour la santé au sens risques d'empoisonnement par des métaux lourds, développement de cancer, désordre hormonal, etc.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox