La théorie du rangement


Je ne dirai pas que La Magie du rangement, la fameuse méthode de Marie Kondo, m'a laissé de marbre, non, elle m'a effarée, exaspérée, interloquée, laissée sans voix. Je ne suis d'ailleurs pas la seule, à lire l'article de Camille Caldini. Je ne comprends tout simplement pas que 2,3 millions de personnes l'aient acheté. D'abord, parce que le livre est assez brouillon, ce qui ne manque pas de sel pour un manuel qui se signale comme la méthode de rangement, ensuite parce que ce n'est pas une méthode, c'est une dictature. La terreur du placard. La névrose de l'objet.

Dès le sommaire, ça commençait fort.

Parler à sa maison et à sa serpillère, non merci. Remercier ses vêtements de leurs bons services, c'est sans moi, d'autant que si je dois saluer mes 36 paires de chaussures et mes 18 tops chaque matin, faudra que je me lève à 5 h. Hors de question. Marie Kondo me dirait sûrement que c'est parce que j'en ai trop. Et que je dois jeter. Jeter. Jeter. Jeter. Jeter.

Jeter, oui, mais chic, ha.

C'est un mantra chez elle : "Ne gardez que les choses qui vous touchent. Sautez ensuite le pas et jetez tout le reste. Vous redémarrerez à zéro dans un nouveau mode de vie". On ne peut pas dire que la balayette ni la serpillère me touchent beaucoup, j'ai un coeur de pierre, peut-être. Toujours est-il que, malgré mon indifférence totale à l'égard de ces objets, je préfère les garder. 


La méthode de Marie Kondo et moi sommes incompatibles pour deux raisons : elle maltraite les vêtements et elle méprise les livres. Deux péchés capitaux à mes yeux.

Vous croyez que j'exagère ? Côté vêtements, je suis d'accord quand elle interdit de transformer de vieilles fresques en tenue d'intérieur. Mais "disposer vos vêtement de façon à ce qu'ils montent vers la droite", sous prétexte que les traits montants de gauche à droite symbolisent une pensée positive, heu, non. Non. Ensuite, tout plier. Mais oui. Ben non. Désolée de te contredire, Marie, mais une garde-robe bien rangée, c'est une garde-robe rangée comme un magasin. Parce que c'est plus joli, plus pratique, qu'on sait immédiatement quels vêtements se marient bien et que du coup, on a moins envie d'en acheter (tout en évitant aussi les achats doublons).

Quant aux livres... C'est simple, elle conseille de les jeter presque tous. Et pour faire le tri, "il s'agit de les toucher. Veuillez à ne pas commencer à les lire, car la lecture obscurcit votre jugement." Oui, c'est sûr. Donc garder un livre qu'on aime lire, c'est aussi absurde qu'essayer une fringue qu'on aime pour voir si elle nous va. J'étais en apnée. "Les livres sont essentiellement du papier, des feuilles des papier assemblées comprenant des lettres imprimées. Leur véritable fonction est d'être lus, de transmettre des informations à leurs lecteurs." WTF ! @#&^^$*:%§!! Bip, biiiip, biiiiiiiiip, voilà, p. 121, on a perdu Stelda.*

Bon, comme je n'aime pas faire les choses à moitié (un point commun tout de même avec Marie), j'ai réussi à appeler le 112 et un électrochoc plus tard, j'ai repris courageusement ma lecture. J'ai appris qu'il fallait jeter les cadeaux (WTF bis), les boutons de rechange sous prétexte que si le bouton tombe, c'est que le vêtement est usagé (remettez-moi une p'tite dose d'adrénaline, s'il-vous-plaît!!), les câbles électriques et les appareils cassés, les cartons vides, les boîtes vides (du simple bon sens). Côté photos, elle conseille de n'en garder que 5 par voyage. Heureusement qu'elle n'a pas sévi chez Doisneau ou Avedon, on serait mal. En fait, si tout le monde vivait selon Marie Kondo, il n'y aurait plus aucun héritage, ni soupière de grand-mère à transmettre à ses enfants, ni collection dans les musées. Oubliez l'expo "Déboutonner la mode" aux Arts Déco, les livres anciens, les collections de timbres.

Conclusion : ce livre est à conseiller uniquement au stade ultime du bordel, à ceux ou celles qui ont tout essayé et sont atteints de syllogomanie, l'accumulation maladive, ce qui clairement, ne doit pas être mon cas. Parce que lorsque Marie Kondo avoue avoir jeté 30 à 200 sacs poubelles dans certaines maisons, je me demande comment elle fait. A part souffrir du syndrome de Diogène...

L'idée de ranger en une fois me laisse aussi dubitative. Ce n'est pas comme si on n'évoluait pas... Donc oui, on est forcément obligé d'y revenir régulièrement. Surtout avec des enfants. A chaque saison, tu es obligé de trier les placards et, une ou deux fois par an, les coffres à jouets pour éliminer tout ce qui est trop petit / cassé / plus de leur âge. Idem pour les papiers administratifs. Et pour les fringues car, n'en déplaise à Madame Kondo, une garde-robe bien tenue se range par saison. Ca permet aussi d'oublier certains vêtements et de les retrouver avec plaisir quelques mois plus tard.

Comme toute chose peut être positive, mon handicap m'a énormément aidé à organiser la maison. Pour rester indépendante et passer mon temps à bouger des choses, grimper sur des escabeaux ou sonner chez le voisin pour qu'il sorte la cocotte-minute des placards si mon mari était absent, j'ai fait de l'ergonomie sans m'en rendre compte. En résulte une révélation que je tiens à vous partager : c'est le rangement qui doit s'adapter à toi, pas le contraire. Théorie validée par plusieurs ergothérapeutes.

Marie Kondo estime que le rangement est universel, ce qui est l'opposé de ma propre théorie du rangement. Bien sûr, il y a des règles de bon sens mais le rangement n'est pas une fin en soi, c'est une aide pour :

  1. Gagner du temps
  2. Economiser de l'énervement
  3. Optimiser la place
  4. Embellir la maison.
Pour une maison facile à vivre, il faut observer la famille dans son élément naturel. Et s'y adapter ensuite. Où le petit dernier jette-t-il son manteau ? Où la grande entasse-t-elle ses livres ? Où est-ce que je pose naturellement ma tasse de café ? Le rangement se construit ensuite de façon stratégique.

Il fut un temps où j'ai même pensé devenir coach en rangement. C'a beaucoup fait rigoler Mr, persuadé que j'étais (et suis encore) la femme la plus bordélique disponible sur le marché quand il m'a rencontrée. Je le soupçonne d'ailleurs d'être un Marie Kondo version homme. Mais comme on a réussi à caser le contenu de nos 120 m2 dans quelques mètres cubes lors du dernier déménagement, les 100 m2 incluant 3 enfants, je pense que ça va, côté accumulation, y a pire. D'ailleurs, pendant 14 ans, on a vécu avec 8 fourchettes... Comme ça compliquait un peu les dîners entre amis, le coeur brisé, Mr s'est décidé sur un coup de tête, il y a un mois, à en acheter une vingtaine chez Ikéa (à mon grand dam, si j'avais su, j'aurais chiné un lot en brocante).

Tout ça ne répond pas à la question principale : d'où vient l'engouement pour La Magie du rangement ? Ce livre marche parce que nous vivons dans une société d'hyper consommation, et que, oui, beaucoup de gens accumulent. Pour autant, je ne leur conseillerai pas ce bouquin. Le vide est presque aussi angoissant que le trop plein. Il marche aussi parce qu'il est radical et que nous tendons de plus en plus vers des pensées, des actions, des sentiments, des opinions... radicaux. Et comme dirait ma grand-mère, en toute chose il faut garder de la mesure.

Non, les "aides au rangement" ne servent à rien. Oui, ranger fait un bien fou. Oui, vider les placards vident la tête. Oui, un grand ménage rend les idées claires. Je ne suis pas pour autant prête à en faire un voyage et une expérience spirituelle. Vous croyez que ma vie est ratée ?

*cf mon amour des livres ici.

PS : Apolline partage ses astuces ici, dans un guide gratuit et téléchargeable. Merci à elle!
Ceci n'est pas du rangement et je pense que Marie Kondo sera ok avec moi

Ceci est du rangement

stelda

51 commentaires:

  1. Nooooooon, pas les livres! En ce moment j'essaye de jeter un peu de choses avant mon déménagement, mais les livres, on y touche pas! Et j'adore exposer mes vêtements sur des cintres pour éviter de tout déplier tous les jours en me demandant ce que je vais bien pouvoir porter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah, c’est le cri du coeur! Jeter un livre m'arrache le coeur, même quand il est mauvais. Même un Marc Lévy ne mérite pas ça.
      C’est tellement joli, des vêtements bien accrochés et exposés...

      Supprimer
  2. le plus grand n'importe quoi, c'est quand même ça: "Veuillez à ne pas commencer à les lire, car la lecture obscurcit votre jugement." (c'est Göring qui écrit ou quoi??!!)

    ceci étant, je pense comme elle que garder des d'objets qui ne servent à rien, ça n'est pas bon pour la zenitude d'une maison. Mais bon, ça tient en une phrase (c'est moi qui l'ait écrite, je l'applique tout le temps et elle me suffit amplement), pas la peine d'en faire un bouquin et c'est la raison pour laquelle je ne comprenais pas non plus l'engouement pour ce bouquin. Tu viens de me confirmer que mes a priori étaient justifiés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, cette phrase m'a fait sursauter mais je pense qu'il ne s'agit pas d'une injonction dans l'absolu ; c'est au moment de trier ses livres qu'il ne faut pas commencer à feuilleter/(re)lire chacun d'entre eux car on n'arriverait jamais à s'en séparer, un peu comme quand on commence à ranger les vieilles lettres et qu'on passe finalement toute la journée plongé dedans en oubliant pourquoi on les avait sorties ! (Si ce n'est pas cela, alors au secours en effet !)
      D'accord avec toi Stelda, à part quelques règles de base simples, le rangement doit s'adapter à soi et à son mode de vie. Je n'aime pas ce genre de livres, "faites ceci, faites cela" des soi-disant experts : j'avais également détesté "L'art de la simplicité" de Dominique Loreau tant vanté par les mêmes blogueuses...

      Supprimer
    2. Cette phrase m’a sidérée. Si on passe un après midi le nez plongé dans de vieilles lettres, c’est peut-être significatif ? Et c’est pour ça, je pense, qu’on les garde. J’ai trié de vieux documents appartenant à mon oncle, c’était fabuleux. Des dizaines de cartes postales datant des années 30, des lettres échangées sous l’Occupation, des cahiers d'écoliers des années 50... C’était un cours d'histoire.

      Je n’ai pas lu l’art de la simplicité, tu m'intrigues :)

      Supprimer
    3. Tu as raison, ce sont souvent nos possessions les plus précieuses. J'ai retrouvé dans les papiers d'un oncle mort une vieille carte d'anniversaire envoyée par ma grand-mère alors âgée de 15 ans à sa propre mère, quelques jours avant le début de la guerre de 14... Carte superbement écrite, aussi bien dans le fond que dans la forme, et très émouvante. Hors de question de s'en séparer !

      Supprimer
  3. Bonjour Stelda,
    Excellent article, comme toujours en même temps (!). Merci pour cette revue claire et précise qui ne me donne pas envie de me plonger dans ce tas de "feuilles des papier assemblées comprenant des lettres imprimées". Cette citation sur les livres m'a tuée : "leur véritable fonction est d'être lus, de transmettre des informations à leurs lecteurs." On dirait que les livres ne sont que des notices! La pauvre est passée à côté de la magie des romans. Et c'est sans doute pour ça que son livre manque de saveur. Pourquoi a-t-il tant de succès ? Est-ce parce qu'il est tombé à point nommé, au moment où les blogueuses, rêvant d'intérieurs scandinaves, réalisaient qu'elles croulaient sous les vêtements et les cosmétiques ?
    En tout cas, je crains que sa méthode de rangement ne serve qu'à vider nos maisons de leur charme. Je vais devoir trouver une autre astuce pour faire du vide dans mon dressing et mes placards.Je ferai peut-être appel à toi coach Stelda!
    Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être l'influence scandinave, tu as raison. Je suis libre à partir du 31 juillet. Si tu veux, je passe (mais je t'ai déjà gardé 3 bouquins de côté...)

      Supprimer
  4. 5 photos par voyage ?? Elle est dingue ! J'en ai 300 sur les 2700 faites en Thaïlande ! DINGUE la nana et ses astuces bidon ! Et les livres c'est sacré !!! LE coup de jeter les boutons de rechange, je crois rêver ! C'est définitif je n'irai pas lire ce livre ! Merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai que le numérique nous a rendu la main lourde sur le déclencheur. De là à en garder 5, hum!

      Supprimer
  5. Je ne pensais pas acheter ce livre... je me disais que ranger, c'est quand même une question de bon sens et puis bon, à chacun sa personnalité! Rien ne m'énerve plus que les dogmes.
    En lisant les extraits cités ci-dessus, j'ai failli tomber de ma chaise. Quelle bêtise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les dogmes sont insupportables mais je crois que c’est le mal du siècle; )

      Supprimer
  6. Oh quelle belle étagère à chaussures! :)

    Et sinon, tu mets bien les mots sur un sentiment de malaise à la lecture de cette tendance "radicale". Certains arguments sont frappés au coin du bon sens (ne pas garder les objets cassés par exemple) mais tout n'est pas bon à prendre (surtout à ce prix là) et comme tu le dis, le rangement c'est au quotidien, sinon à quoi bon...

    Mais j'ai aussi une mère qui, bien que gardant absolument TOUT - est une championne toute catégorie en rangement style Tetris, et qui déménage tous les 3 ans. J'aime autant te dire que cela nous a laissé des traces - tri régulier et optimisation de l'espace, mais aussi amour des belles choses (DES LIVRES!!! comme je regrette de ne pas avoir plus de place pour mes livres... ) et importance de garder avec soi des traces de son héritage, des objets qui nous relient à notre passé. Je suis donc devenue, passé l'adolescence et son gout du bazar, à la fois une adepte du tri régulier et une grande "accumulatrice".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta maman devrait écrire un livre, elle a atteint la perfection. Comme toi, j’ai besoin de garder un peu d'héritage matériel. Pas des montagnes, mais quelques belles choses, des livres que je suis heureuse de voir mes enfants lire aujourd'hui, des souvenirs...

      Supprimer
  7. Nous vivons dans une société de surconsommation, nous avons donc trop de choses ! Au lieu d'apprendre à jeter, apprenons à moins acheter...Incroyable cet engouement

    RépondreSupprimer
  8. Ton article est tombé à point nommé, car j'ai failli acheter le livre.
    Tu as entièrement raison pour la serpillière, la balayette, les livres et les photos. Et je n'imagine même pas plier ma robe de mariée et sans abimer ses beaux décors en sisal. Quant aux boutons, je les garde systématiquement, au pire, rangés dans un bocal, je trouve que ça fait une chouette déco.
    J'avais trouvé il y a quelques semaines une vidéo sur internet concernant sa technique de pliage des t-shirts. Je l'ai même testé. Et bien, une fois tous pliés, on se sait plus faire la différence entre un t-shirt blanc cintré, loose ou un débardeur. Pas très pratique...

    En conclusion, je préfère la méthode Jara.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie Kondo te dirait sans doute de jeter ta robe de mariée qui ne sert à rien... je suis ravie de t'avoir économisé un achat :)
      C’est quoi, la méthode Jara ?

      Supprimer
    2. Laurence Einfalt est coach en organisation (agence Jara) et a écrit plusieurs livres.
      Un petit exemple ici : http://sorganiser-facile.com/2013/04/15/desencombrement-express-les-coupons-de-reductions-et-cartes-de-fidelite/

      Supprimer
    3. Merci!! Ah, les cartes de fidélité... Je les boycotte presque toutes, pour ne pas m'encombrer (et lutter contre le marketing agressif)

      Supprimer
  9. Sidérant de psychorigidité ! J'ai beaucoup de mal à ranger personnellement, tellement de choses qui m'intéressent dans la vie que je peine à consacrer du temps à ce qui pour moi est une réelle corvée.
    J'espère qu'une fois lu, tu auras vite jeté ce document papier pour qu'il ne fasse pas d'encombrement inutile sur ton étagère ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta dernière phrase m’a fait rire, c’est exactement ce que j’ai pensé ;) Le rangement est excellent pour le psychisme mais si tu en es réduit à l'accumulation, je pense qu’il vaut mieux entamer une thérapie avant de se lancer dans ce grand bouleversement. J’ai connu deux personnes malades, l’une syllogomane, l’autre atteinte du syndrome de Diogène. Toutes les deux avaient vécu un traumatisme dans leur enfance : leurs parents avaient vidé leur chambre en leur absence et sans les prévenir. C’est incroyable, non?

      Supprimer
    2. Oui j'ai eu un patient dans le même genre. Je n'en suis pas là heureusement...

      Supprimer
  10. Bonsoir Stelda !
    Merci pour cette lecture et ce compte rendu qui nous épargne bien du temps et de l'encombrement !
    J'ai du mal à comprendre aussi cet engouement généralisé et je suis on ne peut plus d'accord avec les MatchingPoints, on peut aussi et surtout acheter moins et mieux !
    Et non, ce qui m'est inutile ne l'est pas forcément aux autres, je préfère donner ce qui peut servir à d'autres que jeter, et réciproquement !
    Aurais-dû jeter les deux paires de chaussures à talons quasi neuves qui me faisaient mal aux pieds même assise, plutôt que de les donner à une de mes amie qui trotte sans problèmes sur des talons de 12 ?
    Et quant aux livres !!! Je n'achète plus de livres imprimés, je suis passée à la lecture sur IPad, il était temps, les livres et les magazines prenaient doucement possession de notre appartement, mais j'ai trouvé une bien meilleure destination que la poubelle au cas où je ne voudrais pas conserver un bouquin !
    Les salles d'attente des hôpitaux et notamment des services pédiatriques sont toujours en recherche de livres et de jouets. La plupart disparaissent apparemment, mais c'est une bonne chose : ils trouvent ainsi de nouvelles maisons!
    Trier est une bonne chose, bien sûr, si on en a envie. Il ne faut pas se faire violence parce que c'est la tendance, les tendances vont et viennent ! Et une règle absolue ne jamais le faire à la place des autres !
    Je vais regarder de plus près ce livre dont tu m'as parlé, le Moment M4, il a l'air très intéressant, merci pour la référence !
    Bonne soirée à toutes!
    Carole Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Carole,

      Je n'arrive pas à passer à le cure sur Ipad, j'aime trop toucher les livres. Ce sont mes doudous. C'est grave, docteur ? D'ailleurs jeudi, j'assiste à une conférence sur la sensorialité du livre. C'est te dire à quel point je suis atteinte!!
      Les salles d'attentes médicales et les services des hôpitaux sont en effet une excellente piste d'atterrissage pour les livres, les magazines récents et les jouets. Peu de monde y pense, pourtant.
      Bonne soirée,

      Supprimer
    2. Bonjour !
      Oh non ce n'est pas grave, au contraire :-) et moi aussi j'ai des livres doudous, qui m'accompagnent depuis des décennies !
      Pour la lecture sur tablette, je n'étais pas convaincue au début, dans ma famille, on a le culte du livre !
      J'ai basculé car j'étais frustrée de ne pas trouver en librairie certains livres et magazines en anglais, même en les commandant ! Sans parler de la sensation grisante d'avoir sa bibliothèque ( presque complète ) avec soi tout le temps !
      Il n'y a que les beaux livres de mode, certains assez anciens (avec l'odeur qui va avec) et d'autres parfois très grands, et les livres qui ont des textures particulières, qui font appel aux sens, que je n'ai pas sur iPad.
      Ce sont mes livres de travail ( et de passion !), j'en ai parfois plus de 10 ouverts en même temps, pas possible avec une tablette !
      J'adore aussi les manipuler, et il faut reconnaître que la qualité des photos n'est pas la même !
      Ta conférence a l'air passionnante, s'il y a une retransmission, ça m'intéresse !
      Bonne journée,
      Carole Eve

      Supprimer
    3. L'intervention était passionnante. Toute la salle (pleine d'industriels, de spécialistes du marketing, de responsables R&D, etc, bref, des gens très sérieux) s'est enflammée pour ou contre les liseuses. C'était drôle et émouvant aussi, car ces réactions rappellent à quel point le livre est porteur d'émotions pour 99 % des gens, qu'ils l'aime ou le déteste. Décidément, c'est bien plus qu'un simple "recueil de données" !

      Supprimer
  11. Bon mon commentaire à été "bouffé" par Firefox donc ben ça m'emmerde de tout retaper, d'autant que il y en avait un paquet.
    9a commence à m'énerver et vue ma patience..
    Bref j'aime pas le bouquin na !!!
    Si je suis d'humeur, je réécrirais le truc, avec mes arguments posés.
    Là, je me calme, fait chaud !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca, ça m'arrive souvent. Maintenant, je me méfie et je copie le message avant de cliquer sur "envoyer".... Trop énervant de retaper un message long comme un jour sans pain, qu'on a passé un quart d'heure à écrire.
      Merci d'avoir pris la peine d'en laisser un malgré tout, Eveange <3 (j'avoue que j'avais hâte de te lire!)

      Supprimer
  12. Dis donc la dame n'est pas porté sur le don ou le seconde main. Faudrait tout jeter, bonjour le recyclage et la prise en compte de la Nature. En tout cas ton article m'a fait bien rire, je n'avais pas envie (et pas besoin ah ah) de lire ce livre et tu me le confirmes! Bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Woody, je suis contente de t'avoir amusée :) Tu sais qu'en voyant ta guirlande guinguette, j'ai galopé chez Lidl ? Hélas, il n'y en avait pas (ou plus).
      Bises

      Supprimer
  13. Je ne l'ai pas encore terminé mais je suis plus mesurée que toi. Je crois surtout qu'il faut apprendre à consommer mieux pour avoir moins à jeter. Ensuite, je suis parfois grave quand je garde des piles de magazines ou des articles que je ne relis jamais ... bref, dans ce livre comme dans la vie, il faut trier avce bon sens. je le termine et l'en reparle !!!

    RépondreSupprimer
  14. Hello Stelda : merci pour ce chouette article, qui m'a beaucoup intéressée ! Je te suis dans la plupart de tes arguments (et je n'évoque même pas la question des livres - et des photos -, tout a été dit par toi ou tes lectrices), mais je voulais souligner les quelques points que j'ai trouvé positifs (c'est mon côté avocat du diable !).
    Le rangement vertical : je l'ai adopté pour mes pulls et tshirts, et je trouve ça carrément pratique : je les vois tous d'un coup d'oeil, et les connais assez bien pour différencier ceux de même couleur par exemple.
    La joie : c'est peut-être mal dit (comme l'ensemble du bouquin, d'ailleurs), mais je trouve que ne conserver que les vêtements avec lesquels on se sent vraiment bien est plutôt agréable.
    Les cadeaux : je trouve ça plutôt libérateur de désacraliser le cadeau ! Il y en a qui tombent complètement à côté de la plaque parfois !
    Mais je te rassure tout de suite : je ne me suis pas mise à parler à ma maison ou à mes objets ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison : tout n'est pas à jeter dans ce livre. J'ai d'ailleurs réfléchi à une autre joie, faudra que je vous en parle.

      Supprimer
  15. Je suis tentée pour ce livre...(mais pas encore acheté) pour me motiver à désemcombrer.
    Par contre, j'ai lu certaines mises en pratique chez certaines bloggeuses et c'est pas mal.
    Le pliage de certains vêtements (Marie Kondo ne le fait pas pour tous les vêtements non plus, je pense puisqu'elle a parle de penderie aussi) je l'ai testé sur les chaussettes, slips, serviettes et j'avoue que ca me plait, j'ai l'impression d'avoir gagné de l'espace de rangement...
    Par contre pour les tee- shirt là j'ai pas de tiroirs donc...

    Quand elle parle de tout trier en une fois, je pense qu'elle veut dire pour démarrer le désemcombrement total pour repartir sur de bonnes bases, mais c'est sur qu'ensuite il faut continuer régulièrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, non, elle ne plie pas ses manteaux. mais quand elle dit de garder ses manteaux avec robes d'été, ça me semble une hérésie totale.
      C'est sûr que si on se sent encombré, il vaut mieux prendre le taureau par les cornes et faire "tornade blanche" dans la maison pendant une journée ou deux : c'est libératoire.

      Supprimer
  16. Dans le même style, il y a quelques années, j'avais acheté le livre "L'art de l'essentiel (jeter l'inutile et le superflu pour faire de l'espace en soi)". J'ai trouvé ce bouquin totalement anxiogène. C'est grave docteur ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trèèèèèès grave. Pour la peine, vous achèterez des fleurs !

      Supprimer
  17. Me voilà.... Fait moins chaud !
    Le rangement, vaste sujet, objet de thèses et de textes divers et variés. Le rangement (voire l'aménagement) peut devenir obsessionnel, voire l'expression d'un mal être ou d'une pathologie...
    Ici Mme Kondo semble vouloir nous prouver que le rangement par le vide est la meilleure solution (ben oui, au moins, on ne se casse pas la tête à chercher des solutions, hop, on balance, tout - son livre aussi d'ailleurs mais bref, je m'égare). Et on ne garde que ce qui nous fait plaisir... Note à soi même : est ce que mon compagnon, mes enfants, mes parents, mes collègues...me font plaisir ? Ah mais on ne peut pas les jeter eux (enfin si, du moins, on jette bien comme des kleenex les compagnons dont on se lassent ou les parents en maison de retraite, quand ça dérange, faut pas se remettre en question ni faire d'efforts ahem...).
    Marie Kondo. On ne peut pas retirer à cette dame la sincérité de sa démarche ; néanmoins, je me demande si elle est bien humaine la dame là ! Ou bien si elle bu trop de thé matcha.
    A noter que son bouquin a eu un succès retentissant dans les pays anglo saxons, principalement les US et, dans une moindre mesure, UK.
    Pays de grande abondance, de sur COnsommation, où les femmes ont des pièces entières réservées à leur dressing de fringues et chaussures, où les maisons sont très vastes. Bref, des modes de vie différends des notres (sauf quand, hélas, les français tentent d'imiter et de prendre parfois le pire du "comme aux US").
    Les US où chaque geste nécessite un coach (ça marche très bien là bas, un coach ou un tutoriel pour apprendre à lacer ses lacets, à porter un foulard-sic-, à ranger donc, à acheter oui oui et j'en passe dans les excès). Ne vous méprenez pas sur mon compte : je ne fais pas d'antiaméricanisme primaire, les US sont un pays avec beaucoup d'attraits, on ne va pas le changer. Mais alors on ne va pas le singer non plus ! Comme les 50 nuances de conneries qui a ravit le côté cul serré et pudibond des ricains (mais qui laisse n'importe qui avec un flingue, ben quoi) et des anglais, alors que la pauvreté littéraire du truc laisse sans voix, et que dire du côté "je suis une femme soumise".
    Revenons à nos moutons, euh à notre Kondo.
    Mme Kondo aussi arrive à point au moment où le mouvement du minimalisme se démocratise (ce qui signifie qu'il va disparaitre : ben oui, si les masses, la plèbe, s'en saisissent, s'en est finit pour "l'avant garde"). Mais si, vous savez, ce mouvement mis en avant pas de nombreuses bloggeuses... aux US encore ! Qui prônent une garde robe limité, monacale, quasi monochrome, avec de grandes marques bien chères, pas très connues, sinon des happy few... Le reste, on balance encore, ben quoi, c'est la vie, faut consommer, toujours, bien que différemment. Mouvement minimaliste , tel que décrit ci-dessus, qui dérive lui même de la simplicité volontaire, mouvement du retour à la simplicité, au recyclage (au bon sens moi je dis, mais bon, mon opinion hein ...), (re)mis au gout du jour au Québec à la fin des années 80. Même Wikipedia en parle, c'est dire ! Il y avait beaucoup de sincérité aussi. En France, des forums comme celui de "On peut le faire" ou des blogs de vie en autarcie existent depuis longtemps... et n'évoque pas une garde robe à des milliers de dollars, quoique minimale ! D'ailleurs, combien de bloggeuses minimalistes consomment bio, recyclent, évite des boites à roue, le suremballage et j'en passe...
    Tout cela pour dire que, y compris le bouquin de Marie Kondo, cela traduit un mal être absolu, une perte complète de repères, quels qu'ils soient, d'oubli du sens critique pour retomber dans des gourous pire que ceux dénoncé par ceux qui rejettent les religions. C'en est une autre à mon sens.
    Une mode aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon commentaire étant trop long, partie 2 :
      Je n’achèterais pas le livre de Mme Kondo : je l'ai lu par contre car on me l'a prêté avec beaucoup d'enthousiasme par une personne convaincue de la certitude d'avoir trouvé le Graal... Ouais bien sur, parfait pour le lavage de cerveau quoi.
      Pitié mais pitié, réapprenez à penser ou apprenez tout court. Laissez tomber les coachs (bon un grand nombre sont bienvenus tout de même), ayez l'esprit critique et le bon sens.
      C'est fou tout de même, on va crever dans notre sur consommation dont on ne sait plus que faire.
      Je n'ai pas besoin de livre de ce style : ma soeur remarquait récemment que, en fait, je ne possède pas grand chose (bon mea culpa, beaucoup trop de chaussures, help Marie Kondo, je fais quoi ? Mais je jettes bien sur). Pas besoin en fait.
      Au délà de cet ouvrage, ce sont des questions plus sérieuses qu'il faut se poser, enfin pour ceux qui ne veulent pas jouer l'autruche (non parce que un commentaire sur un blog, comme je le fais hein) ça va pas loin).
      Si vous avez trop de truc, rangez (si si) : ils existent, pour le coup, des blogs de rangement (d'astuces de) US depuis plus de 15 ans, Mme Kondo n'a rien inventé mais bon, la mode, elle est japonaise, le dépouillé japonais scandinavo machin tout ça...
      Stelda, tu connais mon côté un peu provoc, j'appuie là où ça fait mal, y compris pour moi.

      Supprimer
    2. Ca valait le coup d'attendre ton message, Eveange. Merci! Je n'ajoute rien, tu as tout dit et je ne trouve pas que ce soit de la provoc (ou j'en fais moi aussi H24 ?).

      Supprimer
  18. Alors : je n avais pas entendu parler de ce livre avant , maintenant je suis énervée , énervée ! Je ne veux surtout pas le lire .
    Surtout pour les bouquins ...
    Je suppose que l auteur ( d ailleurs conseille t elle de jeter ou de donner ? Parce que jeter c est tout simplement scandaleux , immoral ) a réfléchit 5 minutes à certaines questions existentielles et a pondu son oeuvre .
    -j ai besoin d acheter mais ca va se voir , que faire ?
    - Je suis très mal dans ma peau , si je suis les conseils du livre , je vais régler mes problèmes psychologiques , c est certain .

    Dans quelle étagère ????

    LADY E

    Ps : je trouvais aussi qu' on mangeait beaucoup avec les doigts chez toi !!!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel était sauf : il y avait toujours des verres pour tout le monde!
      Marie Kondo emploie le mot jeter, mais rien ne t'interdit de donner si c'est donnable. Elle dit des choses intéressantes mais comme dit Jicky, pas de quoi en faire un bouquin de 250 pages. En 3 chapitres, c'est louché. Et ça économiserait du papier :) Gros bisous!!

      Supprimer
  19. A défaut de me donner envie de lire le livre de Marie Kondo, ton article m'a fait découvrir une nouvelle façon d'envisager le rangement de mon dressing. J'aime bien l'idée du magasin de vêtements. Je vais réfléchir à comment je pourrais l'adapter chez moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le magasin, c'est une astuce magique. Pratique et jolie :).

      Quant aux aides au rangement, je parlais des caisses, séparateurs de tiroirs, etc.

      Supprimer
  20. Et pour les "aides au rangement", je dois dire que moi ça m'a bien servi de lire des sites américains d'organisation comme Flylady. Après il y a à prendre et à laisser dans ces sites mais ça donne des techniques pour ranger ou s'organiser plus efficacement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute ton guide en fin d'article, j'espère qu'il aidera des lectrices :). Encore merci de l'avoir partagé!

      Supprimer
  21. J'espère que ceci te réjouira comme cela m'a réjouie moi-même :
    http://www.simonedebougeoir.fr/2015/08/ou-lon-apprend-que-trier-ses-chaussettes-est-un-acte-politique/
    Longue vie à Stelda!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille mercis! Aaah, je me sens moins seule :) Vive Simone... et vive toi pour ce lien qui m'a bien fait rire.

      Supprimer
  22. BlueHost is ultimately the best hosting provider with plans for all of your hosting requirements.

    RépondreSupprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox