Où François Ier rencontre une blogueuse


C'est l'histoire d'Ariane, une fille qui a deux totems : la tête de biche empaillée qui lui vient de son grand-père et son 2.55 de Chanel. J'adore les trophées, je n'aime pas Chanel mais j'aime le décalage entre les deux. Et j'ai adoré le roman d'Ariane D.

Dans Pétage de plombs chez François Ier, elle a mixé son univers et celui de son héros préféré (le sac 2.55 mis à part). Le résultat, c'est l'histoire d'une Parisienne très Colette et L'Eclaireur qui se perd dans les couloirs du temps et atterrit à la cour du roi François Ier. Propulsée au coeur de l'histoire de France, Ariane découvre les tortures infligées aux condamnés, les rituels d'hygiène et de beauté un peu étrange, des robes assez encombrantes et des moeurs plus légères que les jupes des dames. D'abord totalement déstabilisée, Ariane réalise vite que, XVIe ou XXIe siècle, les sentiments restent les mêmes et trois bisous mal placés ou deux jurons bien sentis provoquent des dégâts collatéraux . Elle découvre aussi que des habitudes qui semblent fort étranges à un observateur moderne avaient leurs raisons d'être à la Renaissance.

Mêlant l'ancien français et le langage 2.0, c’est un genre de Kaamelott marié à Bridget Jones, un roman drôle et instructif. J'ai un peu flippé ma race au premier chapitre (comme dirait Ariane) et puis je l'ai trouvé fort aisible à lire (comme dirait François Ier)

Ariane D a travaillé 10 ans dans la mode, jusqu'à un burn out. Du fond de son lit, c'est la lecture d'un livre sur François Ier qui l'a sauvée. Passionnée de mode, elle devient passionnée d'histoire et ouvre un blog de vulgarisation, Histoire très personnelle. Dans cet article, Ariane raconte sa vie, son oeuvre et, surtout, le cheminement qui l'a menée de "gagner du pognon à faire un truc qui m'intéresse". Je ne suis pas du tout objective, c'est un cheminement que j'ai suivi. Mode + histoire + cheminement + zinzin = grosse envie de rencontrer cette chère Ariane.

En attendant, j'attends le deuxième tome  : à la fin de Pétage de Plombs chez François Ier, Ariane semble atterrir en plein Ier empire... ou est-ce le second ? J'espère que c'est le Second, ce malheureux Napoléon III n'a jamais eu la reconnaissance qu'il mérite.


Les Editions Hugo Roman offrent très gentiment un exemplaire à l'un d'entre vous.

Pour participer, une condition : 
parlez-moi de François Ier!

Racontez-moi une anecdote, ce qu'il vous inspire, si vous aimez cette période, qui étaient ses copains, sa femme...


Tirage au sort le 18 juin, ce sera l'appel de Stelda!

Clôture des participations le 17 juin à minuit.


Pétage de plombs chez François Ier, un livre richement illustré publié par les Editions Hugo Roman

Source photo : Hugo Roman 

stelda

15 commentaires:

  1. ah je l'ai vu dans la presse ! ça semble pas mal !! François 1er je pense à la salamandre, c'est son emblème !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu hier que ELLE en a parlé, entre autres. Je suis ravie pour l'auteur, j'espère que ça l'encouragera à continuer.

      Supprimer
  2. Il a l'air très très intéressant ce roman ! Comme CamilleG, je dirai la salamandre. Mais ça me rappelle aussi mes vacances au début des années '90 quand j'ai visité les châteaux de la Loire avec mes parents. Nous séjournions à Amboise, nous avons donc visité son château, mais aussi le Clos Lucé. Je me souviens aussi du son et lumières sur la vie de François 1er.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est drôle et vivant et permet d'apprendre une foule de choses sur la vie quotidienne de l'époque. C'est passionnant (mais bon, je suis fan d'Histoire, je ne suis pas très objective!). Le Clos Lucé, c'est très sympa et Amboise est une ville magnifique.

      Supprimer
  3. Tout ce que je peux te dire de ce cher François, c'est qu'il a donné son nom à mon frère, parce que mon père est fan de Chambord (quand il vit en France, il y va une fois par an)...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Stelda,
    Je viens d'écrire un long commentaire qui a tout simplement disparu. Je recommence donc en version plus allégée. Ce livre a l'air sympa, plutôt drôle, ce genre d'histoires me plaît bien, (j'adore les revivals austeniens et les premiers romans de Jasper Fforde, ainsi que les romans policiers historiques du genre Jean-François Parot).
    Quand nous sommes arrivés à Tours, nous avons fait pas mal de visites de châteaux alentours pour connaître la région et savoir où amener la famille et les amis en vacances chez nous. A Blois, nous avons vu le tableau de Ingres qui représente la mort de Léonard de Vinci dans les bras de François 1er. En réalité, François 1er n'était pas là au moment où son ami a rendu son dernier souffle, il me semble qu'il était à Saint-Germain en Laye. Pourtant le tableau raconte cette scène, souvenir d'une relation très forte entre l'inventeur et le roi. Quelques jours après, nous avons visité le Clos Lucé, la maison de Léonard de Vinci et nous sommes tombés sur une reproduction du tableau, qui précisait que l'inventeur était mort dans les bras de François 1er. Quand je pense à François 1er, je repense à cette histoire et je me souvient qu'il faut toujours rester en éveil par rapport à ce que l'on voit. Et il me fait penser aussi à ces belles journées où l'on partait à l'aventure visiter notre région.
    Belle journée, bises,
    Marie-Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roooh, je suis désolée, c'est énervant quand un long commentaire disparaît.
      Si même les musées racontent des menteries, où allons-nous ? Merci pour cette anecdote incroyable.

      Bises et bon week-end :)

      Supprimer
  5. Tu donnes envie d'y voir de plus près !! Bonnes lectures en perspectives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je n'ai pas parlé des photos qui illustrent le roman... Elles valent le détour.

      Supprimer
  6. Hey mais ça m'a tout l'air d'une parfaite lecture pour le bord de la piscine cet été :-)
    Bizarrement, quand je pense à François 1er, je pense d'abord à ses portraits avec son grand nez et son béret (?) en biais, et à ses armures imposantes car il était super grand (1,98m). Ce n'est qu'ensuite que me viennent 1515 et Marignan, la Renaissance française et la venue de Léonard en France, etc...
    Merci pour le concours :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie :) Ce portrait est gravé dans la mémoire de beaucoup de gens, il est très fort.

      Supprimer
    2. Chère Gaëlle, tu s été désignée par le sort 😊

      Supprimer
  7. François 1er pour moi c'est la Renaissance, la richesse des étoffes, les fleurs de lys... En tous cas, j'ai bien envie d'aller voir de plus près ce qui me semble être une lecture fort plaisante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout ça, c'est vrai. Les étoffes sont l'une des premières choses qui me viennent en effet quand je pense à la Renaissance.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox