Une histoire d'amour : Rose Desgranges


1940. Une jeune fille de bonne famille monte à Paris. Rose Desgranges a 16 ans, elle doit nourrir sa mère, ruinée. Les rues sont envahies de soldats allemands, les files d'attente s'allongent devant les crèmeries et il faut parfois économiser plusieurs mois de tickets pour acheter un manteau.

Travailleuse, bien élevée, Rose parvient à se placer dans un salon de coiffure au premier étage du 70 de la rue du Faubourg Saint Honoré, juste en face de l'Elysée. A l'époque, Le Figaro Club de Paris est l'adresse de toutes les élégantes. Rose se rend vite indispensable : elle confectionne toutes sortes de postiches et d'accessoires, elle est élégante, énergique et créative. C'est elle qui imagine de petites vitrines à thèmes pour attirer les clientes. Le propriétaire du salon, Albert Meyer, tombe amoureux de cette fille au visage d'actrice de cinéma et l'épouse.

Si Rose est créative, son mari l'est aussi. Chimiste de formation, il invente des colorations végétales, des palettes de maquillage... et en 1958, il lui fait un cadeau : un parfum créé sur mesure, rien que pour elle, le mélange qui, pour lui, incarne sa femme. 

Les années ont passé, Rose et Albert sont partis, le salon a fermé. L'histoire aurait pu se terminer là mais Patricia Meyer, l’une des filles de Rose, retrouve dans une armoire le flacon de parfum de sa mère. Elle décide de poursuivre la belle histoire d'amour de ses parents en ramenant leur parfum à la vie. L'eau de parfum Rose Desgranges renaît le 1er décembre 2014.


La cour du 70 rue du Faubourg Saint Honorée s'est réveillée, la boutique a été réaménagée. Si vous y allez, vous découvrirez l'histoire de Rose et Albert sous le porche. Un air des années 1950 flotte dans la boutique. De la douceur, de jolis détails, le temps qui ne compte plus... Sur le mur de pierre, on voit les coiffures d'époque dessinées par Albert.

Contacté par les filles de Rose Desgranges, le parfumeur Benoît Lapouza a reconstitué le jus original, en tenant compte, bien sûr des matières premières qui ne sont plus les mêmes. On y sent la rose et l'iris, le patchouli est discret. C'est un parfum rétro qui possède pourtant une touche étonnamment moderne : je lui trouve un air de famille avec Coco Mademoiselle... créé en 2001 ! Un parfum qui n'est pas calibré pour toutes les femmes mais qui, je pense, peut trouver sa place chez celles qui aiment rêver, se moquent de l'époque, des modes, des normes. 




L'actrice Laura-Rose Presgurvic, petite-fille de Rose Desgranges, incarne ce parfum ressuscité "Ma grand-mère a toujours été mon modèle. Elle a participé à ce que je suis devenue aujourd’hui. Elle m’a donné le goût de l’élégance, l’envie d’être féminine, d’être différente. Sa classe me restera en mémoire toute ma vie. Le souvenir le plus émouvant ? Son odeur, son parfum ! Cette effluve, sa signature... Sa présence embaumait dès qu’elle entrait quelque part, c’était elle ! Je suis fière et tellement heureuse de faire renaître et porter son empreinte, de la partager avec d’autres femmes ! C’est un peu comme si Rose Desgranges était de nouveau tout près de moi, avec son amour, son glamour, sa générosité, sa personnalité, mystérieuse, charmeuse, débordante de vie. "

Rose Desgranges est plus qu'un parfum, plus que l'histoire d'un couple : ce sont les souvenirs et l'amour qui unissent toute une famille, à travers 3 générations. Une façon de vivre et d'aimer. Voilà ce que j'ai ressenti dans cette petite boutique et en discutant avec Patricia Meyer, ce qui m'a fait aimer Rose Desgranges.

Le flacon minimaliste se rapproche au plus près du style de l’époque.

L’Eau de Parfum Rose Desgranges existe en 3 formats : 
30 ml (79 €), 50 ml (96 €) ou 100ml (169 €)

La cascade olfactive
Note de tête : Rose, Bergamote, Mandarine
Note de coeur : Ambrette, Jasmin, Iris
Note de fond : Absolu de Vanille, Musc, Patchouli, Mousse de chêne



Vous pouvez suivre Rose Desgranges ici

Photos : Rose Desgranges

stelda

4 commentaires:

  1. Très bel hommage et très belle histoire d'amour concrétisé par ce parfum.
    Et bien voilà d'ou vient aussi les très belles chansons d'amour de la comédie Roméo et Juliette puisque je découvre que Gérard Presgurvic est un des beau fils de Rose..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne peux pas savoir à quel point j'étais émue en sentant ce parfum et en découvrant son histoire.

      Supprimer
  2. Très belle découverte (je n'ai jamais entendu parler d'elle, j'avoue...) tu donnes envie de visiter la boutique et sentir le parfum... merci, très belle histoire aussi, on imagine un scenario un peu comme la vie de Coco...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais jamais entendu parler non plus. Il y a toujours des merveilles à découvrir, tant mieux!
      La vraie vie est souvent pire qu'un roman, en fait ;)

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox