Un mort : Dior.



 Si vous avez suivi les défilés haute couture, la silhouette seventies de Dior n'a pas pu vous échapper. Je viens (3 ans après tout le monde) de regarder le dernier défilé Dior, je n'en avais vu que LA silhouette visible dans tous les magazines, maintenant, je sais pourquoi : c'est la seule montrable (oh, que je suis méchante!!). 

Je ne comprends pas cette bouillie de styles, cette soupe cheap de matières. C'est pire que chez Chanel. Les silhouettes sont relativement équilibrées mais c'est incohérent, on est noyé. En prime, on dirait qu'il a pompé Pucci. Rectification : il a pillé Pucci. 

Décryptage d’un cas d'école. 




Voici les photos qui ont beaucoup tourné. Tout ça est très joli, ces silhouettes me font irrésistiblement penser à Frida Kahlo (et aussi au travail d'un jeune couturier espagnol dont le nom m'échappe mais qui était magnifique). Le travail de plissé est charmant, les couleurs tranchées, les cuissardes colorées qui ressemblent à des pieds trempés dans la peinture... on sort de la haute couture fanfreluches et c'est bien.



Ces petits manteaux colorés... aïe, ça se gâte, nous voilà devant du seventies très premier degré, on entend un air de Courrèges, de Cardin, bref, du déjà vu, même si les applications sur le côté twistent le truc. Idem avec cette robe et sa découpe hublot. Raf commence à se faire plaisir avec des matières étranges, on craint le pire pour la suite. Et on n'a pas tort...


Les meilleures choses ont une fin, une vague de robes très Dior by Raf nous le rappelle : bustier étriqué coupé pour une enfant de 8 ans, longueur inavouable sauf filmée en contre-plongé. Raf est bien là.

  

Et en court ? C'est génial, le court : la robe de gauche réussit l'exploit de transformer une mannequin d'1 m 80 et 50 kilos en femme enceinte. Celle de droite, au contraire, lui enlève 10 centimètres de tour de taille. Allez comprendre. C'est peut-être un clin d'oeil du styliste : "Chez Dior, on a des doigts de fée et on peut vous enlever 10 kilos d'un coup de ciseaux, ou même vous en rajouter si vous préférez, on est des dingos".



Dingos, oui... il faut l'être pour enfiler cette combinaison en paillettes, qui effraierait même les gracieuses chanteuses d'ABBA. Je me demande ce qu'ils pulvérisent comme parfum d'ambiance dans le studio de Dior. Mais c'est de la bonne.

 


Comme on n'avait pas bien compris qu'on était en plein revival seventies (positivisme, tout ça) même s'il est saupoudré d'un peu de sixties, vous reprendrez bien un peu de Pucci ? Ca s'appelle un hommage. Je serai Pucci, je l'aurai quand même mauvaise, même en faisant partie de l'écurie LVMH, comme Dior.


Et pour faire bonne mesure, hop, une petite robe façon Chanel. Voilà, ça ne mange pas de pain et ce sera charmant sur tapis rouge, on voit déjà Marion C. dedans. Et on termine avec une orgie de lamé, parce que tout de même, on est chez Dior et il faut en avoir pour son argent, nan mais oh. Et oui. Mention spéciale aux chaussures qui sauvent les deux silhouettes.



Voilà. Je suis atterrée, je me permets de le dire au cas où vous n'auriez pas bien compris, pardon, je me Rafise et comme lui, je répète les gimmicks. Je ne comprends pas cette collection qui ressemble plus à une démonstration de savoir-faire qu'à une collection. Je suis perdue devant cette avalanche de matières, de couleurs, de coupes qui se télescopent et se cannibalisent les unes les autres. Toujours ce sentiment que Raf Simons n'arrive pas à choisir. Je sais bien que la haute couture est un laboratoire et une vitrine, pas destinée à être portée mais elle a aussi vocation à faire rêver et là, j'ai plutôt envie de pleurer. 

Au fait, ces jolies cuissardes chaussettes, elles avaient eu une première vie chez Pucci en 2012... et on était nombreuses à baver dessus.
Pucci, prêt-à-porter Hiver 2013 - source : style.com

Bien sûr, la mode n'invente rien. Tout le monde a déjà fait des jupes à paillettes, des bottes, des manteaux trapèze. Mais en étalant tous ces échantillons de créations décousues, voire recousues comme les silhouettes aux imprimés Pucci, on n'entend plus les histoires de Dior. De quoi parle-t-il ? Du passé ? du présent ? D'un futur qu'il n'arrive plus à inventer ? et contrairement au défilé Chanel qui ne m'a pas fait vibrer non plus, Dior ne bénéficie pas du second degré de Karl (qui fait passer bien des choses), ni de sa culture. Je ne jette pas la pierre à Raf, je crains que Dior l'étouffe et qu'il ne soit pas à sa place. Il n'a peut-être pas l'âme d'un couturier : on peut aimer la mode et la forme sans être un couturier, sans avoir cette forme de pensée très particulière qui réunit tissu, femme et architecture en un objet : le vêtement.

Non, je ne suis pas frustrée de ne pas avoir été invitée au défilé Dior. Je suis un peu triste, en fait et comme tous les pudiques, je le cache avec une bonne dose d'humour. On a un mort : Dior.

PS : Evidemment, mes critiques ne sont pas parole d'Evangile et si vous voulez lire d'autres points de vue, Lise Huret a fait un billet sur Tendances de Mode et Suzy Menkes sur Vogue.

Dédicace à Eudoxie

stelda

22 commentaires:

  1. Tien, je n'avais pas fait le rapprochement. En fait, je les suis d'assez loin car d'être trop dans l'air du temps ne m'aide pas à vendre. Mes clientes ne sont pas à la pointe des tendances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tant de défilés et de présentation que c'est difficile de tout suivre, de toute façon.

      Supprimer
  2. effectivement, c'est du plagiat! :-)
    et dans le genre déjanté (mais rarement raté) je préfère vraiment Prada....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prada a choisi "le laid" (ce sont les mots de Miuccia elle-même) et c'est une voie particulière, dans laquelle ils réussissent vraiment. Ca ne correspond pas toujours à ce que j'aime mais j'apprécie énormément ses partis-pris très réfléchis et cohérents.

      Supprimer
  3. ps: le pire je trouve c'est les cuissardes et chaussures en latex brillant qui navigue entre le gant de salle opératoire et le film X sur-colorisé... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, figure-toi que c'est justement ce que je préfère, avec les modèles "mexicains"

      Supprimer
  4. Moi j'avais pas vu parce que je suis compte entièrement sur toi pour nous montrer ça ^^ (j'ai même pas vu Chanel pour dire!). Mais je trouve que cette collection n'est pas digne de la Haute Couture (déjà qu'en prêt à porter ça serait limite), les couleurs no comment, les coupes sont sans vie, pas d'audace, de la pâle copie. Sans parler des mannequins maigrissimes qui tirent une tête de 10 mètres de long. Non vraiment, on voit que Galliano manque à cette maison. Bisou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouhlala, tu me mets la pression, Woody :). Merci, j'ai toujours un peu peur de vous rabâcher des défilés que vous auriez vus mille fois partout...
      Le travail et les tissus sont magnifiques, mais l'ensemble n'a pas de fil conducteur. D'où cet effet patchwork pas couture du tout. On le oit d'ailleurs très bien dans le doc de M6

      Supprimer
  5. NON ! Ils n'ont pas fait ça
    C'est vraiment du massacre
    Bisous ma Steda et courage .... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense de plus en plus que Raf Simons n'est pas fait pour Dior :(.

      Gros bisous, Sylvie

      Supprimer
  6. Je suis d'accord avec toi ! Tout le monde semble s'extasier devant les défilés de Dior et Chanel mais sincèrement, ce n'est plus ce que c'était. Beaucoup de méli-mélo et de mise en scène sur les défilés mais cela ne ressemble plus à de la Haute Couture, au contraire d'autres créateurs bien plus intéressants au fil des saisons ( ps : et le monsieur Raf Simons semble très antipathique suite à ce que j'ai pu en voir dans un documentaire très intéressant sur les petits mains de chez Dior passé sur M6 il y a 15 jours ... mais alors lui, je pense qu'il a un peu le melon ! ( à la TV, ils disent " la pression " ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mise en scène peut valoriser le vêtement et embarquer le spectateur mais si le vêtement ne raconte rien, le décor ne lui donnera pas la parole, en effet ;.
      Merci pour le doc, je vais le regarder en replay. Du coup, j'ai trouvé une critique assez énervée ici : http://www.mansau.com/wordpress/?p=123
      C'est vrai que c'est très violent, un défilé et la pression est énorme. Chez Dior, tu joues des milliards d'euros.

      Supprimer
    2. Ayé, j'ai regardé le documentaire. Je suis encore plus triste... J'ai ressenti un énorme gâchis du travail incroyable que peuvent offrir ces couturiers passionnés.

      Supprimer
    3. Ayé, suis allée lire l'article de ce lien. Je vois que je ne suis pas la seule à avoir pensé ça en voyant ce documentaire. Son comportement est limite injurieux vis à vis des couturières et jeunes apprentis ...

      Supprimer
  7. Découvert ce lieu il y a quelques jours - STOP - Viens de lire ce billet et quelques autres - STOP - Je sens que ce blog va me plaire - STOP - Enfin des écrits sensés, argumentés et drôles - STOP - Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment - STOP - Vous êtes le bienvenu - STOP - Quand j'ai amusé un visiteur, j'ai réussi ma journée - STOP - A bientôt :)

      Supprimer
  8. Enfin !!! Ça fait tellement du bien de voir que quelqu'un est du même avis que moi ! A chaque collection, je suis de moins en moins convaincue par Raf Simons chez Dior. Et sur tapis rouge, c'est un désastre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que nous sommes nombreux à le penser. La quantité ne fait pas foi, bien sûr, mais il y a tout de même une disparité étonnante dans ses créations :). Merci Isabelle.

      Supprimer
  9. Et bien je n'aime rien du tout... c'est un défilé de haute couture ca ?
    J'ai l'impression de voir un défile de quelqu'un qui a fait plein de récuperation de vieux vêtements, c'est amusé à les découper en morceaux, et réassemblé les morceaux n'importe comment...

    En effet c'est à l'opposé total des beautés de John pendant ses années Dior.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La récup, ça peut être très chouette mais là, je pense que ce sont plutôt les images d'archives qu'il a assemblé... et ça crie.

      Supprimer
  10. Chère Stelda,
    Chacun de vos posts est un petit bijou!
    Et surtout - et enfin - pas de langue de bois.
    Je me régale depuis que j'ai découvert votre blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooh, merci! J'en suis ravie. A bientôt :)

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox