Une robe noire


Une robe noire qui n'attend pas janvier pour défiler ? C'est celle des avocats, qui arpentent les rues ces jours-ci, banderoles et haut-parleurs au poing.

La robe des avocats rappelle que l'homme qui l'enfile s'efface derrière sa fonction, elle met aussi tous les avocats sur un pied d'égalité : riche ou pauvre, ténor ou débutant, tous se coulent dans la tenue noire décorée d'une cravate blanche et ornée sur l'épaule d'un petit rabat bordé de lapin. Supprimée à la Révolution, elle est réintroduite par Napoléon et n'a pas subi de modification majeure depuis la fin du XIX° siècle. Quelques exceptions, pourtant, comme cette robe-treillis :



Et on ne rigole pas avec les exigences d'une robe de qualité : 
  1. Résistante : coûtant au minimum 200 € (et plutôt 500 € chez Ponsard-Dumas), on ne va pas en changer à chaque collection Croisière. Les fils doivent être solides, les coutures soigneuses et les boutons et les boutonnières particulièrement renforcés, puisqu'un avocat peut l'enfiler ou l'enlever plusieurs fois par jour.
  2. Légère : en plein été, dans une salle d'audience bondée, avec une petite dose de stress, le cumul robe + tenue de ville n'est pas des plus sympathiques, surtout pour les hommes. Traditionnellement, elle est en laine mais de plus en plus d'avocats trichent et optent pour la microfibre 
  3. Infroissable : d'où, certainement, le choix de la laine. Moins froissable que du lin ou du coton, plus légère que du velours. 
  4. Sur mesure : pour ne pas transformer son malheureux propriétaire en crapaud flottant dans une voilure de corbeau.
 La maison Ponsard-Dumas habillait le clergé depuis 1891 et s'est tournée ensuite vers les tenues d'audiences : robes d'avocats, magistrats, professeurs... Une reconversion logique quand on sait que la robe des avocats descend tout droit de la soutane des clercs et les 33 boutons qui la ferment représentent l'âge du Christ. 

Les avocats sont tenus de la porter chaque fois qu'ils sont dans l'exercice de leurs fonctions au Palais de justice. Certains juges enfilent leur robe (rouge ou noire, selon leur fonction) seulement pour les audiences publiques (correctionnelle, appel, assises...) mais d'autres tiennent à la porter même dans leur bureau, par principe : la justice est la même partout, dans un bureau ou dans une salle de tribunal.


stelda

14 commentaires:

  1. Il y a eu recemment sur RTL une émission (La curiosité est un vilain défaut) sur le meme sujet... Par contre, la robe treillis, j'hésite, je ne suis pas sure que cela aille au teint pour tout le monde! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais stupéfaite par cette robe! Elle était exposée à Marseille l'an dernier, lors d'une expo sur "la robe d'avocat dans tous ses états". Ce devait être passionnant.

      Supprimer
  2. Je découvre l'histoire des 33 boutons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des détails comme ça qui sont toujours très curieux.

      Supprimer
  3. Très intéressant, merci !

    Estelle
    lamodeestunjeu.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi ;). Bonne journée, Estelle.

      Supprimer
  4. Ah bah tiens, je ne m'étais jamais posée de questions sur cette robe mais du coup j'ai appris plein de trucs, merci Stelda!

    RépondreSupprimer
  5. Un article qui nous apprend plein de choses comme l'origine des 33 boutons. Voilà une robe qui ne dépend pas de la mode et de toutes les tendances. Lors d'un achat on peut vraiment parler d'un investissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est clair! Je regrette de n'avoir pas eu le temps d'interviewer un(e) avocat(e) pour qu'il nous parle de sa première robe. Ce doit être un achat marquant.

      Supprimer
  6. 33 boutons !!! Merci pour toutes ces infos si intéressantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie, Laurence. Oui, il ne faut pas être pressée pour la boutonner le matin ;)

      Supprimer
  7. Celle-ci je ne risque pas la poter :)))
    Gros bisous ma Stelda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, c'est un métier qui te conviendrait à la perfection. Gros bisous, Sylvie

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox