Quand Slate découvre les cycles de la mode


Je suis passé au slim 10 ans après tout le monde (mais je sais que c'est le cas de certaines d'entre vous, donc je me sens moins seule). Mon premier argument était : "Ca fait un cul de crapaud et des pattes de grenouille". L'argument est tombé quand j'ai réalisé qu'il suffisait de rallonger les hauts, d'élargir les bas et roule ma poule, la silhouette était rééquilibrée selon le sacro-saint précepte bien connu de toute modasse femme qui se respecte.

L'argument crapaud étouffé dans l'oeuf, un autre de taille s'est révélé : je devais virer la moitié de ma garde-robe. Les ¾, en fait, puisqu'il fallait remplacer quasiment tout ce qui se porte au dessus du nombril et en dessous de la cheville : tee-shirts, chemisiers, pulls, tops, escarpins, bottes, sandales... tout était mis KO par le slim. J'ai résisté. Longtemps. 

La naissance de Lutin n° 2 m'a fait faire le grand saut : après 6 mois de tenues de patapouf, après avoir (horreur!) porté des leggings, j'étais prête à tout, y compris à passer au slim.

Bref, bien des slims plus tard, Slate nous annonce que "l'industrie de la mode cherche à remplacer le slim". Parce que, forcément, ça permettrait de répéter l'opération (mais dans le sens inverse). Bon, franchement, ils croient quoi, chez Slate ? Qu'on n'avait pas vu venir les marketeux ? Parce que le retour du jean mom, hein, c'était gros comme un Crocs dans une boutique Hermès.
Vous avez déjà essayé de porter un jean mom avec un tee-shirt loose et une paire de motardes ? Je suis sympa, je vous épargne le visuel. 

Et sinon, je vais informer la rédaction de Slate que malgré notre épineux acharnement à garder nos slims, l'industrie de la mode se débrouille très bien pour nous pousser dans les magasins : le coup de la jupe qui apparaît, puis disparait de la circulation pour être remplacée par une marée de robes les saison suivantes (certaines années, c'est impossible de trouver une pauvre jupette droite noire), le coup de la jupe / robe (rayez la mention inutile) fantôme, c'est particulièrement vicieux. Quand on a 20 robes dans la penderie, on fait QUOI des 45 tee-shirts qui allaient avec les jupes qu'on ne porte plus ? On les donne. Et quand la jupe revient, on est toute nue.

Ah, et je leur expliquerai aussi la technique dite du yo-yo appliquée aux ourlets par les stylistes. Qui nous fait zigzaguer de compensées en ballerines, de mocassins en stilettos. Ca, c'est le grand complot textilo-maroquinier.

Oui, le flare aussi tente le coup régulièrement.
Ca prend très bien chez les grandes ou celles qui ont beaucoup de chien.
Merci à elles de nous offrir un peu de diversité visuelle.

stelda

16 commentaires:

  1. ah non, je garde mes slims, tant pis pour l'industrie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel cri du coeur :) Je pense qu'ils sont assez assez imaginatifs pour trouver autre chose, de toute façon ;-)

      Supprimer
  2. C'est pour ça qu'il ne faut rien donner (ou alors les choses qu'on est sures de ne pas reporter). Vu mon âge pas trop avancé (tout est relatif) je n'ai connu que le slim (j'etais un peu jeune avant - l'association robe + baskets ne compte pas). Mais je ne suis pas certaine que le jean plus large s'impose facilement : quid du look rock qu'on nous sert depuis quelques années maintenant ? Et il faudrait revoir toutes les chaussures - personnellement je refuse. Je suis trop bien dans mon slim pour l'abandonner (je veux bien faire un effort pour alterner avec boyfriend par contre !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le look rock existait dans les années 80 et 90 :) C'était avec un jean cigarette (un slim, quoi!) et le 501. Et le perfecto, le vrai.
      Mais pour le reste, je vois que nous partageons la même réticence à abandonner nos chaussures.

      Supprimer
  3. Je fais partie de la team bootcut-flare-coupe cigarette, le tout version taille basse. Malgré l'engouement pour le slim, je n'ai pas senti le besoin de changer mes habitudes. Les ballerines me font toujours mal au pied, alors je suis restée fidèle à mes bons vieux talons !
    Grâce à vous, j'apprends ce qu'est un jean mom... enfer et damnation, je ressemblerai à un sac avec une telle coupe... celui-ci ne passera pas non plus par moi ! :-* - Nina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, le botcut! C'est mon meilleur ami. Je me moque éperdument qu'il soit passé de mode et out of tendance : je le ressors régulièrement. Et il va avec presque tout (ça coince parfois au niveau des boots, mais bon).
      Pardon de vous avoir fait découvrir le mom.

      Supprimer
  4. La mode est un éternel recommencement, ce qui nous a permis en certaines périodes de remettre des choses so hype sorties des coffres de nos grand-mères, chapeaux compris !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça fait du bien. On ressort aussi des choses qui remontent à notre jeunesse ;-) Et le plus drôle, c'est quand nos enfants, finalement, portent nos vêtements porte-bonheur.

      Supprimer
  5. Je navigue entre le slim et le bootcut, histoire de diversifier les hauts et les chaussures. Perso j'ai mis pas mal de temps avant de passer aux slims.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne vais pas abandonner mes slims, par contre je ne les aimes pas trop taille basse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus. "taille descendue", c'est parfait et plus confortable.

      Supprimer
  7. Jamais pu porter de slim, je me sens enfermé là dedans, comprends pas qu'on veuille à tout prix se comprimer mais bon...
    Et la taille basse est pour moi un calvaire et une incongruité, oui oui, je deteste, je trouve ça laid et cela ne me va pas. Donc je n'ai pas de slim, suis resté au bon vieux boocut voire au 501 (j'ai écumé tout Paris pour trouver les derniers dans ma taille) et surtout le moins taille basse possible. Idem pour mes pantalons de travail, cigarettes mais élégants et intemporels. Je me fiche bien de suivre cette tendance, enfin même de suivre les tendances d'ailleurs. Je porte ce qui me va et me mets en valeur, point. Je n'ai pas non plus de basket ou sneakers, j'aime pas, et le sport que je pratique ne nécessite pas le port de ce genre de chaussures. Je suis une femme à jupe..sauf en été où je porte beaucoup de pantalons (une histoire de poils...).
    Oui oui me revoila, ça faisiat longtemps tiens que je n'avais pas râlé !! Hello à toutes !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahah, quel plaisir de te revoir en forme, chère Eveange. Tu as raison : le slim a un côté un peu dur, assez anguleux (je ne sais pas si je suis très claire ?). Ca ne correspond pas à tous les caractères. Ca ne me correspond pas, en fait mais j'en porte parce que le coup du jean +t-shirt me sauve la vie les matins pressés (9/10, quoi)

      Supprimer
  8. Nos mères le disaient déjà, oui, la mode est cyclique. Mais ce serait trop simple, si l'on pouvait garder nos affaires pour les ressortir quelques années après, non, c'est bien plus vicieux que ça, parce qu'il y a toujours un petit détail qui fait que ça date. Ou alors c'est du vintage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, le Diable est dans le détail.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox