La mutation de la blogosphère

Vous vous en rappelez ? A leurs débuts, vers 2007, 2009, les blogs mode étaient une voie alternative aux magazines. Des filles fauchées mais inventives montraient des tenues très sympa, bricolées avec les fonds de placards et les trouvailles made in H&M, Emmaüs et vide-grenier.  

Et puis, ç'a été l'explosion. C'était tellement original, nouveau, frais! D'abord étonnées, dubitatives puis intriguées, les marques se sont ruées vers ce nouvel Eldorado publicitaire. Il faut dire que c'était facile. Les blogueuses, souvent étudiantes, souvent fauchées, étaient ravies de recevoir des colis de fringues et de produits. Courtisées, encensées, elles se sont professionnalisées. 

modèle Cacharel, hiver 2014-2015

Peu à peu, les blogs ont été envahis de partenariats. Au point que les attachées de presse, hallucinées, trouvaient dans leur boîte des mails du type : "Bonjour, je compte créer en 2020 un blog méga beau trop génial. Je suis sûre que j'aurai 250 000 visites par jour. Pour concrétiser ce projet, envoyez-moi des fringues." Sans merci ni s'il vous plaît. Les services de com' devenaient fous. C'était la guerre. La lutte des classes influences entre blogueurs et journalistes, à qui prouverait qu'il a le plus d'impact sur le malheureux lecteur client.
Beaucoup ont accusé les blogs de mode de pousser à la consommation. Pour tenter de percer parmi les 15 millions de blogs, les filles à qui les marques offraient moins de produits achetaient des wagons de vêtements et d'accessoires. Certains articles en sont venu à expliquer : "Comment créer un blog mode en ayant un petit budget."

Se basant sur cette chère loi de Poiret, les marketeux ont alors professé la mort de la blogosphère. Trop pourrie, discréditée... ils ne voyaient aucun avenir pour ce média support publicitaire mort-né. Ils ont peut-être raison pour ce qui est de la pression publicitaire mais en tant que média, les blogs ont encore de l'avenir. Cette analyse réductrice oubliait un paramètre : les blogueurs sont aussi (d'abord) des trendsetteurs. C'est à dire que leurs choix, leurs ressentis, leurs envies, sont souvent en avance sur ceux de la majorité de la population : cette fameuse loi de Poiret, ils sont les premiers à l'appliquer. Et des blogueurs commencent à saturer et à ruer dans les brancards de l'ultra-consommation. Ils refusent d'être cantonnés au rôle d'hommes-sandwich. Plus simplement, certains, honnêtes, continuent à partager leurs états d'âme. Il y a 3 ans, ils montraient leurs fringues, aujourd'hui, ils racontent qu'ils n'ont rien acheté. Ou qu'ils ont vidé leurs placards. Parce qu'ils sont un peu écoeurés.


En 5 ans, comme le soulignait Garance Doré, la mode est devenue encore plus folle. "Il vaut mieux suivre la mode, même si elle est laide", professa Coco Chanel. Je me demande si elle oserait encore l'affirmer aujourd'hui. On est tellement noyé sous les collections croisière/avant-premières/collections capsules/collaborations/éditions limitées qu'à moins d'avoir le budget de Mouna Ayoub (et la surface du dressing), le combat est perdu d'avance. On ne peut pas tout acheter, tout porter, tout montrer.

Après une bonne gueule de bois cosmétique et une grosse indigestion modesque, on voit fleurir, deci-delà, des billets parlant de slow consommation. Ballibulle titre "331 jours sans rien acheter chez Zara". Jicky confie avoir acheté 2 pièces en 6 mois. Coline se questionne sur l'impact écologique de ses vêtements. Ellen a largement réduit ses achats mode. Moi-même, je préfère craquer pour un cosmétique made in France que pour une fringue qui a fait 3 fois le tour du monde avant d'atterrir dans mon armoire. Depuis l'ouverture de ce blog, j'ai divisé mes achats de fringues par 6, au moins. Parfois, ça me manque. Je dois me faire violence. Il m'arrive encore de craquer pour un vêtement superflu. Mais la plupart du temps, je n'en ai tout simplement plus envie.

Il y a toujours eu des blogs parlant de réduire la consommation ou partageant des conseils écolo. La nouveauté, c'est que des blogs de mode ou de beauté classique remettent un peu en question le système, même si tous n'ont pas été happés par le système des partenariats. Et de jolis blogs, comme celui de Lilly, prouvent qu'on peut parler mode raisonnable sans être grinchon.

Ils reprennent donc le pouvoir. Pas sûr que ça plaise à toutes les marques. 

Source photos : Cacharel

stelda

55 commentaires:

  1. Une mutation dans le bon sens, je trouve ! Super article !!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est pour ça, moi, sans être bmogueuses mode, j'ai dix propositions par jour mais bon, je préfère mon bonhomme de chemin à moi :-p
    (très bon article sinon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai zoomé sur les blogs mode et beauté mais je crois que ce courant se retrouve dans toute la blogo. Tenir un blog est si prenant qu'il faut y prendre du plaisir, même pour celles qui en vivent.

      Supprimer
  3. c'est vrai qu'on le sent, ce changement... et bravo de le souligner; c'est comme cela que les choses bougent et qu'on freinera l'ultra consommation absurde (ah, la chanson de Souchon .. Foule sentimentale. Universelle)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... on ne s'en lasse pas! Cette chanson est plus que jamais d'actualité.

      Supprimer
  4. Très bon article, c'est vrai que j'ai moi aussi remarqué cette tendance de certains blogs à faire le " vide ", on va dire, et à repenser à leur ligne de conduite pour revenir à l'essence même de leur blog et de leurs valeurs. En même temps, les blogs qui ressemblent à des boites de publicité vivantes, je n'y mets même pas les pieds ( ou plutôt les yeux ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on a besoin de moments de gratuité et de lectures qui ne sollicitent pas non stop notre portemonnaie. C'est fatiguant, d'être tout le temps considéré comme des CB ambulantes...

      Supprimer
  5. Tu sais qu'en déco, c'est pareil? moi à force de vivre dedans, de manger déco, de dormir déco (j'en rêve la nuit), j'ai envie d'un espace vide, avec un lit, une table et deux chaises (bon j'en suis loin). En tout cas je privilégie le "made in France" quand c'est possible, j'ai ainsi acheté un fauteuil de terrasse Fermob alors que l'équivalent Ikea fabriqué en Chine valait 5 fois moins cher, j'essaie de promouvoir les entreprises qui fabriquent français en passant gratuitement des articles pour eux. Si ce n'est pas possible d'acheter français, j'essaie d'acheter européen au moins. Parfois, j'avoue qu'à regarder des photos déco, j'ai la nausée. Oui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que je lis, finalement, peu de blogs de mode. Je saturerai!!
      Je ne lis que 2 ou 3 blogs de déco, dans le même esprit que le tien qui n'offrent pas cette sensation de "trop". Juste de belles images qui donnent envie de dépoussiérer son intérieur et de s'y blottir. Alors je comprends que tu ne supportes plus cet amoncellement. En décoration, comme en mode, on a vite fait de faire déborder les placards...

      Supprimer
  6. Très bon article - même si je suis toujours étonnée de voir que certains types de blogs (je pense à certains blogs de maman) sont toujours particulièrement gangrénés par la pub.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, ce "less is more" n'est pas la majorité. Mais j'ai quand même l'impression que ça bouge. Et les lecteurs aussi commencent à saturer et ils le disent ;-)

      Supprimer
  7. J'aime ton article ;)
    Je trouve ce changement dans certains blogs intéressant, même si ce n'est pas une tendance généralisée. De toute évidence, avec la fin de la période bling bling, la crise et le développement de la consommation collaborative, on sent venir de plus en plus de raisonnement dans sa manière de consommer (que celle-ci soit choisie ou subie au départ, ne serait-ce que par un problème de pouvoir d'achat). Je ne sais pas si l'image est forcément très bonne, mais il y a un rapport certain entre notre "boulimie" de consommation, et le retour au plaisir raisonné de consommer (c'est fou de voir que les mécanismes sont les même finalement, et pourtant, il me semble bien que l'on parle de maladie pour la boulimie alimentaire: la boulimie de consommation serait donc une maladie mise au point par les marques ?).
    Je pense également que, même si nous ne sommes pas journalistes pour beaucoup, nous avons sans doute une liberté d'expression plus grande, et pour certaines, un vrai lectorat, qui peut toucher les lecteurs de manière beaucoup plus profonde qu'un magazine qui fait sa B.A et propose un article dans l'année là-dessus.

    Pour la pub et les partenariats, je n'ai jamais croulé sous les demandes en ce qui me concerne, ça aide aussi ;)
    Par contre, j'ai déjà eu droit à un appel téléphonique d'une entreprise qui n'avait pas bien aimé un article, hahaha ! Il faut dire que taper leur nom sur Google et tomber sur mon article incendiaire en 3ème résultat, ça ne fait pas de la bonne pub...

    Passe une bonne journée ;)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette "décroissance" a certainement été popularisée par la crise + les exagérations de certaines marques. 200 euros un t-shirt fabriqué pour 4, au bout d'un moment, ça calme n'importe qui (enfin, presque!).
      Au Canada et aux US, la surconsommation est clairement identifiée comme une maladie. En France, c'est moins connu.
      Bon week-end, Lilly, bisous!

      Supprimer
  8. L'ange et le diable qui se battent éternellement. C'est un peu mon problème quotidien aussi bien dans le travail que le perso.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est notre problème à tous et heureusement : sinon, on serait des monolithes!

      Supprimer
  9. Ça résume assez bien la situation!
    Super article. :-)

    RépondreSupprimer
  10. Très intéressant, en effet... Après, l'article de Coline posait bien sa problématique : comment articuler sa conscience personnelle (low consommation) avec son job de blogueuse (consommation à donf !).

    Pour celles dont le blog mode est devenu leur métier, la mutation va être plus compliquée que pour celles qui ont un job par ailleurs, comme Ballibulle.

    Au delà de ça, je trouve ton analyse du blogueur-trendsetteur pertinente, et cela devrait en effet interpeller les marques : comment vendre moins et mieux ? Quel sera le modèle qui succèdera au mass market ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très étonnée que les marques ne travaillent pas plus là-dessus... Il y a plein de nouvelles choses à faire!

      Supprimer
  11. C'est vrai que les blogs sont en train de changer.
    Certains se transforment en medias et ouvrent leurs pages à des chroniqueurs (Garance Doré, Man Repeller) pour publier plus en y passant moins de temps.
    Est ce qu'ils vont conserver leur audience ? Perso je me fiche de savoir ce que pense la collaboratrice de Garance, j’y vais moins du coup...
    D'autre commencent à avoir ce discours de slow fashion et montrent moins de vêtements.

    Comment vont s'adapter les marques à ces changements ?
    Pour travailler justement de l'autre côté de la barrière, pour des marques de mode, je peux te dire que pour une marque, mettre en avant son produit dans un blog est intéressant à plus d'un titre : trafic sur l'e-shop, chiffre d'affaires mais aussi image et amélioration du référencement !
    Les bloggeuses sont encore un pouvoir de recommandation non négligeable et plus important qu'un quelconque magazine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que disent plusieurs de ses lectrices. J'avoue que je ne lis pas non plus ces billets-là. Comme toi, j'aime l'écriture de Garance et j'y vais pour elle.
      Tu as raison : le web 2.0 est un Eldorado marketing. Et l'économie est énorme pour les marques : entre un billet sponso à 3000 euros chez une grosse blogueuse et un page de pub à 30 000, y a pas photo :D
      Mais il me semble que ce sont encore les parutions print qui crédibilisent un jeune créateur ou un nouveau produit auprès de l'ensemble de la population, non ?

      Supprimer
  12. Belle synthèse, c'est très bien vu Stelda ;) Je pense également que nous dirigeons vers plus d'authenticité, dans la blogo comme ailleurs... et c'est une très bonne chose!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, y a un moment où ça devient fatiguant, de faire semblant tout le temps ;-)

      Supprimer
  13. Excellent point J'aime la façon dont tu fais très bien le tour de la situation. Effectivement, je sens aussi une reprise en main (haut et fort !) des choses par un certain nombre de blogueurs. Cela ne doit pas plaire à tout le monde...
    Beau WE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie. Beau week-end à toi aussi :)

      Supprimer
  14. Je m'en suis douté ce matin quand j'ai lu ton message au saut du lit (bon ok dans le bus) que cela susciterait des réactions ! Pour ma part, je ne suis pas certaine que les blogs changent à ce point, j'ai un sentiment diffus de malaise quand je lis certains articles genre "je vide mon dressing, j'ai décidé d'acheter moins..." Mouais, je n'y crois pas une seconde pour certains (certaines), attitude qui, pour moi, confine à une expression de "tendance" plus de de conviction avérée. Et puis aussi, comme le souligne Lily Day, il y a la crise donc, c'est forcé. Je ne veux pas jouer les puristes mais je reste extrêmement circonspecte quant à ce "mouvement". Et cela ne traduit, en fait, qu'une autre façon de CON sommer, encore et toujours. Quand je lis la multiplication des vide dressing, en "vrai" ou bien sur un site, parfois des objets/vêtements dont on a pu lire une revue quelques jours à peine auparavant, je suis ..scandalisée oui. Surtout pour celles qui n'ont pas acheté ces objets/vêtements et qui vont en racheter d'autres, spirale sans fin. Oui oui je sais, liberté de penser tout ça tout ça, libre arbitre, on fait ce qu'on veut de son pognon gna gna. Il s'avère que nous vivons en France, pas aux US donc bon, avoir la même attitude, pas glop. Je préfère encore avoir l'honnêteté de parler de mon salaire ou de mes impôts, cash, plutôt que de "parader" avec une multitude d'objets. Au fil du temps et des années, il y a de nombreux blogs que j'ai cessé de lire : pas envie de me retrouver avec des magazines de modes bis, avec des photos et des textes parfois de qualité inférieurs. Pas envie de lire un article sur deux qui devient "un concours ça vous tente" pour gagner des trucs "à la con" où tout le monde commente parce que tiens, gagner un truc, c'est super (cette opinion n'engage que moi et encore, là, je suis très sobre dans mes mots....). Pas envie de blogs "futiles" où la personne est constamment en voyage dans des lieux où la majorité ne se rendra jamais, avec je ne sais quel partenariat. POur rêver, il existe de fabuleux blogs de voyage, la majorité, avec un moindre déploiement de moyens montrant des images et des expériences beaucoup plus enrichissantes et intéressantes. Bon ok on va aussi sur les blogs qui nous correspondent, je n'ose même pas alors avancer la comparaison qui me vient à l'esprit blog "légers"/qualité lectorat...(encore une fois, mon opinion, Stelda, tu sais combien ma plume peut être parfois un peu "vacharde", merci papa !). Dans ma liste de blog, depuis quelques mots, j'ai de moins en moins de blogs de mode, aucun déco, aucun de maman. La plupart ne m’intéressent pas, me semblent d'une grande vacuité et, surtout, n'acceptent pas la controverse de manière polie. Le pire, c'est aux US : étant petite, je lis donc pas de mal qui concerne les ..petites et comment faire pour se vêtir selon sa taille. Au début, rien de la sorte n'existait en France. Je m'y suis intéressé dés 2009. Depuis 1 an, 1 1/2, on trouve le même genre d'articles, de partenariats, de marques, de concours sur de nombreux blogs. Boring comme le disent les anglo saxons. Les bloggeuses elles même se révèlent dans les commentaires, écrivant leur désintérêt pour tel ou tel article essayé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta plume vacharde :) Les voyages de parade, c'est un truc que je ne comprends pas non plus. Comme toi, je préfère 100 fois aller sur le blog d'un expatrié ou d'un autochtone qui parle de l'endroit où il vit.

      Supprimer
    2. Et pour ce qui est des concours (on devrait plutôt dire des tirages au sort), je reçois beaucoup de propositions auxquelles je ne donne pas suite. J'ai longtemps hésité mais j'en ai discuté avec des lectrices que je connais IRL : elles aussi trouvaient ça artificiel ! Du coup, je crois que je n'en ai fais que 4 en 2 ans : deux avec des cadeaux que j'ai acheté, un avec une marque bio et le livre de Cécile Sépulchre.
      Ceci dit, j'ai bien une idée en tête, plus rigolote. Je vais essayer de la mettre en place.

      Supprimer
  15. Message coupé en deux parce que, oups, j'ai été trop bavarde....

    Navré mais non, pour moi (oui je sais je suis un vieux machin rétrograde, conservateur et ménopausée... bien sur !) mais les blogs ne doivent pas être monétisés à outrance ni devenir un moyen de vivre. C'est antinomique à mon sens, avec perte de spontanéité et de naturel. Avec un monceau d'obligations. Allez, ce matin je vais bosser, je vais sur mon blog. Non ! Que l'on garde une activité à côté en partie pour moi, cela semble une bonne façon de conserver un certain équilibre, bien que je sache combien cela peut être difficile. J'ai eu un blog, un an, parlant de tous. Personne ne le lisait, m'en fiche, j'avoue ne pas, non plus, avoir chercher à le faire connaître. Et puis c'est passé, mon narcissisme a été assouvi, je n'ai rien, en fait, à dire qui ne soit intéressant (bien que parfois, mes doigts me démangent de m'exprimer sur un sujet particulier...). Mais j'ai autre chose à faire, c'est chronophage, ce n'est pas mon choix. Déjà je n'ai pas la télé, alors passer trop de temps devant un autre écran, non. Je ne twitte pas non plus, FB m'emmerde et je hais ce système, j'ai pas instagram. Tiens, il faudrait que je supprime mon blog, ça fait désordre sur le net, comme les vieux satellites pourris qui flottent toujours dans l'espace, un déchet quoi. Après ce loooooong commentaire (encore, on comprends pourquoi je ne peux pas twitter...), je conclus (ouf !) en écrivant que j'attends de voir. Ah tiens, une chose, la majorité des blogs fashion sont tenus pas des filles entre 20 et 35 ans : celles qui sont plus âgées sont assez mal vues et souvent en but à des commentaires très désagréables sans raison. Continues à écrire pour toi d'abord, pour te faire plaisir, il ne faut pas que cela devienne un pensum, une corvée. Raison pour laquelle je continue à te lire avec plaisir, comme certains autres "havre de paix" encore "préserver".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si ce courant "slow consommation" a une part artificielle, je
      pense que c'est une bonne chose : toutes les lectrices n'ont pas le recul que tu as, il y a beaucoup de très jeunes filles qui ont un besoin d'identification très fort.Je n'ouvrirais pas le débat du pourquoi, on entrerait dans une analyse philosophique de la société ;-). Je constate juste le fait. Et puis, je suis de nature optimiste : mieux vaut un petit rien que rien du tout.
      Je comprends que bloguer t'ait vite saoûlée. C'est vraiment un exercice particulier. C'est d'ailleurs tellement personnel que je ne suis d'ailleurs pas certaine qu'il puisse être régulier. Beaucoup de blogueuses que je lis publient irrégulièrement : elles préfèrent la qualité à la quantité. Il y a des jours où on est crevé et si on va sur son blog comme on va au boulot, c'est sûr que c'est moins drôle. Ce serait comme s'obliger à aller au resto tous les samedis soirs.

      PS : C'est drôle, je suis accro à Twitter parce que cela m'oblige à être concise ! Naturellement, j'ai tendance à écrire des romans :D.

      Supprimer
  16. Je lisais certains blogs (surtout axés beauté), mais avec le temps ils sont devenus des vrais pages de publicité. Tout est beau, tout est magnifique, il faut tout acheter car tout (ce que les marques ont refourgué gratos aux bloggeuses) est génial.

    Bof...

    PS : heureusement, avec le blog de Stelda, on se cultive et on réfléchit ! ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est officiel : ma tête ne passe plus la porte. Merci Gweny! Pour ce qui est des tests beauté, je pensais en parler sur un post prochainement ;-). Merci pour la piqûre de rappel!

      Supprimer
  17. Nous avons constaté nous aussi ce changement. D'abord, n'est pas blogueuse de mode qui veut, la sélection s'est fait petit à petit. Ensuite, le changement et le regard du consommateur correspondent à plusieurs phénomènes : après des années de sur-consommation low-cost, on recherche plus de qualité, qui dit qualité dit prix plus élevé donc moins d'achat. La crise passe aussi par là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai : il y a eu une sélection naturelle (beaucoup de blogs s'arrêtent avant 3 mois d'existence).

      Supprimer
  18. Excellent billet Stelda ! Je le ressens aussi dans ma manière de consommer... ou plutôt dans la manière dont certains blogs ont fini par me pousser à consommer. J'ai l'impression de faire une overdose de tout et de tourner mes doigts sept fois dans mon porte-monnaie avant de décider de passer en caisse. À moins qu'il ne s'agissent d'un investissement qui vaille la peine et, donc, un intemporel de qualité ;)
    Bisous et bon week-end à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ton évolution :). Idem chez Valentina! On est vraiment plusieurs à s'être rendu compte du truc. Gros bisous :)

      Supprimer
  19. Oh comme je me retrouve dans ce billet ! J'ai fait partie de celles terriblement tentées par les blogs, d'une part parce que je trouvais ça joli puis parce que ça faisait matière à publier un billet. Heureusement, je me suis vite soignée et maintenant (mais un peu forcée tout de même), j'achète beaucoup moins et mieux (enfin j'essaye). Sur ce, je file lire les article que tu as mis en lien !! Bon WE Stelda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, ne crachons pas dans la soupe : il y a des tonnes de jolies choses. Mais voilà, on ne peut pas tout avoir... parce que quand ça moisit au fond du placard ou du vanity, c'est triste comme les assiettes de Grand-mère qu'on n'ose pas utiliser :).
      Ceci dit, je suis toujours compulsive avec les livres...
      Bon week-end et gros bisous

      Supprimer
  20. Très bel article, passionnant même. Tu as raison, c'est une vraie mutation, je trouve encore des blogs indépendants qui valent le détour
    Des blogs comme le tien, dont je ne loupe aucun billet
    Bisous et bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie :) Tout comme le tien, chère recessionista assumée <3

      Supprimer
  21. Je suis ravie de découvrir ton blog Stelda :-) Merci @apieceofglam pour le #FF!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue, Beauuu et merci à Manal.

      Supprimer
  22. Je pense pouvoir dire que je suis blogueuse mode après 2 ans de contributions sur la toile dans ce domaine qui me passionne depuis toujours. Écrire m'a aussi implicitement forcé à aller voir ce que produisent les autres et j'avoue me reconnaître dans aucune. Je n'ai jamais eu cette frénésie d'achats qui souvent m'effraie quand je vois certaine fille sur la blogo, j'ai l'impression qu'elles passent l'équivalent d'un salaire dans des choses qu'elles ne remettront jamais. Je n'irai pas jusqu'à dire que je n'achète rien, non, loin de là, quelques pièces rejoignent mon dressing chaque mois mais je prends régulièrement le temps de faire un point sur ce dont j'ai besoin ou pas. Ainsi je suis fière de pouvoir dire que je porte au quotidien 80% de mes affaires, les 20% restants étant des pièces plus chics que l'on a toute mais que l'on a moins d'occasion de sortir.
    Je ne serai pas capable de porter la même chose que tout le monde, d'ailleurs je suis tellement en dehors du système que les marques m'oublient et je ne m'en porte pas plus mal :-)
    Je reste toutefois surprise que personne ne s'émeuve du "moutonage" récurrent que l'on voit souvent sur la blogo, la faute aussi à ces marques qui distribuent leurs produits dans un spectre très large en espérant avoir des retombées chiffrables rapidement. Je ne rejette pas la pierre sur certaine blogueuse car, comme tu le soulignes dans ton article, il y a pas mal d'étudiantes qui n'ont pas énormément de moyens et qui sont ravies d'avoir des fringues à l’œil contre un article mais je pense qu'il faut tout de même toujours penser à garder son style quitte à refuser des partenariats. Les gens ne sont pas dupes, je ne pense pas que notre lectorat ait envie de voir sur nous la même chose que ce qu'il trouve déjà dans la presse. Nous devons y mettre un peu de créativité, de personnalité, d’appropriation du vêtement pour sortir du lot et générer une envie. Enfin, c'est un avis qui m'est propre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est triste d'avoir des affaires que l'on ne porte jamais :(. Tu résumes bien la situation, Crystila.

      Supprimer
  23. Très intéressant ce post ! J'ai aussi remarqué cette tendance. C'est tout à fait ça, on s'ets bien éclatées, et aujourd'hui on a la gueule de bois et on cherche la detox lol
    C'est plutôt réjouissant que les blogueuses donnent l'exemple.
    Merci pour cette belle analyse.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yiyou. Oui, je crois qu'il y a un mouvement en marche.

      Supprimer
  24. Super article que je découvre via le blog de Au fil d'isa ! je suis ravie de lire un article comme le tien, qui ne juge pas trop radicalement, et qui propose des alternatives à la situation actuelle. Moi aussi j'ai été tentée par le flot de vêtements à acheter afin d'alimenter mon blog, et puis finalement pour des raisons "raisonnables", j'ai vraiment réduit mon budget. Je veux consommer plus juste, plus éthique. Maintenant au lieu d'acheter 15 fringues chez Asos ou H&M je ne prends qu'une paire de chaussures ou une jupe. Consommer sans réfléchir juste pour se montrer, au prix de vies humaines ou animal, est-ce que ça vaut vraiment le coup ?
    Aussi, comme tu dis, les blogs deviennent des étendards de marques, et des blogs que j'aimais vraiment beaucoup me déçoivent énormément. C'était chouette de voir des filles lambda trouver des astuces pour être stylées ! Autre chose qui me rend un peu triste c'est voir l'uniformisation de la mode. Les blogs étaient sensés être originaux et plein d'inspiration, mais je trouve que la plupart proposent des photos très moyennes, et surtout des tenues vraiment "normales", telles qu'on en voit tous les jours au coin de la rue ! non pas que je les blâme, chacun son style, mais quand on choisit de se prendre en photo un peu plus de recherche serait la bienvenue. D'ailleurs c'est souvent sur des blogs peu connus que je trouve le plus d'inspiration !! quand on est pas très riches, et pas très connus, on trouve des tas de parades pour faire avec ce qu'on a tout en ayant une personnalité modesque.
    Enfin bref, je te remercie pour cet article, ça m'a vraiment fait du bien de le lire. Je t'envoie un bouquet de bisous pour m'avoir redonné foi en l'avenir des blogs mode !
    A très bientôt !
    Matoushi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à Isa, j'étais très touchée qu'elle mette ce post dans sa sélection. Il ne s'agit pas de ne plus rien acheter, bien sûr, mais d'être raisonnable. Avec le matraquage publicitaire que l'on subit, c'est déjà une victoire ;-). Je te rejoins à 100 % : la créativité naît souvent du manque de moyens : ça nous oblige à penser différemment!.
      A bientôt j'espère

      Supprimer
  25. très beau post que je ne peux que partager, ressentant complètement cet écoeurement, ce turn over permanent qui me pousse à moins consommer et aussi à fuir les blogs qui montrent une nouveauté par jour... je comprends qu'on puisse aimer mais bon... en tout cas tu ne perds pas ta plume toi, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valentina <3. Tu es un bel exemple de ralentissement de la consommation non radical <3. Bisous!

      Supprimer
  26. Coucou, passage en vitesse pour atténuer mon retard dans tes truculents articles. Oui c'est sûr, les blogueuses mode....elles commencent par un pull Damart :))) et finissent en YSL, c'est bien connu... Non, sérieux, j'ai ressenti aussi cette vague du coin-coin euh non....du moins-moins...c'est presque devenu une mode.
    Moi, je suis un peu obligée. J'ai pris des kilos, je ne bouge pas et mange mal en quatrième vitesse, ça m'apprendra. Je refuse d'acheter des trucs si je ne perds pas des kilos, enfin si un peu pour être habillée sympa, mais l'idée y est, quoi... Et puis j'ai une nouvelle armoire, organisée un peu comme un dressing et ça, je t'assure que ça te donne envie de faire du vide !! Bises et bonne semaine Stelda !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu peux le constater, j'ai aussi beaucoup de retard dans les réponses à vos commentaires.
      Un peu de rangement, c'est fou comme ça pousse à voir les choses d'un autre oeil :) Gros bisous, Laurence

      Supprimer
  27. Qu'est-ce que j'aime cet article Stelda ! Je suis passé à d'une collectionîte aigüe à une relation plus équilibrée avec la mode... Parce que finalement j'ai compris que les vêtements n'allaient pas rendre ma vie extraordinaire... Mais qu'est-ce que je peux être frustrée de temps en temps (ok, hyper souvent) et surtout depuis que mon bébé est né. Entre un corps qui change, un porte-monnaie un peu percé et le reste...pfffiou, dur de temps en temps !

    Sinon, pour le shooting d'Un Joli Conte #3 (je crois que tu vas bien l'aimer !), j'ai fait le choix de prendre des marques grand public ou créateur raisonnable justement parce que nous sommes sur le web et que nous ne sommes pas là pour concurrencer les mags... (C'est ce que j'explique sur mon blog)

    Au quotidien je vais sur les blogs parce que c'est une partie de mon boulot, il y a des fois où j'hallucine un poil sur les tenues... "Les blogueuses, ces nouvelles socialites ?" ...
    Bon, j'avoue quand même continuer à aller sur le blog de Gary Pepper Girl.

    Et toi, c'est quoi ton blog "pêché mignon" ?

    Bises et bonne journée !

    L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laetitia. J'ai hâte de voir le prochain numéro d'Un Joli Conte ;-).
      Mon blog péché mignon ? Honnêtement, je ne sais pas :D. Gros bisous!

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox