Faut-il saper ses enfants ?

La réponse semble évidente : bien sûr, on ne va les laisser se promener tout nu! Mais saper est employé ici au sens modesque, c'est-à-dire de la Sape, cette recherche vestimentaire presque philosophique.

affiche La P'tite Madeleine

Cette question concerne beaucoup de mamans. Et l'explosion du secteur de la mode pour enfants, la surexposition des enfants de stars, l'arrivée des blogs mode pour petits, du streetstyle ès mouflets et des magazines dédiés (genre Milk ou les hors-séries de Vogue) ne nous facilite pas la tâche (voir ici le coup de gueule de Matching Points).
J'ai longtemps hésité à rédiger cet article et puis l'annonce d'une ligne haute couture pour enfants chez Jean-Paul Gaultier m'a interpelée. Il y a deux jours, j'ai reçu un communiqué de presse pour un déodorant pour enfants (!!)... Et j'attends de pied ferme l'arrivée des Louboutins taille 28 en série puisqu'il en a déjà réalisés sur mesure pour la fille de Beyoncé.
Je ne suis pas pédopsychiatre ni meilleure ou moins bonne mère que d'autres mais 15 ans d'expérience et d'échanges avec d'autres mamans de tout âge et de tout style me font penser que les habiller, oui, les saper, non.
C'est très tentant de les décorer comme des sapins de Noël. Les habiller avec des petites tenues parfaitement coordonnées, du collant au serre-tête headband. Sauf qu'on le fait pour nous, pas pour lui. Et ça, c'est quand même égoïste. Vous m'objecterez que faire un enfant est déjà de l'égoïsme. Justement. Pas la peine d'en rajouter une couche.

Pas la peine non plus de les faire focaliser sur leur apparence quand ils ont tant d'autres choses à construire et acquérir. Pour moi, c'est risquer de les entraîner dans les dérives que l'on reproche aux magazines et au milieu de la mode. Juliette, une copine, aimait tellement habiller sa fille que la petite avait 1 gilet assorti à chaque robe (15 gilets au total). 15 gilets et 15 robes à 2 ans. Ca m'a fait bizarre.

Je pense que nos choix doivent d'abord être guidés par le bien-être de nos enfants. Et le mieux placé pour nous aiguiller, c'est lui. Pour les bébés, la question ne se pose pas tellement : on les habille sans leur demander leur avis. Les choses se corsent à partir de 18 mois, 2 ans. Là, mini-modeux affirme son caractère : il nous dit s'il a trop chaud ou trop froid, ce qu'il aime ou pas (oui, même à 2 ans! Ils savent très bien jeter par terre un pull qui gratte). 

Qu'est-ce qu'un petit aime dans une tenue ? Etre confortable, se sentir bien, être rassuré, être joli :
  • Etre confortable : rappelez-vous du  fameux sous-pull qui gratte... le truc qui a flanqué des cauchemars à 98 % des filles de ma génération. Je ne suis pas sûre que nos petits chéris soient non plus fans des chaussures vernies Jacadi so cute mais qui font mal derrière le pied ou du pull Catimini  avec plein de trous dans lesquels les doigts se coincent.
  • Se sentir bien : les enfants ont besoin de se sentir libre. S'ils ne font pas des galipettes, des sauts dans les flaques et des ateliers pâte à sel à 5 ans, ils risquent de décompenser à 30. Alors au quotidien, exit les vêtements trop fragiles et/ou trop chers. Si c'est pour se faire hurler dessus parce qu'ils ont déchiré la robe tutu Repetto à 219 € ou le pull en cachemire IKKS, c'est triste.
  • Etre rassuré : les enfants nous étonnent parfois. Ils adorent certaines de leurs tenues qu'on trouve hideuse. Parfois, ils veulent garder un pantalon trop petit, un tee-shirt troué. C'est souvent un vêtement "doudou", qui leur rappelle de bons souvenirs. Voilà une raison de plus pour privilégier des choses jolies mais qui leur correspondent à eux avant de nous correspondre à nous, non ? Histoire de leur permettre de se construire de jolis souvenirs avec leurs vêtements.
  • Etre joli : A l'inverse, un enfant a aussi besoin d'être reconnu. La tenue reste un facteur de moquerie facile à l'école.  Certains enfants sont très sensibles au regard des autres et une tenue soignée les rassure. Si ça vire à l'obsession, prenons plutôt le temps d'en discuter, de les rassurer et leur expliquer qu'une jolie veste ne les rend ni meilleur ni plus intéressant, qu'il faut creuser plus loin.

Mais chacun gère comme il l'entend. Ce qui est certain, c'est que le rapport au vêtement fait partie de l'éducation. Le vêtement peut être une manière de lâcher du lest. Une amie au goût ultra sûr passait les baskets Barbie rose à paillettes à sa fille de 4 ans "comme ça", m'expliqua-t-elle, "elle fait sa crise cagole et elle ne la fera pas à 14 ans." Dans la même optique, j'ai autorisé le mascara et le vernis à ongles de toutes les couleurs à Lutin n°1, 15 ans, pour lui faire passer l'interdiction de talons et de gloss. On fait des compromis.

Je suis peut-être folle mais j'ai généralement laissé mes enfants choisir leurs tenues depuis l'âge de 2 ou 3 ans. Avec bien sûr, les restrictions imposées par la saison. J'ai quelques fois usé de mon droit de veto (quand Lutin n°2 voulait mixer deux imprimés qui hurlent, ou porter une robe chasuble sans sous-pull en plein hiver) mais globalement, on s'en est plutôt bien sorti. J'ai accepté de la laisser partir à l'école avec un jean troué au genou parce que c'était son chouchou et qu'elle voulait AB-SO-LU-MENT le mettre. J'ai accepté les chaussettes roses qui juraient avec un pantacourt parce qu'elle les A-DO-RE. Je ne sais pas si c'était un bon choix. J'ai peut-être (sûrement) été cataloguée mère zinzin et négligente par tout le quartier. Mais les Lutins n'ont jamais rechigné à s'habiller, ils sont à l'aise dans leurs tenues et je me dit que c'est l'essentiel.
Et je me venge deux ou trois fois par an, pour Noël, les fêtes de famille, les anniversaires : ces jours-là, je fais le dictateur et leur impose une tenue de poupée. 

PS : Z'avez vu comme la P'tite Madeleine habille joliment les enfants sur ses affiches ? Depuis quelques semaines, elle fabrique aussi des lapins. Chaque poupée a une robe différente mais so 2013... avec les oreilles assorties! 

Source photos : La P'tite Madeleine
Merci à elle!

stelda

46 commentaires:

  1. je n'ai pas d'enfant mais ton analyse me semble tres saine. Saper un enfant, c'est un peu comme le considérer comme son objet, par contre lui expliquer, l'éduquer sur le sujet sans lui imposer ses propres gouts ça me parait beaucoup mieux, comme pour la littérature, la musique, le cinéma, à part que là ça touche l'intime, l'identité que l'enfant doit se trouver lui même, m^me s'il copie parfois les copains avant de trouver son propre style... Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valentina. D'ailleurs, nous aussi on copie parfois les copains ;-). Bises et bonne semaine.

      Supprimer
  2. Je suis entièrement d'accord avec ce que tu dis. Je trouve complètement dingue de leur coller une image qui n'est pas la leur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu triste. J'ai parfois l'impression que certaines mamans jouent à la poupée.

      Supprimer
  3. Très bon article comme chaque fois. Je suis rarement en désaccord avec ton jugement. Dans la lignée des projections du désir maternel sur les petites filles et de la dictature de l'apparence, j'ai de plus en plus de fillettes de 8 ans déjà anorexiques dans ma patientèle. Un signe, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 8 ans ?? Pauvres petites, ça doit te faire mal au coeur. A cet âge-là, elles devraient juste penser à leurs dessins et à leurs Lego. Les mères peuvent être très toxiques.

      Supprimer
    2. Les mères ne choisissent pas d'être toxiques, elles font comme elles peuvent, elles ne peuvent pas s'en empêcher. Ce n'est que la prise de conscience de leur désir de ne pas reproduire ce qu'elles-mêmes ont subi qu'elles commencent un travail personnel et stoppent le cercle vicieux.

      Supprimer
    3. Je sais bien que c'est inconscient. C'est d'autant plus flippant! On peut toutes franchir la ligne un jour.

      Supprimer
  4. Tout à fait d'accord avec vous, laissons les enfants rester enfants, ce ne sont pas des objets !
    Il y a quelques mois, nous avions évoqué l'enfant et la mode
    http://wp.me/p2H2o8-2Ww

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre coup de gueule! Je me permets de copier votre lien à la fin de l'article.

      Supprimer
  5. ce qui est important surtout c'est qu'un enfant doit rester un enfant et "le look" ne doit pas être une priorité. Petite, ma fille adorait les salopettes, impossible de lui faire mettre une robe … on en rit maintenant mais ça ne m'a jamais pris la tête, il y a des choses tellement plus importante dans l'éducation !
    Bref, c'est encore un excellent billet à mon sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence. C'est vrai, ils nous énervent parfois mais comme tu dis, ce sont des personnes, pas des objets et je garde mon énergie pour d'autres sujets de débat ou d'éducation plus importants.

      Supprimer
  6. et puis ils grandissent vite : on jette tout après !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahahah! Tu imagines jeter un imper Burberry ou une robe Dior (autre que celle de Stella Tenant vue vendredi, bien sûr) ???!

      Supprimer
  7. Very very dans la cible ton article. Parce que oui il y a beaucoup de choses derrière tout ça. D'abord on a envie (enfin moi j'ai envie) que mes filles soient agréables à regarder. Ensuite il y a les trop beaux vêtements qu'ils ne veulent pas mettre, c'est désepérant, mais c'est comme ça. Et en trois il y a le concept de sécurité. A l'école ça se passera toujours mieux pour un enfant bien habillé, que pour un enfant à l'allure mal fagotée. Après s'ils ont envie d'assumer un look bizarre ou troué, pas de problème, il faut aussi des rebelles. Ce que je trouve triste, ce sont les enfants à l'air mal engoncés par négligence des parents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime le "concept de sécurité" :). C'est vrai, les enfants ont besoin d'être armé pour se sentir bien face à leurs petits camarades.
      Il faut trouver l'équilibre entre la petite fille pom-pom girl, qui se pavane dans sa jupe en dentelle et velours ou son caban Catimini so trendy et la malheureuse exclue du groupe parce qu'elle subit le pull bleu électriques sur un jogging kaki.

      Supprimer
    2. Et c'est vrai : Lutin n° 2 est une grosse rebelle! J'ai dû batailler pour lui racheter des boots, elle ne voulait porter que ses bottes Aigle. Avec une robe chasuble, c'est quand même moyen. Ma tolérance a des limites.

      Supprimer
  8. Je n'ai pas d'enfant mais j'ai travaillé comme nounou et dans des centres de loisirs pendant 8 ans. Je trouve ça important de laisser un enfant décider de ce qu'il met tout en vérifiant avec lui que sa tenue corresponde bien aux activités de la journée. L'inverse créée des mini monstres psychorigides comme j'en ai gardé qui hurlent parce que la chaussette ne va pas avec le sous pull... Et que dire des mini chaussures de marque pour des enfants de 3 ans? L'enfer de tout animateur: remettre 25 mini paires de converse à des enfants qui ne savent pas mettre une chaussure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon Dieu!! des converses à des enfants qui ne savent ni enfiler leurs chaussures ni les lacer, c'est le pire du pire! C'est vrai que les animateurs et les maîtresses doivent maudire certaines tendances...

      Supprimer
  9. "C'est très tentant de les décorer comme des sapins de Noël.".
    c'est tellement vrai ...

    Merci pour cet article, je pense que je vais le relire dans 2 ans... ;o)

    RépondreSupprimer
  10. Très chouette article, en ayant travaillé dans un magasin de vêtements pour enfant assez haut de gamme, j'en ai vu des gosses taper des crises parce qu'il refusait de porter un pull qui n'allait pas avec la couleur de leurs chaussures par exemple. Ce qui m'agace le plus, c'est les mamans qui demandent à leur progéniture de 2 ans, ça te plaîiiit? Tu le veux? Bien sûr l'enfant doit donner son avis, si ça lui plaît ou si ça ne le gratte pas comme tu le dis, mais c'est à cet âge là, c'est quand même la maman qui décide encore (un peu?) non?

    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as dû en voir des vertes et des pas mûres ^^. Une amie travaillait chez Bonpoint, elle était désolée de voir les enfants qu'on forçait à essayer des dizaines de vêtements pour qu'ils soient le plus décoratif possible...
      Bien sûr, la maman décide ! Mais elle doit le faire en pensant au bien-être de l'enfant, pas juste à elle ;-)

      Supprimer
  11. Chouette article, Stelda !
    J'étais intriguée par le titre et même si je ne prévois pas d'avoir d'enfants c'était agréable à lire.
    Je suis d'accord avec toi et je trouve que les moyennes gammes ( H&M , Zara, Monoprix) ont fait de très bons efforts pour les vêtements enfants avec de jolies choses sans mettre en péril le bien être... je peux en témoigner ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nepsie. Ah, Monop' est une mine :) Le meilleur rapport résistance / joliesse / prix!

      Supprimer
  12. Tu es plus gentille que ma mere qui m'a traumatisée aux robes à smocks jusqu'en 6eme! En 6eme tu te rends compte??! Et je ne suis pas si vieille en plus! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahah, j'ai eu droit à la robe à col marin jusqu'en 5°... Ceci explique peut-être ma grande largesse d'esprit :D. Et je comprends ton traumatisme : être habillée comme une enfant quand on est ado, c'est terrible. Il y a vraiment un âge pour tout.

      Supprimer
  13. Article très intéressant et tellement vrai... Pour les petites filles, où l'offre est énorme, je trouve qu'on atteint vraiment des sommets dans la "kitcherie" et le snobisme absurde.
    Pour le moment, mon fiston -4 ans- se fiche pas mal de la façon dont il s'habille. Je lui prépare donc sa tenue le matin et il l'enfile sans broncher. Quelquefois il exige une certaine couleur de pull ou un tshirt spécial (il a eu une phase "tshirt opa gangnam style", qu'il mettait tous les deux jours).
    Mais je limite la casse en en respectant les règles suivantes pour le choix des fringues :
    - pour le bas : uniquement des jeans ou des pantalons en velours dans les couleurs catholiques de base (marron, noir, bleu marine, caramel) qui vont avec tout et résistent à tout,
    - pour les hauts : plus de fantaisie mais je me fixe des prix maximum (j'achète tout en solde)
    - beaucoup de classiques, spécialement pour les chaussures et les manteaux (parka, ciré jaune ou bleu, botte en caoutchouc jaune ou bleu, chaussures de montagne...) que je choisis bien solides et confortables. Les classiques (marinière, bonnet en laine rouge,pull shetland) vont avec tout et donnent la touche trendy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es super organisée, merci pour ces excellents conseils. C'est en effet une bonne façon de gérer leur vestiaire sans trop se prendre la tête ni les délaisser ;-). Merci beaucoup!

      Supprimer
  14. Je pense que si j'avais des enfants, de les saperais. Tout simplement parce que j'aime la mode et je voudrais m'amuser un peu. Egoïste, oui...
    Je sais pourtant que ma maman m'a toujours laissé choisir mes fringues même si l'association (ou les pièces !) n'étaient pas très heureuses... et parfois, j'aurais préféré qu'elle m'empêche d'associer jupes et baskets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ton enfant le supporte et qu'il ne focales pas sur son apparence, ce serait dommage de t'en priver :). Mais la plupart des petits n'aiment pas qu'on joue à la poupée tous les jours avec eux ;-).
      Peut-être que c'est parce qu'elle te laissait choisir tes vêtements que ta mère t'a inculqué le désir d'affirmer ton goût personnel ?

      Supprimer
  15. Encore un article très juste et bien écrit. Merci chère Stelda!

    Je suis tout à fait d'accord avec toi. Laissons à nos enfants le temps de vivre leur enfance au lieu de leur offrir des chaussures hors de prix (170€ pour certaines jolies babies!) et de les gronder parce qu'ils ont râpé le bout en jouant du haut de leurs 14 mois!

    Il existe de jolies pièces à des prix très abordables (au Monop ou chez Alice à Paris, par exemple) et de jolies chaussures d'excellente qualité que l'on peut trouver en soldes (la collection classique de Little Mary m'a séduite) pour habiller ses enfants sans prendre de risques.

    Quant aux belles marques, pourquoi pas les premiers 9 mois lorsque l'enfant ne risque pas de les bousiller deux temps trois mouvements...

    Au plaisir de te lire

    Clarou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clarou :). Au delà du prix, c'est le fait de les transformer en gravure de mode qui me gène vraiment. C'est comme ces femmes qui veulent absolument relooker leur mec. Ce ne sont pas des objets de décoration ^^.

      Supprimer
  16. Je te rejoins à fond. Pour moi l'essentiel et que l'enfant soit bien, qu'il puisse se tacher s'il tombe ou fait de la peinture.
    Les miens aussi ont toujours choisis leurs habits.

    RépondreSupprimer
  17. PS: c'est la première fois que Jean-Paul Gauthier me déçoit, il y a quelques années, il avait dit qu'il ne ferait pas de ligne enfant car c'est un monde qu'il ne connait pas. Soit il a découvert le monde de l'enfant soit il a vu un marché juteux qui lui passé sous le nez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi été très déçue. Je crois qu'il était plus fin que ça... Mais je pense que les actionnaires ont lui mettre la pression : le secteur enfant est généralement assez rentable, c'est une bonne façon de rentrer des sous... comme les cosmétiques.

      Supprimer
  18. RDV dans 22 mois et 2 semaines ;)
    Je te dirais ce qu'il en est pour Théo!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooooooh, félicitations, chère Lucie! Repos-toi bien, je t'embrasse fort toi et le petit Théo <3

      Supprimer
  19. C'est clair, le bien-être de l'enfant passe avant tout : je me souviens quand j'étais petite, j'aurais pu vivre toute l'année en jogging tellement je me sentais bien dedans. Bon heureusement j'ai évolué eh eh.
    Enfiiiin j'avoue que comme mon fiston est encore trop petit pour protester, je me fais plaisir dans le choix de ses vêtements...je profite tant que ça dure ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, j'espère que tu me diras dans 2 ou 3 ans ce que tu penses de cet article ?

      Supprimer
  20. Il y a quelques années, mon neveu de cinq ans a refusé de mettre la casquette que je lui tendais. Je cite "elle est moche celle-là, c'est même pas une Ralph!". J'en connais une qui a craqué sévère dès la naissance du premier...
    Je trouve ça toujours aussi mignon de les voir gambader en chemise Burberry, mais cela biaise leur regard sur les gens et leur valeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est triste. C'est sûr qu'une chemise Burberry ou un petit pantalon Dockers, c'est mimi... mais comme tu dis, il ne faut pas qu'ensuite ils méprisent ceux qu'ils jugent moins bien sapés qu'eux.

      Supprimer
  21. Bonjour Stelda,
    Je découvre votre blog et cet article sur la mode enfantine m'a beaucoup plu. C'est pour toutes les raisons que vous avez citées que nous avons créé Conscients, marque éthique de mode slow wear pour le bien être des bébés : combinaison une pièce qui ne serre pas à la taille, étiquettes toutes douces, pas de bouton pression dans le dos quand ils passent le plus clair de son temps allongé, coton pima bio pour un toucher tout doux... sans oublier le style : urbain et coloré... J'espère que notre univers vous plaira www.conscients.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je découvre votre commentaire. Pardon pour mon retard à vous répondre mas on dit mieux vaut tard que jamais ;-). Je file regarder votre site.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox