Voir New York (et mourir)


A défaut d'aller à New York, j'ai religieusement consulté Style.com pour suivre les défilés américains : ne croyez pas que j'ai viré blogueuse beauté, non, non, je suis toujours accro aux défilés et en transe devant un jupon bien coupé. J'avais donc prévu un post long comme un jour sans vernis pour extraire la substantifique moelle des 350 défilés présentés, sans parler des tendances beauté, coiffure et des it-girls en front-row potiches de premier plan. 

Et puis j'ai fait un saut éclair à Paris et une rencontre dans le métro m'a fait changer d'avis. Je ne sais plus à quelle station, un groupe de musiciens jouait des chants traditionnels russes. Il y avait une demi-douzaine d'instruments, des voix basses et fortes qui roulaient et résonnaient sous les voûtes.  J'étais en apesanteur, comme dans un film. Les gens passaient à toute vitesse, aucun ne s'arrêtait et la musique noyait tout, on l'entendait encore du quai. J'ai ralenti le pas pour en profiter, un peu, encore un tout petit peu (j'étais déjà en retard pour mon rendez-vous). 

Qu'il s'agisse d'un vieil accordéoniste avec son lecteur de cassette, d'un orchestre de chambre ou d'un chanteur de pop, ces notes qui enflent le long des couloirs me donnent toujours des frissons : le contraste entre la musique et l'univers mécanique, froid et sale du métro est de la poétique pure. Les musiciens du métro, comme les dessinateurs de rue, réhumanisent la ville en nous invitant à regarder, écouter, ralentir le pas, perdre une minute pour nous enrichir d'un souvenir : une mélodie, des couleurs... 

J'ai tapé "chanteurs du métro" et comme par miracle, c'est ce groupe qui est apparu dans les résultats YouTube. Alors ce n'est pas la Fashion Week de New York, ce ne sont pas les mannequins fragiles comme des feuilles, ni les clientes excentriques perchées sur leurs talons aiguilles. C'est juste la beauté fugace du quotidien.


PS : bien consciente que la musique adoucit les moeurs, la SNCF a installé des pianos dans les gares. 

PPS : je reviendrai quand même causer chiffons, c'est promis!

Dédicace aux artistes du quotidien

stelda

30 commentaires:

  1. ça fait du bien de lire d'autres choses aussi, un moment de bonheur et de pause dans un monde où tout va trop vite ! (oui je suis poète aujourd'hui lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que j'ai ressenti. Cette musique intemporelle donne envie de s'arrêter, de prendre le temps de regarder autour de soi et de profiter des petites joies du quotidien ;-).

      Supprimer
  2. Ah, le folklore russe c'est si beau ... et tous ces gens si pressés ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle dommage de ne pas s'arrêter, n'est-ce pas ?

      Supprimer
  3. C'est dingue, les gens ne prennent même pas le temps de s'arrêter ne serait-ce que 30 secondes pour écouter. Le deuxième chant est magnifique, et le petit monsieur qui danse m'a bien fait rire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques uns s'arrêtent mais beaucoup ne ralentissent même pas. Mais il y a plusieurs vidéos de chanteurs du métro sur You Tube : preuve qu'heureusement, des gens s'arrêtent et prennent même le temps de les filmer :). Ce monsieur qui danse, c'est juste génial!

      Supprimer
  4. Du temps où je prenais quotidiennement le métro, bien que pressée je ralentissais toujours pour les groupes de musique classique ou russe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les violoncelles dans le métro, c'est toujours un moment de grâce...

      Supprimer
  5. J'ai déjà écouter des personnes jouer du piano à Montparnasse : c'est agréable et une bonne idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rigolo, j'ai souvent entendu des gens jouer aussi. C'est super qu'ils osent et c'est aussi agréable pour les musiciens que pour les badauds ;-).

      Supprimer
  6. Je me souviens d'un été que j'ai passé chez mon frère à Paris, c'était le soir et on est passé par le Louvre. Il y avait un chanteur lyrique dans le passage entre la cour carrée et la pyramide qui chantait là. C'était superbe. On aura dit que le temps s’arrêtait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois tout à fait ce que tu veux dire... Là, on se dit que la vie est belle.

      Supprimer
  7. Tu connais cette expérience? On est tous coupables de cette inattention à un moment ou un autre, mais je l'ai entendu plusieurs fois, ce groupe de Chatelet, ils sont top!

    http://www.decouvertes63.com/2012/02/10/joshua-bell-joue-incognito-dans-le-metro/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/04/04/AR2007040401721.html

      Supprimer
    2. Je crois en effet que c'était Châtelet mais je n'en suis pas sûre. Ils étaient vraiment super!
      J'ai lu cet article : c'est impressionnant... comme quoi, changez le décor et le regard des gens changent! C'est pareil avec les vêtements, d'ailleurs :).

      Supprimer
    3. Nous sommes beaucoup à ne pas savoir reconnaître par nous-mêmes ce qui est beau. Il faut qu'il y ait un panneau indicateur : "Regardez ! C'est beau !" "Validé par l'opinion !" La Fnac en avait fait un principe de vente en ajoutant des bandeaux sur certains livres "Attention, chef d'œuvre"...

      Supprimer
    4. C'est vrai... Là, le regard des enfants est très sain : ils aiment pour eux, pas pour suivre le regard des autres.

      Supprimer
  8. aaah!!! magie du métro et de Paris!!!! j'adore!!! (dixit la Parisienne d'adoption)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, ce sont ces petits détails qui me font aimer Paris :)

      Supprimer
  9. Combien de fois il nous est arrivé d'écouter certains chanteurs ou musiciens dans les couloirs du métro - peut-être parce que nous sommes des provinciales, donc en visite et pas dans la routine du "boulot, métro, dodo"...

    RépondreSupprimer
  10. HS complet mais il fallait que je vienne t'en parler, il y a un Hors Série spécial Made In France 60 millions de consommateurs que je suis en train de potasser et il devrait vraiment t'intéresser!
    Si tu ne le trouves pas fais moi signe ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci!! Je vais essayer de le trouver. Merci, Lucie <3

      Supprimer
  11. Cela me rappelle de bons souvenirs car je suis plusieurs fois passée devant eux quand je vivais à paris et c'est vrai que même plongée dans mes pensées, je ralentissais toujours le pas pour les écouter ! J'aime beaucoup cette ambiance de musiciens de rue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaah, vous êtes plusieurs à les connaître :). Je crois que je trouve la musique me touche plus encore dans la rue que dans un théâtre.

      Supprimer
  12. Si tu savais comme ton article me parle. Ils sont à la station Chatelet. Je ne peux pas m'empêcher de m'arrêter à chaque fois que je passe devant eux et de les écouter, même si pour cela je dois arriver en retard aux rendez-vous. Et puis mes origines russes sont forcément touchées. Comme tu le dis si bien, cette beauté du quotidien... me fait oublier les fashion week et les it girls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce groupe a un véritable fan club, c'est incroyable! Ils sont donc toujours à Châtelet :) On court souvent après les beautés inaccessibles et nous avons la chance d'en avoir tant sous les yeux...

      Supprimer
  13. Lors de mon dernier passage à la gare de Lyon, il y avait un petit groupe disparate qui jouait à 6 mains et deux guitares Get Lucky… C'était chouette, presque aussi bien que du Klezmer à Châtelet ! :)
    (Je suis tombée ici en farfouillant à la recherche de marques faisait de bons basiques "éthiques" à prix corrects, et je découvre ce blog avec plaisir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue, Alexia :). Il faudrait d'ailleurs que je mette à jour l'onglet "penderie" : plein de nouvelles marques sont arrivées, elles méritent d'être connues.

      Supprimer
  14. Moi aussi je ralentis et ai des frissons ! Ca me donne l'impression d'être dans un film: d'un côté la foule qui passe en accéléré, de l'autre le temps qui s'arrête le temps d'une mélodie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait l'impression que j'ai eu : une mélodie éternelle, intemporelle, et finalement bien plus forte que notre précipitation.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox