Des malles et des merveilles

modèles Maison Moreau


Maroquinier, ça existe encore ? Oui Madame.

Le nom vient d'un genre de cuir, le maroquin : une peau de chèvre tannée au sumac, importé du Maroc (d'où le nom). Très doux et résistant, ce cuir a été utilisé pour les reliures et les malles. 
Aujourd'hui, le maroquinier travaille le maroquin, mais aussi le serpent, le python, le galuchat, (la peau de poisson), le porc, le crocodile... et des matières plus modernes comme le métal et les fibres high-tech.



prototype de mallette imaginé par Laureline Galliot,
réalisé par Alice Delimal, Compagnon du Devoir

Le maroquinier se plie en quatre pour fabriquer les patrons et les prototypes de sacs, de porte-monnaie, des housses de IPad ou de trousses de toilette.

Il devient aussi un peu menuisier pour créer des malles, des mallettes, des sets de cirage, des caves à vin de voyage... Le maroquinier travaille souvent pour un fabriquant industriel mais parfois, chez Hermès, Vuitton, Goyard, Moynat, Gucci.
Il peut également s'installer à son compte comme sous-traitant.  Et parfois, il lance sa propre marque de sacs.


stelda

22 commentaires:

  1. sympa la vidéo, c'est vrai que le sac est devenue une pièce incontournable et pourtant on ne parle jamais de ceux qui en sont à l'origine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui ;-). A force d'entendre qu'ils viennent tous de Chine et sont fabriqués à la chaîne, on oublie qu'un homme est tout de même à l'origine des modèles :).

      Supprimer
  2. J'ai rencontré une maroquinière qui s'est installée à son compte, elle fait de très jolies sacs et pour les petites bourses de jolies trousses de toutes les couleurs.
    Je suis toujours admirative de son travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un travail très complet et précis : il faut maîtriser beaucoup de techniques. Cette vidéo est plus axée sur les malletiers mais donne quand même un bon aperçu de leur travail ;-)

      Supprimer
  3. J'apprends encore plein de choses, jvais pouvoir briller en société :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhé :D Mais tu n'as pas besoin de ça pour briller, je pense :)

      Supprimer
  4. Passionnant ! Superbe, j'aime beaucoup ces découvertes. On comprend le prix des Belles Choses, aussi. Chaque pièce est une oeuvre d'art. Merci Stelda une fois encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On oublie aussi trop souvent les artisans quand on parle mode ;-). Alors j'aime bien les remettre un peu à l'honneur de temps en temps. Je suis ravie que tu aimes, merci Laurence.

      Supprimer
  5. Le prix des belles choses, exactement. Il y a de très jolies maisons françaises, plus confidentielles, mais tellement moins "déjà vu 100 fois" que certaines grandes marques. Je pense à LaContrie, si joliement présentée par Accrodelamode et qui explique son parcours là
    http://vimeo.com/35560018 Ces sacs sont chers, mais on comprend pourquoi !
    Plus abordable, je pense aussi à Renouard, une maison bretonne que je ne connais que depuis peu, mais une amie vient de recevoir l'un de leurs sacs en cadeau, depuis, j'en rêve. Les peaux, les finitions...tout est top (plus beaux en vrai que sur le site).
    http://www.maroquinerie-renouard.com
    A refaire, je crois qu'aujourd'hui je me dirigerais vers l'un de ces métiers d'art, mais il y a 25 ans...c'était le commerce ou l'informatique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhhh, Renouard! J'adore. J'ai eu un vrai coup de coeur en découvrant leurs sacs. Depuis, j'en rêve aussi <3
      Ils sont d'ailleurs présentés dans l'onglet "Accessoires et beauté", qui recensent quelques entreprises made in France ;-).
      A refaire, j'opterai aussi pour cette voie-là.

      Supprimer
    2. Ah oui, j'ai vu. Ma copine a justement celui que tu présentes avec des paillettes, en veau grainé camel. Une tuerie ce sac !!

      Supprimer
    3. Tu m'étonnes... Encore plus canon en vrai qu'en photo <3 <3. Hyper léer, en plus. Je bave dessus. Quand je l'ai vu, j'ai presque regretté mon Charles et Charlus :D.
      Et on est loin des prix Lancel / Longchamp et consorts... made in China, gloups!

      Supprimer
  6. J'ai une admiration sans bornes pour ces métiers d'art.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi. Cette série de vidéos est géniale!

      Supprimer
  7. Magnifique de voir ce travail qui rend l'objet encore plus précieux. Cela me fait penser à un reportage que j'avais vu sur les bottiers, cette façon aussi qu'ils avaient de travailler le cuir pour réaliser des chaussures ou bottines sur mesure m'avait scotché, j'ai toujours trouvé ça des métiers certes mais surtout de l'art.
    Bisous ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez beaucoup d'artisans d'art, on ressent une vraie passion, une fierté de l'ouvrage qui fait chaud au coeur. Bisous, Lilly.

      Supprimer
  8. hum en dingue de sacs et de cuir en général, ton article et la vidéo m'a beaucoup intéressée, merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé :)) Suis contente que le reportage t'ait plu, Valentina. Bisous!

      Supprimer
  9. J'avais mesuré à quel point c'est un métier d'art en allant chez Laffargue à Saint Jean de Luz. Cette vidéo le montre bien et il me semble que pas mal de maison ancienne reviennent sur le savant de la scène ... et c'est bien !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour, j'irai admirer cette belle institution ;-). Oui, la malle est à la mode! Un seul regret : ils manquent souvent d'originalité.

      Supprimer
  10. J'ai eu la chance de visiter l'usine Vuitton à Asniere, j'ai été bluffé par le savoir faire, la dextérité de ces artistes
    Bisous Stelda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'ailleurs une malle Vuitton que l'on voit ici ;-). Bisous à toi, Sylvie

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox