Paulette vs Vogue


J'ai enfin reçu Paulette!
Qui du coup a droit à un challenger de compèt' (c'est surtout que ça me permet de rentabiliser mon Vogue). Et puis opposer 2 magazines extrêmes, c'était plus drôle et permet de clôturer en beauté ce grand tournoi de la presse (cf volet 1 et volet 2).

Paulette, donc, est un magazine participatif bimestriel.
Créé en 2009 sous forme de webzine, Paulette existe en version papier depuis 3 numéros. Le principe est simple : tout le monde peut participer à la version web ou à la version papier : les séries mode sont faites avec des lectrices volontaires, chacune peut poster un billet d'humeur ou une chronique.
Et ce qu'il y a de classe, avec Paulette, c'est que vous pouvez même être la cover girl du mois : la rédaction choisit la lectrice abonnée qui a parainée le plus de nouvelles lectrices.
Pour les pages Voyages, c'est une lectrice qui partage ses souvenirs.
Là où Vogue nous indique The Place to be, le meilleur spot d'Amérique latine, favori de Naomie Campbell et Ron Wood (sic), Noémie et Florient font le récit de leur road trip sac au dos en Islande. Quand je parlais de grand écart...

série mode sur le site Paulette - source : Paulette Magazine
Ayant très peu de pubs, Paulette est édité sur souscription et ne paraît qu'une fois 20 000 numéros pré-commandés. Pour permettre la sortie en kiosque, le magazine doit atteindre les 30 000 abonnées.

Les bons points :

- Paulette met la lectrice au centre de son magazine sans sacrifier pour autant l'esthétique : la maquette est jolie (nettement plus jolie que celle de Brigitte, le féminin allemand), 
- le magazine format A5 se glisse assez facilement dans un sac à main, plus facilement que Vogue qui demande un porteur à lui tout seul.
- j'ai scanné les tenues présentées sur la série mode : de 12 euros pour un pendentif à 250 euros maxi pour les grosses pièces. Ca reste envisageable sans y laisser le loyer et mine de rien, ça fait du bien
- des Do It Yourself : se faire un manchon, un petite recette, un tapis rigolo...
visuel - source : Paulette Magazine
- des interviews de garçons (renommés les Georges par la rédaction,  ne me demander pourquoi, probablement parce que ça changeait de Jules) : et ça, j'ai apprécié! Ce n'est pas parce qu'un magazine s'adresse aux femmes qu'on ne peut pas y donner la parole aux hommes. 

Je la sentais bien, Paulette et franchement, je la trouve très chouette ; en revanche, elle vise manifestement la tranche d'âge en-dessous de la mienne. Plus de 25 ans, passez votre chemin. A quand une grande soeur ?

Bémols pour Paulette :
- les photos retouchées (schkroeugneugneu!!!!), 
- une mannequin pro pour l'édito mode : dommage que là le magazine n'ait pas joué le jeu jusqu'au bout
- une page témoignages "vos anecdotes croustillantes, les endroits insolites..." No comment, reschkroeugneugneu.

Mais en face, que devient Vogue ?
Et bien Vogue titre "Des Podiums à la rue" pour son édito mode ; je ne sais pas de quelles rues il s'agit, probablement celles du Faubourg Saint-Honoré, parce qu'honnêtement, je n'ai pas croisé beaucoup de pantalon Balenciaga à Tours (et pourtant, croyez-moi, j'ai l'oeil). En réalité, la série plutôt bien inspirée montre comment porter une tenue MiuMiu vue sur le podium (manteau de brocart imprimé porté sur une maillot de bain années 50 assorti) dans la rue (le même manteau porté sur un jean). Merci qui ? merci Vogue Paris qui nous rappelle que le port du maillot dans l'espace public est prohibé par les municipalités françaises. Donc, voilà. Ne vous attendez pas à ce qu'on vous présente une robe Etam version MiuMiu, c'est pas l'endroit, ma bonne dame. Passez votre chemin et lisez Cosmo ELLE Grazia le blog des Fripes de Valentine, ça vaudra mieux.
source : Vogue.fr

J'ai quand même eu du mal à croire qu'il m'a fallu passer 87 pages de pubs avant d'atteindre le premier entrefilet.
Je ne m'étendrais pas sur le shopping à 1200 € le sac ou 678 € la montre.
En revanche, un énorme bon point à Vogue qui fait régulièrement des ponts entre architecture et mode : expo, livres, interviews, designers, décorateurs, architectes sont largement mis en avant. Et ça, c'est trop trop bien!

Mine de rien, il y a des points communs aux deux magazines :
- les pages culture sont au-dessus du lot de la presse féminine : plus nombreuses et plus pointues que chez Glamour ou Biba (qui ont tendance à présenter Américan Pie comme le film d'auteur de l'année).
- les séries mode sont vraiment jolies (excepté une série de Hans Feurer que j'ai trouvé très laide), même si celui du Vogue Paris est loin d'être hyper original, au moins, il ne déchire pas la rétine et ne donne pas envie de courir déposer une pétition pour la protection des mineures ; merci Emmanuelle Alt!
Celui de Paulette, bien que disposant certainement de moyens plus modestes, est très honnête.
- les maquettes sont recherchées, la mise en page est agréable.

Et le truc qui tue et qui craint vraiment chez nos deux combattants ? l'horoscope. 


Le récapitulatif :


Paulette Vogue
Nombre de pages 144 408
Prix 4 €
(frais de port inclus)
4,90 €
Abonnement 19,90 €/6 numéros 19,95€/10 numéros
Editeur Maison Paulette Conde Nast
Pages de pubs 10 214
Séries mode 20 pages 60 pages
Culture (livres, musique, expo) 36 34
Actualités politiques ou société (hors mode) 0 0
Interviews Adenorah, étudiante Sarah Burton
Mary, illustratrice Cindy Sherman
Morgane,
créatrice de mode
Charlotte Dellal
Rover Olivier Theyskens
Pour aller plus loin :
Paulette

stelda

24 commentaires:

  1. Je ne connais pas Paulette. etant curieuse, je vais l'acheter, la description donne envie.
    Bon Week End

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement je l'ai trouvée très sympa ; tu me diras si tu as aimé ?
      Bon WE, Christine :)

      Supprimer
  2. Je ne l'ai jamais acheté il va falloir que je le fasse
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme pour Christine, je serai curieuse d'avoir ton point de vue.
      Bisous, Sylvie!

      Supprimer
  3. Ahhhhh ça veut dire qu'il va bientôt arrivé dans ma boite aux lettres <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le numéro 4 est en attente de parution, il manque encore 2000 lecteurs environ d'après le site.
      J'ai reçu le numéro 3 ;-)

      Supprimer
  4. J'ai encore jamais lu Paulette mais franchement ton analyse donne envie ! Vais ptèt m'y mettre tiens :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvée sympa même si c'est pas de mon âge vénérable :D

      Supprimer
  5. Bon ça n'a n'a rien à voir mais je reçois à nouveau une alerte dès que tu publies quelque chose, ce qui n'était plus le cas depuis des semaines, alors je suis d'humeur guillerette:-) Pour Paulette, je pense que j'ai dépassé la date limite même si j'ai des copines de mon âge qui le lisent et l'aiment beaucoup. Quand à Vogue, que j'ai lu assidûment pendant très longtemps, je ne supporte plus les pubs au kilo. Mais j'ai bien aimé ton post quand même hein:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que blogspot a réparé 2 petits bugs qui me cassaient les pieds :D C'est cool!!
      J'essaye de rester objective, parce que tout est rarement à jeter (sauf Richardson, je bloque vraiment sur ce type!!).

      Supprimer
  6. Je n'ai qu'une chose à dire : vive Paulette \o/

    Bonne après midi :)

    RépondreSupprimer
  7. Oui c'est vrai que j'irai bien voir la version papier de Paulette. C'est frais, dans le coup et rigolo. Après, le coup du participatif me laisse rêveuse. Ce n'est rien d'autre que du: je te fais bosser sans te payer, mais c'est normal c'est pour la bonne cause. Gros bon point pour Vogue.
    Pour Vogue euh je n'ai pas du l'acheter depuis septembre tellement il me semble lisse et ennuyeux. Je préfère de loin la version IT ou UK.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est l'écueil du participatif et de la pub a minima.
      Complètement d'accord avec toi pour Vogue : c'est sans surprises ni imagination en ce moment. Je rêve de me procurer d'autres versions (Brazil ou Japan, par exemple, ou China) : histoire de voir comment ça se passe ailleurs et dans des pays plus "neufs".

      Supprimer
  8. Moi je lis Paulette pour sa fraîcheur, mais je sais bien que la "cible" est bcp plus jeune que moi...Mais je ne me reconnais pas dans les trucs pour cinquantenaires, c'est bête, hein?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est normal : les "trucs pour cinquantenaires" sont faits pour les cinquantenaires d'il y a 50 ans :D

      Supprimer
  9. Très bonne idée ton "Paulette vs Vogue"!! Du coup, j'ai filé sur le site de Paulette. Je n'y étais pas retournée depuis son lancement. Je trouvais et trouve toujours que la démarche de Paulette est on-ne-peut-plus intéressante. Et était même indispensable dans le paysage de la presse mode. La mise en page du site et du blog est super jolie. L'effet visuel est frais et tonique. Pour le contenu, c'est vrai, il est bien ciblé pour une tranche d'âge (qui n'est plus la mienne LOL). Sinon Eudoxie a raison, les webzines qui font bosser gratos, ça va 5 mn. Mais en même temps, on ne reçoit que si l'on donne et je continue à penser que ce genre d'initiative peut s'avérer payant sur le moyen terme. La seule critique que je ferais à Paulette (tout en étant prudente puisque je n'ai pas lu le mag papier, et n'ai pas de recul puisque je ne l'ai lu que 2 fois), c'est un certain désordre dans la ligne éditoriale. Peu de parti-pris, si ce n'est celui de la spontanéité et la jeunesse, c'est peu. On reste sur notre faim.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, c'est ça : tu as mis le doigt sur ce que je n'arrivais pas à épingler mais qui me chiffonnait : le côté fouillis. Penchant que n'a pas Causette, par exemple.
      Ca ne me gène pas de bosser gratos pour un webzine, surtout débutant. Le jour où il peut rétribuer ses contributeurs, s'il ne le fait pas, là, c'est moche. Mais on retrouve le même problème en associatif. Le bénévolat est souvent nécessaire pour développer de nouveaux projets mais il peut virer à la vache à lait.
      L'avantage de Paulette est qu'il va inciter la presse mode à évoluer.

      Supprimer
  10. Je n'ai jamais acheté le magazine Paulette mais je connais !! Très sympa ce petit post ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Caro ;-) Très bonne semaine à toi

      Supprimer
  11. C'est plus pour nous, ma brave dame, Paulette !! J'ai eu la même impression en le lisant, c'est jeune, très-très jeune... et parfois un peu léger
    http://www.anacoluthe.fr/?p=2789
    Et d'ailleurs au bout de 3 numéros, basta, je n'ai pas renouvelé mon abonnement ! Le participatif a ses limites...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le rachèterais pas non plus :) Ton analyse est géniale!! je la rajoute à la fin de l'article, merci Anacoluthe ;-)

      Supprimer
  12. C'est bizarre je n'arrive pas à m'identifier pour laisser des commentaires...du coup je vais juste en laisser un ici et réessayerai depuis un ordi.

    Tu as éveillé ma curiosité pour la magazine Paulette. Mais du coup je me demande si on a pas l'impression de lire un blog mais sur papier ?
    À voir si je me laisse tenter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, un peu. La démarche est sympa, ça change clairement de la presse traditionnelle et c'est bien fait. Mais ça manque de sujet de fond. Il faudrait un mix Grazia / Paulette / Causette / AD et ce serait parfait :D
      Je suis navrée, blogspot fait parfois des siennes... A bientôt j'espère ;-)

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox