Faut-il afficher son éthique sur l'étiquette ?

Oui, pensent certains, car l'éthique fait (tout de même!) vendre, quitte, parfois, à tromper le consommateur en collant une étiquette "made in France" juste au dernier bouton ou pire, à préciser "conçu en France", jouant ainsi sur la confusion. D'autres pensent que leurs produits n'ont pas besoin de ça pour être gagnants.

La marque de bijoux Pandora ne l'affiche pas, en tout cas, je ne l'ai jamais vue s'en vanter ni communiquer dessus. Elle n'en a pas besoin pour rafler la mise, son marketing est au top et elle a imaginé une véritable vache à lait avec ces bracelets à collectionner sans fin. Pourtant, Pandora est un cas d'école à un autre niveau. 


C'est en lisant une enquête de Fashion United que j'ai découvert que la marque danoise fabriquait ses bracelets en Thaïlande, à Gemopolis, créant une ville Pandora dans cette ville où sont installés 130 fabricants. Ils sont devenu un poids lourd mondial de la joaillerie, talonnant... Cartier! 

Et côté production ? Leurs employés thaïlandais qui cisèlent les bijoux en argent ne travaillent que 48 heures par semaine, au lieu des 82 heures règlementaires dans le pays. L'entreprise a mis en place des transports gratuits et une supérette à prix discount pour leur faciliter l'accès aux produits de première nécessité. Elle leur offre aussi des formations, une bibliothèque et les congés maternité sans rechigner. 

Une politique sociale exceptionnelle, qui a porté des fruits exceptionnels : zéro grèves dans leurs usines. Et 1,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 441 millions de bénéfices.

Preuve qu'on peut être bon tout court.

Source photo : Pandora.netpandora.net


stelda

8 commentaires:

  1. Ah bah je suis encore plus contente d'acheter de remplir mon bracelet alors :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux craquer en toute bonne conscience!

      Supprimer
  2. Je ne savais pas. J'aime beaucoup ce style de démarche.

    RépondreSupprimer
  3. C'est une bonne nouvelle ! Et pour nous un vrai argument d'achat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes de plus en plus nombreuses à refuser de cautionner le mépris des ouvriers et des artisans qui fabriquent ce qu'on achète, et c'est tant mieux :)

      Supprimer
  4. C'est top et ca fait plaisir que ce genre d'initiative existe (et fonctionne !)
    Merci de relayer et d'informer

    Bises
    Vic

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça donne de l'espoir :) Contrairement à ce que disent beaucoup, une marque peut être rentable et respecter ses ouvriers. Gros bisous, Vic!

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox