Génération X



Parfois, quand Lutin n° 2 me demande "Tu jouais à quoi, quand tu étais petite, puisqu'il n'y avait pas d'ordinateur ?" je me dis que ma génération et celle de la guerre de 14 sont sans doute celles qui ont vécu les plus grandes transformations (et dans notre cas, les plus rapides, sûrement).

Celle de la guerre de 14 était appelée Génération sacrifiée. La mienne est surnommée Génération X.   X comme Windows XP qui ferme ses portes ces jours-ci. J'ai connu la guerre froide, la chute du Mur de Berlin, la guerre du Liban. Gorbatchev, l'avènement de Mitterrand, 4 papes, la mort de Lady Di et celle de Mère Thérésa, les interventions de l'Abbé Pierre et les manifs contre la guerre en Irak.

La 2 CV, la 4L, l'émeute à la naissance de la Super 5, les méduses pas à la mode, les pains d'épice Prosper au goûter. Et l'absence de chômage. Un couple divorcé sur 5 ou 10. Le Jeu des Mille Francs avec son petit jingle tit, tit, tit, "... et maintenant, la bourse avec Ulysse Gosset", le vilain sigle de FR3 qui ressemblait à des dents, Antenne 2, Candy et La Petite maison dans la prairie. Depuis, Ulysse Gosset est devenu grand reporter aux Etats Unis, puis a fondé France 24.

Je me rappelle un petit kéké en terminale qui frimait au volant de sa 205 GTI rouge. Aujourd'hui, on lui jetterait des cailloux. Génération X, c'est, en vrac, Pink Floyd, Goldman, NTM, Nirvana, Cure, Jackson, Louise Attaque, Noir Désir, Patrick Bruel. Les boys band et les girls band. On a connu Karl Lagerfeld à la limite de l'obésité, Victoria pas encore Beckham, le prince Harry en couches culottes.

Madame Doubtfire, ET, Stars Wars, Rambo, Le Flic de Beverly Hills, Forest Gump, La Liste de Schindler, Kevin Costner et Madonna pas retouchés. On a vécu les premières addictions aux séries ovnis : Charmed, Buffy, X-Files. C'était aussi les télés lourdes comme une pile d'annuaires, et les annuaires, d'ailleurs! Les téléphones portables, gros comme des talkie walkies : une copine était tellement gênée d'en avoir un qu'elle se cachait dans l'encoignure des portes cochères pour téléphoner. Je me rappellerais toujours la tête de ma mère quand elle a vu l'entrepreneur qui construisait notre maison brandir un téléphone de voiture. Comme Mel Gibson dans L'Arme Fatale. Ce type (l'entrepreneur, pas Mel) était un mauvais clone local de Tapie. Sa fille était dans ma classe. Je l'ai croisée il y a quinze jours lors d'un meeting politique. Elle n'avait pas changé d'un iota. On n'oublie pas une fille qui, à 18 ans, roule en Mini rouge assortie à ses cheveux blonds (oui, j'avais déjà l'oeil pour les détails). Toujours le cheveu blond. J'ai l'impression qu'on ne s'est pas vu vieillir. Est-ce qu'on se voit jamais vieillir ?

Génération X, quel drôle de nom... Mais finalement, pertinent. J'ai l'impression d'avoir grandi entre deux mondes, un pied dans l'univers désuet des seventies et la tête dans les années 2000, partagée entre les robes moulantes en Lycra de Alaïa et les poom-poom shorts H&M (j'ai porté des ersatz de la première mais plutôt jeter tous mes vernis que porter les deuxièmes). Bercée par le sacro-saint Bled mais collée à mon Smartphone.

Ma génération est qualifiée d'adulescente. C'est peut-être vrai. J'ai l'impression qu'on essaye de construire le monde en s'amusant. Malgré la montée du chômage, la violence de rue, la violence en entreprise, entre deux désenchantements, on a gardé un bout d'âme d'enfant, peut-être parce qu'on a vu le monde basculer. La fin des dernières colonies et de la Guerre Froide, c'était quelque chose, quand on y repense. L'abolition de la peine de mort. Le Levi's 501 pour tous. Les Converse, bordel!

On ne se rend pas toujours compte qu'on appartient à l'Histoire. L'Histoire, c'est moi, c'est vous, nos enfants. On la construit avec nos petites mains. Ceux qui ont voté en 1981 pour Mitterrand ont construit un bout d'histoire. Ceux qui ont défilé après le discours de Villepin aussi.

J'étais partie pour écrire sur MC Solaar et la mode des années 90 mais je crois que là, j'ai un peu dérapé. Je ne suis pas nostalgique, je considère la chance que j'ai d'avoir pu connaître toutes ces choses. Une vraie chance.  Ces musiques, ces images, ces pans d'Histoire. Même si ça me fait un peu bizarre de voir que presque toutes les personnalités présentées dans ce clip CNN sont mortes.


22 commentaires:

  1. On a aussi connu les premiers jeux électroniques, les débuts sur ordi avec le langage MS dos, Harlem Désir (c'est d'actualité) et l'association "Touche pas à Mon Pote", on a tous ou pas porté une petite main au revers de sa veste en jean ou de son veston de grand-père.
    Essayer de remplir au maximum des sacs de riz, farine et sucre pour sauver les enfants de la faim en Afrique. Le téléphone à cadran, le Minitel....
    Mais ma grand-mère née entre les deux guerres me disait que pour elle la plus grande innovation était la machine à laver et comme je la comprend!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te rappelles de ce petit jeu avec des singes qui sautaient au-dessus d'une rivière pleine de crocodiles ?? C'était les premières consoles portables...

      Supprimer
  2. Bon, je pense qu'on ne fait pas partie de la même génération X... D'ailleurs, je sais même pas de quelle génération je fais partie moi qui suis née en 86... pourtant je me rappelle de plein de trucs comme le Mur de Berlin, la mort de Mitterrand, la guerre du Kosovo, l'élection de Chirac, les pubs Calvin Klein, les Mini Keums, JP II à Reims, les grosses baskets clignotante ou avec la languettes gonflantes, les pantalons Pussy...
    Alors, même génération ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. NON;-) les baskets clignotantes et la languette gonflantes n'existaient pas;-)

      Supprimer
    2. Je crois que tu es Y, Laetitia :). Les grosses baskets clignotantes, ce n'est pas ma génération :D.

      Supprimer
  3. Tu as oublié la télé sans télécommande (et oui, on a vécu ça aussi : se lever et tourner un bouton pour changer de chaine!).

    Et la mode pour ado qui n'existait pas : on avait le "choix" entre le rayon enfants et le rayon femme et rien entre les 2 ...

    Heureusement, on a survécu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est vrai!! C'est fou, on oublie comment ça se passait sans télécommande... La mode pour ado arrivait tout juste : il y avait Chipie, Cimarron, Bensimon...

      Supprimer
  4. Tu vois, on a pas tant d’écart, j'aurais ajusté quelques détails, mais j'aime cet inventaire, j'aurais aimé pouvoir l'écrire. Je te rejoins vraiment sur cette idée que nous avons vu changer le monde d'une manière terriblement radicale. Je ne sais pas si tu connais les vidéos Youtube "Kids react to"... et un épisode sur le Walkman. C'est assez sidérant, et pourtant! A voir, je pense que cela t'amusera! :)

    RépondreSupprimer
  5. Tu as tout à fait raison mais imagine la génération de nos parents et grands-parents qui ont aussi connu les guerres, les privations et les anciens francs, les nouveaux francs et l'euro.
    Nostalgique, je ne suis pas mais je suis consciente de l'évolution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tout de même l'impression que les changements, s'ils ne sont pas forcément plus importants, se font 1000 fois plus vite.

      Supprimer
  6. J'ai connu la télé noir et blanc avec 1 seule chaine, l'ORTF, les commentaires de Léon Zitrone, mai 68 et le sobriquet de "rejeton de de Gaulle" car fille de gendarme. J'avais un copain qui possédais une Golf premier modèle à la fin des 70's. 20 ans en 1981, j'ai vu les premiers walkman, les premiers petits jeux électroniques. Mais qu'il s'en est passé des choses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mon Dieu! Rejeton de de Gaulle, c'est charmant ^^. Les walkmans, c'était quelque chose... Oui, il s'en est passé, des choses...

      Supprimer
  7. Née en 1981, j'ai découvert avec stupéfaction que, selon Wikipedia, je pouvais appartenir à la Génération Y... dans laquelle je ne me retrouve pas du tout, alors que ton inventaire sonne tellement juste à mes oreilles ! Je suis définitivement une X ! Pour l'anecdote, le mois dernier, je discutais avec des amis amis... qui ne savaient pas ce qu'était la mire, à la télé. Ca m'a donné un sacré coup de vieux ! :-)
    PS : j'ai commencé avec délectation le roman de Cécile Sépulchre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es comme ma soeur :). Vous êtes un peu entre les deux mais à mon humble avis, plus X que Y.
      Bonne lecture :)

      Supprimer
  8. Nous, nous appartenons à la génération avant x, elle s'appelle comment ? et pourtant, nous nous retrouvons dans beaucoup de choses. C'est drôle nous étions en train de faire un billet un peu semblable, il va falloir le retravailler, le revisiter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais vite lire votre billet, Mesdames ;-)

      Supprimer
  9. Je suis sans doute de la génération un poil avant la tienne mais ton billet m'a rappelé des tas de souvenirs ... excellents !! Ma fille demande toujours comment j'ai pu vivre sans portable et à bien y réfléchir, je pense que j'étais beaucoup plus libre sans mais c'est un autre débat ! Bravo pour cet excellent billet Stelda, c'est toujours un plaisir de te lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, ce que tu dis sur le portable. Et c'est ce que m'a dit Lutin n°1, qui n'en a pas. Elle aimerait bien, mais de temps en temps, elle regarde avec pitié ses petits camarades qui se textote chacun d'un bout de la cour :)

      Supprimer
  10. Je pense être plus vieille que toi, mais je me reconnais en partie dans tes références ! Je me souviens qu'on enregistrait les 33 tours (de la discothèque municipale) sur des cassettes auto-reverse pour pouvoir les écouter dans nos walkmen, et que même, perso, j'enregistrait des plages entières de Radio Nova, à l'époque où elle ne passait pas de pubs. :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, l'auto-reverse!! C'était ENORME.

      Supprimer
  11. J'adore cet article !! Et perso, je me reconnais aussi dans chaque phrase !

    RépondreSupprimer

 

S'abonner à la newsletter

Translate ?