Reprendre des études à 35 ans

... Ou plus exactement, 36, oui, c'est possible et c'est un saut qu'on ne regrette pas. Faut dire qu'en général, on a bien pesé le pour et le contre. Pour, les découvertes, les rencontres, les échanges, la progression professionnelle et la stimulation intellectuelle (que l'on trouve aussi, d'ailleurs, dans les formations aux métiers manuels). Contre, la perte partielle ou totale de salaire, la réorganisation du rythme familial (ouch, plus de jours enfants malades... j'ai prévenu les 3 lutins qu'ils avaient interdiction absolue de choper la varicelle ou de se casser une patte les 9 prochains mois).
 
Donc le pour remportant le match haut la main, je suis retournée à l'école. Depuis un mois, je suis à l'IUT de Tours une année spéciale de formation au journalisme, avec une spécialisation magazine.
 
photo d'Elliott Erwitt
source : Magnum


Si le rythme est soutenu, je me félicite chaque jour d'avoir tenté l'aventure :
  1. Les intervenants nous parlent du journalisme comme j'ai envie de le vivre  : avec honnêteté, rigueur, bon sens
  2. Je sentais que j'avais plein de failles techniques et j'ai six mois pour en combler une partie
  3. Je peux échanger avec mes petits camarades (et après des mois de travail solitaire, c'est quand même bon!).
  4. L'enseignement est très pratique et la théorie est un support à notre travail, pas une fin en soi
L'Ecole Publique de Journalisme est rattachée à la faculté : elle propose un cursus post-bac classique préparant au DUT en deux ans et une Année Spéciale (sorte de DUT en accéléré). Les élèves des deux filières peuvent se perfectionner avec une licence professionnelle.
 
Cours de 9 h à 12h et de 14 h à 17h, du lundi au vendredi, avec en prime des articles, des dossiers, des revues de presse à rendre régulièrement, sans parler de la veille (en gros, tu es censé balayer l'ensemble des médias : presse, radio, télé, réseaux sociaux tous les jours). Si tu ne t'organises pas, tu es mort en deux semaines.
 
J'ai failli mourir la troisième semaine. Depuis, je suis un peu ressuscité mais il ne va pas falloir que je me laisse trop aller, on n'en est qu'au début et à mon avis, ils sont encore hyper gentil avec nous. La douleur de rester assis sur une chaise mise à part, les cours m'enthousiasment : droit de la presse, communication, déontologie, sémiologie, anglais, techniques de rédaction... tout est passionnant. Il y aussi des ateliers pratiques, une formation à la photo, à la radio, à la télé.

Le seul problème, c'est que je me biberonne à l'actu politique / internationale /économique et du coup, j'ai du mal à suivre la mode et les tendances (et s'il y a bien un secteur qui bouge vite, c'est celui-là). Quant à la culture et le sport, oubliez-moi, je suis dans les choux (hormis les gros titres façon Vie d'Adèle ou Coupe de foot au Qatar en 2022...). Donc il y a des moments où je n'ai en tête que des sujets d'actu pas très rigolo (en ce moment, au choix, le naufrage de Lampedusa, le travail du dimanche, la réforme pénale...).
Mais je préfère éviter d'en parler ici. Non par peur des dérapages , au contraire : vous êtes les lectrices les plus respectueuses qui soient et je suis sûre que vos réflexions seraient passionnantes! Ca vole déjà haut quand on parle robe en léopard, ça partirait dans la stratosphère si on causait économie ou société. Non, c'est plutôt pour préserver une bulle un peu légère. Je reste persuadée que la futilité est essentielle et qu'elle nous aide à dépasser les duretés du monde. Futilité et spiritualité sont les deux garde-fous qui m'évitent de sombrer dans le pessimisme. 40 % des journalistes sont alcooliques. Autant privilégier la mode comme drogue.
 

photo de Jean Gaumy - Téhéran, 1986
source : Magnum

photo de Micha Bar Am
source : Magnum

photo de Michael Christoper Brown
CONGO. Goma. December 14, 2012. Abandoned planes are a common site at airports in Africa. At Goma Airport, in the Democratic Republic of Congo, planes left due to wars and volcanic...
source : Magnum
PS si les sujets sont hélas rarement légers, je suis de plus en plus admirative du travail des photoreporters. Ces trois photos sont intemporelles.
 
Dédicace aux Lutins et à Mr qui ont la gentillesse de me soutenir
et à mes supers amies qui m'ont encouragée (si vous vous reconnaissez, c'est normal!)

stelda

44 commentaires:

  1. Réponses
    1. Non, c'est surtout ma famille qui est courageuse :D

      Supprimer
  2. Valérie { Atelier rue verte }11 octobre 2013 à 08:36

    Félicitations .... et que ton rêve devienne réalité , bises .

    RépondreSupprimer
  3. Quelle courageuse tu es ! Tu as tout mon soutien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chris. Ce n'est pas courageux, c'est inconscient :D.

      Supprimer
  4. Bon courage pour cette belle aventure !

    RépondreSupprimer
  5. Tu es bien courageuse ! J'ai repris un BTS après ma licence et sans enfants je galère déjà pour m'organiser... je suis donc très admirative !
    Bon courage en tout cas, mais si tu aimes ce que tu fais... ça ira tout seul :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes mes amies qui ont repris es études s'en sont très bien sorties, même seules avec des enfants. Je crois qu'on est deux fois plus motivée, en fait. On fit trop d'efforts pour avoir envie de se louper ;-) Merci, Morgane

      Supprimer
  6. la dernière photo est magnifique ! je me suis toujours dit qu'il ne fallait pas avoir peur de changer, de prendre des risques plutôt que de préférer le confort de quelque chose qui est déjà là, simple mais lassant. alors je t'admire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que l'enfant va s'envoler... Partir au Canada comme tu vas le faire, c'est un gros saut aussi ;-)

      Supprimer
  7. Bon courage alors pour cette année de formation : ce n'est que du +++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même du ++++. Un seul regret : que les journées ne fassent que 24 heures. Il en faudrait le double!

      Supprimer
  8. EVVIVA!!! bon courage!! mais je suis sûre que tu vas être au top!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Jicky : suis pas sûre d'être au top (suis même sûre du contraire) mais je tire ma petite charrette avec obstination :D

      Supprimer
  9. c'est une superbe aventure ce tournant dans ta vie professionnelle. BRAVO pour ton courage et ta détermination!
    clarillon

    RépondreSupprimer
  10. Tous mes encouragements !!! Que la force soit avec vous ! Biz. N.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec vos encouragements, elle est démultipliée :)) Merci chère Nina

      Supprimer
  11. J'ai refait un IUT à 34 ans et mon garçon avait tout juste 2 ans. Notre avantage à cet âge, on va à l’essentiel, on travail plus rapidement (en fait on a pas le choix, il y a une famille avec nous).
    Bon courage et profite car c'est quand même sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça : on ne peut pas se permettre d'échouer, on impose déjà pas mal de sacrifices à nos proches... Mais qu'est-ce que ça fait du bien de retourner apprendre!

      Supprimer
  12. "Futilité et spiritualité sont mes deux garde-fous contre le pessimisme." Cette philosophie de la vie me plaît! Bravo pour la reprise de ces études et bon travail !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à être sérieuse plus d'une semaine... et je ne peux pas m'empêcher de creuser un peu derrière les apparences ;-). J'en suis donc venue à cette conclusion.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Merci :) Oui, on va y faire attention. Et à l'abus de café, surtout...

      Supprimer
  14. Bravo Stelda !
    J'ai repris mes repris mes études après avoir travaillé et c'est vrai qu'intellectuellement ça fait du bien ! Souvent au boulot on a la tête dans le guidon et peu d'occasions de prendre de la hauteur par rapport à son métier.
    J'aime beaucoup l'exercice de la revue de presse, ça oblige à s'intéresser à tout et à garder l'esprit ouvert sur le monde, qualité que peu de gens ont souvent par manque de temps ou par paresse intellectuelle. Dommage...
    Travaille bien et félicitations pour cette démarche (et bon courage aussi, tu es une vraie wonder mum ;)
    Bisous ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu décris tout à fait ce que je ressens : pouvoir prendre de la hauteur, poser ses idées, se recentrer.
      J'ai de la chance : j'ai un Wonder mari et des Wonder z'enfants :). Et des Wonder z'amies!!!
      Bizz'

      Supprimer
  15. Oh, je t'admire ! C'est une belle initiative. Il faut du courage, de la persévérance (et un entourage compatissant) pour y parvenir mais je te sens super motivée ! J'avais tenté l'aventure en cours du soir mais ça s'est très vite révélé mission impossible ... j'ai changé de boulot 10 ans plus tard c'est déjà beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cours du soir doivent être plus compliqué encore parce que tu fais 3 journées en 1. Mais l'essentiel c'est de pouvoir changer de métier si on le souhaite et même si ça prend 10 ans. Bravo, Laurence!

      Supprimer
  16. Wouuuuuuuuuuuuuuuh c'est super !!!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :D. Et toi, Zoé ? Tu as trouvé ta voie cette année ?

      Supprimer
  17. Félicitation pour ce virage de vie. Tu ne tournes pas la page, tu ouvres un nouveau livre qui te passionne et c'est le principal. Bravo encore. Je te souhaite du plaisir, de la découverte et de la passion, des débats avec tes collègues, après les études, je trouves qu'on s'étiole vite si on ne se pousse pas à cultiver curiosité et savoirs nouveaux et c'est facile de se laisser glisser vers le no work land. Enjoy !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence. On discute beaucoup entre nous et ça, c'est vraiment agréable. Tu as raison : c'est très difficile de rester motivée et curieux quand on travaille depuis plusieurs années au même poste.

      Supprimer
  18. Félicitation pour cette décision ! Je trouve cela très positif de reprendre ses études, quelque soit son âge. On a tous le droit à une 2nd, 3eme voire 10eme chance si besoin. La vie est trop courte pour faire quelque chose que l'on n'a pas envie. Et se donner les chances de réussir, c'est un premier grand pas! Bon courage :)

    RépondreSupprimer
  19. Ah, je crois qu'on vit sensiblement la même chose... J'ai choisi de changer de structure de travail depuis la rentrée, ce qui implique une méthodologie de travail nouvelle, et une réorganisation totale de mon organisation générale. C'est un choix, je me lasse vite, et j'aime changer. Pas forcément monter en échelon d'ailleurs, juste changer, avancer en évoluant dans mes pratiques. Ca demande un sacré effort de dépassement de soi l'apprentissage, d'humilité, accepter que l'on ne sait pas faire et ne pas se reposer sur ses acquis, jamais. C'est fatigant, flippant, insécurisant, déroutant... Mais c'est tellement bon! :)
    En tout cas, tu gères visiblement mieux que moi ce changement, vis à vis de ton blog en tout cas, puisque tu y es encore très présente!
    Et pour ce qui est des sujets moins futiles (encore que la mode reste un sujet profond je pense), ça m'intéresse de te lire quand-même alors si tu as des liens, des articles à partager, n'hésite pas! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations, Peregrine! Cette nouvelle stimulation doit te faire du bien. C'est important de s'offrir des bouffés d'oxygène.
      Je n'hésiterai pas à vous partager des articles ou des films alors, merci beaucoup!

      Supprimer
  20. Ohhh mais je connais cette petite fille sur la,photo de Micha Bar Am ?!!! ;-)
    bon courage ma Stelda, u'r the best !!!!! ♥♥♥♥
    Love from me

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, je savais que cette photo te parlerait :)

      Supprimer
  21. Quel courage de reprendre ses études ! Je suis travaille dans une agence photo et ce que j'apprécie le plus c'est de m'informer sur à peu près TOUS les domaines puisque nous sommes une agence généraliste (news bien sûr, people, sport, mode, sciences, etc...). Et sinon, oui, les photojournalistes que je cotoie quotidiennement sont admirables, mais malheureusement, le métier (la presse en général) est en crise et peu vivront de leur métier dans les années qui viennent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a presque deux fois moins de photojournalistes cette année que l'an dernier. Le nombre diminue chaque année et beaucoup sont obligé de faire de la pub pour vivre. C'est triste. Non que faire de la pub soit honteux mais ce n'est pas leur métier.

      Supprimer
  22. Contente de voir que tu "t'amuses" bien (si j'ose) malgré les quelques difficultés de manque de temps... Ton expérience me rappelle de bons souvenirs, j'avais 32 ans, un bébé de un an, et j'ai repris des études pour faire un DESS au Celsa.

    Un peu compliqué pour s'organiser, mais à part ça, une grande année, que j'ai a-do-ré ! Je trouve qu'on apprécie le luxe rare qu'est étudier à sa juste valeur quand on vient de passer quelques années à travailleur... beaucoup plus que quand on est étudiant en fait ! (enfin, je pense que je suis un cas désespérée, je pourrais passer toute ma vie à être une étudiante tellement j'aime apprendre ^-^)

    Plein d'énergie pour la suite de ton année... et pour tout le reste après !! xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis complètement d'accord avec toi : faire une pause pour retourner à l'école, c'est un luxe.. certains s'offrent un sac Hermès... et nous, des études :D.
      Merci, chère Anacoluthe <3

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox