J'ai crée un parfum dans mon sac

Par hasard, par accident : en y oubliant des mouillettes glanées chez Nicolaï. Ce n'était pas des mouillettes comme les autres. Elles étaient imprégnées de diverses matières premières et non de parfums. C'était très bizarre mais ça sentait drôlement bon!

Cette visite du laboratoire de Patricia de Nicolaï m'a confrontée à la parfumerie, la vraie. J'ai vu "l'orgue", ces étagères couvertes de flacons soigneusement étiquetées. J'ai pu sentir à l'état pur les odeurs qu'on lit régulièrement, mais qui restent souvent abstraites : le néroli, le musc, le géranium... L'utilisation de ce dernier est très répandue en parfumerie et ça m'intriguait. Pour moi, le géranium ne sentait rien. En réalité, les parfumeurs utilisent une espèce pakistanaise, qui sent la rose hyper, hyper concentrée. Vous vous sentez brusquement la bouche pleine de loukoum. Le beurre d'iris, l'une des matières premières la plus rare et la plus longue à fabriquer, lui, m'a rappelé la carotte râpée. Une autre essence sentait le porto.
 
Ensuite, j'ai plongé le nez dans plusieurs des parfums. Le dernier-né des eaux de toilette, Eau SOleil, m'a emmenée dans une vieille maison quelque part dans le Sud. Dominant la mer, au bord d'un petit chemin, il y a un jardin avec de grands tilleuls, des rosiers grimpants un peu délaissés, une farandole de glycine serrée le long du toit. Le soleil chauffe les tuiles, à l'intérieur du salon, on ouvre doucement les portes des placards, dans la pénombre et voilà. Ca sent ça. Ca sent le chaud du dehors et le frais du dedans. Une odeur un peu paradoxale, propre, nette et en même temps chargée d'émotion.
 
C'a été un déclic, j'ai compris qu'un parfum est bel et bien vivant et se transforme selon l'heure et le moment où on le sent. Un parfum, c'est une valise dans laquelle on met tous ses souvenirs. Eau SOleil est à base de néroli (de la fleur d'oranger). Cette odeur sucrée et fraîche à la fois contribue certainement à cette impression de parfaite petite madeleine de Proust, ce voyage vers l'enfance et des souvenirs un peu désuets.
 
Chose curieuse, en sentant Eau SOleil, mon mari a tout de suite reconnu le jasmin alors que je ne l'avais pas du tout identifié. C'est la bergamote qui a retenu mon attention. Un parfum, comme un mot, a une résonnance vraiment particulière pour chacun.
 
Les notes de tête sont pétillantes : bergamote, citron, mandarine et petit grain de citronnier,
avec une touche d’armoise et de thym.
 Les notes de coeur sont des fleurs blanches : Néroli, jasmin.
 Les notes de fond sont un peu boisées : patchouli, mûre de synthèse.

Pour aller plus loin : le site officiel Nicolaï Paris.

stelda

17 commentaires:

  1. la bergamote en tête et le fond boisé, ça devrait me plaire... Un peu Fidji, genre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait non. Il est très différent sans doute à cause des pointes d'agrumes.

      Supprimer
  2. ce qui est sûr, c'est que tu me donnes envie d'essayer ! j'adore les odeurs chaudes en ce moment, le jasmin, la fleur d'oranger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui il te plaira:-).Tu as des envies de Sud ?

      Supprimer
  3. Ça doit être vraiment passionnant l'élaboration d'un parfum ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai commencé à m'intéresser vraiment au monde du parfum en visitant Grasse l'été dernier, je n'imaginais pas l'univers qui pouvait se cacher derrière un petit flacon !
    Sinon, fabriquer son propre parfum (même à partir de mouillettes)... c'est ce que j'appelle le comble du luxe ;)

    RépondreSupprimer
  5. En ce moment, j'adore La Petite Robe Noire. Ça sent le thé comme chez Mariage Frère !

    RépondreSupprimer
  6. Tu m'as titillée avec ton Ô Soleil mais il n'est plus sur le site. Dommage, c'est tout ce que j'aime ! Ça a dû être terrible de quitter l'endroit !!

    RépondreSupprimer
  7. "Le beurre d'iris m'a rappelé la carotte râpée" : comment évoquer une odeur sans la rapprocher d'une autre ? C'est le moyen le plus efficace et le plus facile en tout cas d'en parler, et qui se base sur une réalité que l'on constate souvent, la proximité des arômes. J'ai acheté il y a quelque temps un coffret qui s'appelle "Le nez du vin" et qui contient des extraits des différents arômes qui peuvent être présents dans le vin, pour qu'on puisse les reconnaître. C'est ainsi que j'ai découvert que la cerise avait un arôme très proche de celui de l'amande. Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait j'associe souvent les odeurs à des goûts.
      Pour la cerise, c'est vrai que le noyau donne un goût d'amende dans les clafoutis.

      Supprimer
  8. Zut je n'arrive plus à répondre sous chaque commentaire!
    @Pipou : oui ça m'a donné très envie de participer à l'un des ateliers proposé par Nicolai Paris :-)

    @Manal : c'est la classe ultime, j'avoue :-D

    @Gweny : c'est vrai. Ce parfum à une odeur très particulière.

    @Laurence : si tu savais! Je ne voulais plus m'en aller. Je suis partie à regret et j'avais déjà explosé mon planning ;-)

    RépondreSupprimer
  9. J'ai eu la chance de sentir quelques matières premières brutes utilisées pour les parfums également... et c'est incroyable ! Surtout ce savoir faire de parfumer, mélanger des senteurs tellement différentes... et ce qui est fou, c'est qu'on se rend compte que même quand on change de parfum, on reste toujours dans les mêmes familles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon rêve est d'aller passer une journée à l'osmotheque de Versailles. Ce doit être fantastique de pouvoir sentir tous ces parfums disparus...
      Tu as raison : c'est très difficile de sortir de ses odeurs favorites, autant qu'oser porter des couleurs nouvelles ;-)

      Supprimer
  10. Je n'ai pas la mémoire des odeurs, c'est très étrange. Sauf celle que portait mon arrière-grand mère! ;)
    Mais du coup, j'ai la sensation qu'un pan entier de sensations m'échappe, c'est frustrant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça alors, c'est curieux. Comme une sorte d'amnésie olfactive ?

      Supprimer
  11. J'adore l'odeur de Jasmin, j'en ai un d'ailleurs dans mon jardin je ne me lasse pas d'aller le sentir.... le citron pareil, c'est très tentant tout ça :)
    Bisous à toi Stelda.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi un jasmin et c'est une odeur dont je ne me lasse pas. Gros bisous Lilly

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox