Prendre le temps

Dans les studios de radio, comme dans les gares, il y a une horloge qui montre la seconde près. Tous les jours, pour prendre le bus, récupérer les enfants à l'école, pointer au travail, on vit l'oeil sur la montre (ou le smartphone).

On court tellement après le temps qu'un fabricant a décidé de supprimer la trotteuse et l'aiguille des minutes de ses montres, histoire de vraiment nous obliger à arrêter de penser à la minute près. J'adore cette idée. Un autre a décidé de cacher le passé et le futur, pour qu'on se concentre sur le temps présent. 

A quoi sert le temps si on ne le savoure pas ? A rien. C'est aussi bête de regarder s'échapper que focaliser tous les matins sur son gros nez et ses rides au lieu de se féliciter d'être en bonne santé, d'avoir de jolis yeux ou de beaux mollets. La joie d'avoir un corps qui fonctionne se savoure, il n'est pas que défaut. Au contraire : ses défauts montrent, en creux, que le reste est perfection. Et différent ne veut pas dire "bon à échanger"!

Jeudi, j'ai passé la journée à Paris. Mon premier rendez-vous, une présentation presse, a été plus court que prévu, mon deuxième rendez-vous aussi. Du coup, j'ai eu le temps de prendre le temps, laisser s'écouler une heure et demi sans rien faire (je n'avais même pas de bouquin, chose rarissime!), puis encore une heure après le déjeuner, rien faire du tout, juste boire un café et regarder les gens passer,  écouter mes voisins de table, griffonner des idées sur un bout de papier, fermer les yeux. Au début, ç'a été très, très difficile, et j'ai réalisé à quel point j'étais habituée à bourrer mes journées de 7 h 00 à 1 h 00 du matin. Tout le temps en train de faire un truc. 

Et le soir, en rentrant, je me suis dit que cette journée m'avait fait un bien fou. J'aurais pu caser deux interviews dans mes moments de flottement, tant pis, ce sera pour une autre fois, flotter, c'est important.
Modèle dessiné par Daniel Wiil-Harris

Slow Watches, le site officiel.

stelda

10 commentaires:

  1. C'est si vrai - on court après le temps !
    Pendant notre cours de gym, nous aimons bien voir avancer l'aiguille, nous savons que notre souffrance sera bientôt terminée. Après par contre, il faudrait arrêter à la regarder, reprendre son souffle pour apprécier chaque instant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cours de gym est une exception, en effet :)

      Supprimer
  2. C'est tellement, mais tellement ca.
    Comme s'il y avait urgence à remplir le vide laissé par le temps laissé "libre". Libre d'occupations et de performance.
    Comme si on craignait que ce vide nous laisse en face de nous même. Comme si on appréhandait de s'ennuyer de notre propre compagnie, et de se rendre compte de notre incomplétude.
    Bref, ne rien faire et prendre le temps ... ca s'apprend.
    Et je n 'en suis qu'au début de cet apprentissage.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, c'est tout à fait ça. On est dans l'urgence du "faire". Bon apprentissage, Neige, tu verras, on s'y fait très vite :)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne cours pas après le temps car en fait je passe la plupart de mon temps au magasin. quand je suis à la maison, je veux savourer mon temps libre.

    RépondreSupprimer
  5. Tellement précieux de ne rien faire... en fait, tout est aux aguets, les yeux, les oreilles, le cerveau plus ralenti, c'est fou le nombre de choses qui se passent quand on s'arrête !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement! Et on ne l'apprend plus aux enfants. Ils doivent tout le temps "faire", les pauvres. Alors qu'ils font tellement en observant, en jouant, en s'ennuyant...

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup la montre Past Present Future.
    Toute une philosophie....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une jolie façon de réinventer le temps.

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox