Une révolution marketing : Bel Air


Bel Air, c'est une marque moyen de gamme, née en 1985 dans le Sentier, ce quartier de Paris qui a enfanté beaucoup d'enseignes françaises : Morgan, Naf Naf, Kookaï, Bash, Les Petites, Sandro, Maje...

Et voilà qu'il y a quelques mois, son fondateur, Eric Sitruk, a eu une idée géniale pour résoudre plusieurs questions d'un coup :

  1. Redonner au vêtement un prix cohérent
  2. Diminuer les frais de transports
  3. Eviter les coûts et les pertes d'un stock trop important
  4. Attirer de nouvelles clientes
  5. Augmenter les ventes

Comment ? En rapatriant 50 % de sa fabrication en France. Et en baissant les prix des vêtements de 35 %. Oui, vu comme ça,  la démarche semble étrange. En réalité, elle est juste logique. 

Beaucoup de clientes n'achètent du moyen de gamme que pendant les soldes. Bel Air a donc décidé de baisser ses prix, pour être plus accessible. En contrepartie, la marque arrête les promos et les réductions hors périodes de soldes. Une façon de rappeler le juste prix d'un vêtement.

En raccourcissant son circuit de fabrication, la marque économise aussi sur des frais de douanes, de transports et peut fabriquer en plus petite série. Moins d'immobilisation de trésorerie et de risques d'invendus (et moins de pollution aussi). 

C'est hyper gonflé. En fait, c'est inverser plusieurs dogmes actuels du marketing de la mode, en particulier le fameux "prix de perception". Dans la mode, le premier truc qu'on te dit quand tu lances ta marque, c'est "Pensez perception de prix", soit, en langage normal : "Vendez vachement cher pour que les gens croient que ça vaut cher, donc que c'est beau, donc qu'il faut l'acheter". Le raisonnement, peut-être valable dans les années 90 (personnellement, il m'a toujours mise hors de moi), montre aujourd'hui ses limites. Il a même engendré dégoût et méfiance chez beaucoup d'entre-nous et Bel Air choisit la stratégie inverse : parler à la réflexion des consommateurs, parier sur leur intelligence et proposer un deal gagnant-gagnant. Une démarche qui, en prime, est plus responsable socialement et écologiquement. Elle est pas belle, la vie ?


collection été 2015


stelda

21 commentaires:

  1. oui, l'Anti Zadig et Voltaire, quoi! (Z&V= plus c'est cher, plus c'est IN mais plus ça bouloche!!! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou encore l'anti The Kooples (plus c'est cher, plus c'est IN et plus c'est mal coupé et plus la qualité est mauvaise).

      Supprimer
    2. @ Jicky : Z&V est devenu le symbole du pire...

      @ Gweny : j'avoue adorer le style The Kooples. Je me fais violence pour ne plus aller chez eux depuis 4 ans.

      Supprimer
  2. J'adhère à fond à cette démarche et j'ai toujours bien aimé les collections de Belair. Maintenant, je sais où je vais faire mes prochains achats!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai souvent craqué sur leurs tops et leurs chemisiers ;)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. C'est même hyper culotté! J'espère que les clientes comprendront la démarche : c'est tellement difficile de quitter les schémas auxquels on est habitué...

      Supprimer
  4. Une démarche à laquelle je suis hyper sensible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant, ça ne m'étonne pas :)

      Supprimer
  5. Je ne suis jamais entrée dans une boutique Bel-Air, mais ton article a titillé ma curiosité. Je m'en vais de ce pas jeter un petit coup d’œil à leur site internet...

    Bon, finalement, il n'y a pas de boutique dans la métropole lilloise, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont aussi des corners, et ils sont distribués en multimarques. Il me semblait avoir vu une boutique Bel Air dans le Vieux Lille mais j'ai peut-être rêvé.

      Supprimer
  6. Je vais sans doute regarder la marque d'un oeil différent maintenant ! Merci Stelda pour cet article si pertinent une fois encore !

    RépondreSupprimer
  7. Du coup, nous allons y jeter un coup d'oeil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que je souhaite, c'est que d'autres marques leur emboîtent le pas!

      Supprimer
  8. Ah oui effectivement c'est original comme démarche! Les prix de la collection été sont les nouveaux ou anciens prix? Parce que 139€ un haut ce n'est pas ce que je qualifie d'abordable pour ma part. Mais si c'est fabrication française, ça se justifie contrairement aux prix des ZV ou autres made in India ou China.

    Bisou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'ils ont baissé les prix sur tout. Je sais que c'est déjà le cas pour les jeans, par exemple, qui sont autour de 70 euros, je crois. Bisous :)

      Supprimer
  9. J'aime bien cette marque, mais pour mon budget d'étudiante, c'est un peu trop cher... :s

    XOXO LOVE

    Noé
    http://lepetitmondedenoemie.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que ça reste des prix moyen de gamme mais au moins, ils sont 3 fois moins chers que Ba&sh ou Maje :D.
      Bises,

      Supprimer
  10. Cela me plait bien cette démarche, une autre façon de penser le commerce
    Maitriser la production et baisser les prix, pas mal du tout
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les clientes le réclament depuis des années, il fallait oser sauter le pas. Reste à savoir si elles suivront, je le souhaite pour Bel Air qui prend un risque. Gros bisous

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox