Les créatrices de demain

Fin mai, les étudiants en stylisme de mode de la Parsons Paris ont présenté leurs projets de fin d'année.

Quatre projets m'ont particulièrement plu. Chaque créateur explique sa démarche.

Lindsay WALSH/Etats-unis/@_lindsay_walsh - https://instagram.com/_lindsay_walsh/
Pétrifié. "Cette collection explore les deux sens du mot : être tellement effrayé que l’on ne peut pas bouger, se transformer en pierre. Cette collection interroge la notion de vulnérabilité et de défense, combinant du cuir végétal modelé à la main avec des pièces (de crin ?) découpées au laser."

Photo credits: photographer: Anna Dabrowska, model: Cornelia Raviot, hair/make-up: Jay Kwan, stylist: Chiara Chinigioli

Un vrai coup de coeur pour la grâce des coupes et la douceur du camaïeu de couleurs chair. L'alliance du cuir et de la toile est très originale. 


Fragment/Fragmenté. "La compilation de morceaux isolés sous une forme pré- existante. Le souvenir fragmenté d'un rêve sombre. Pas entièrement visualisé, juste entrevu par flash. Des silhouettes sculpturales contrastées, constituées de cuir fluide associé à de la soie, le tout cousu main."
Photo credit: photographer: Efisio Marras, model: Maria Silchenko, makeup/hair: Michèle Anderhub 



Encore un mélange cuir et de tissu mais beaucoup plus technique, avec des cuirs plus ou moins rigides et de la soie. Deux matières très difficiles à coudre ensemble et qui ne laissent aucune marge d'erreur au couturier. Autour du noir, le jeu de matières est toujours efficace. 


Erika CHONG/Canada/@erikachong - https://instagram.com/erikazchong/
Soulagement. "Sa présence sera remarquée et son fardeau souligné ; malgré tout  elle va marcher avec fragilité et grâce, elle est impuissante mais toujours belle. Une collection pour Le Comité international de secours aux militaires blessés (The International Relief Committee for the Wounded)  cherchant à donner du confort aux femmes qui donnent du réconfort."

Photo credit: photographer: Vincent Sadoul, model: Liz Hing, make-up: Elisa PM

Camaïeu encore, mais avec des blancs. La créatrice les a joliment animés par des volumes légers, simples, naturels.


Emanuela POTORTI/Italie/ @emanuelapotorti - https://instagram.com/emanuelapotorti/ 
Explorer les coïncidences. "Toutes les coïncidences ne seraient qu’une forme de concordance, l’expérience d’événements qui devraient être sans rapports et qui pourtant apparaissent porteurs de sens. Fortement axé sur les mélanges des tissus et la superposition des couches, afin de créer un effet qui casse la linéarité des silhouettes."

Photo credit: Photographer: Vincent Sadoul, make-up artist: Elisa P.M, model: Carolie Erischsen
Des silhouettes plus décontractées, presque streetwear, et j’ai trouvé cette démarche justement intéressante.


stelda

9 commentaires:

  1. Dans les collections que tu montrent, il y a une vrai recherche sur les coupes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, particulièrement dans les 3 premières collections.

      Supprimer
  2. Je sens comme un gout particulier pour les cuirs mélangés! :)
    De mon coté, j'adore les silhouettes longues et les tailles peu marquées, c'est tout ce dont j'ai envie en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plaide coupable. C'est surtout très casse-gueule à coudre, j'admire les risques pris par les deux jeunes stylistes.

      Supprimer
  3. Super joli ! j'aime encore plus la dernière créatrice ;)

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi faut-il que les créateurs intellectualisent autant les collections? (ex:"Fragment/Fragmenté:Le souvenir fragmenté d'un rêve sombre. Pas entièrement visualisé, juste entrevu par flash"). Ouf...
    Les vêtements proposés, par ailleurs très beaux, se suffisent à eux-mêmes, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question, en effet, que je poserai à l'un d'entre eux.
      En création, tu pars d'une idée, d'une envie et je pense qu'ils souhaitent l'expliquer. Ne pouvant pas les interviewer, j'ai trouvé plus honnête de leur laisser quand même la parole de cette façon.

      Supprimer
  5. Je ne connais rien mais rien à la mode (raison de ma venue sur ce blog ). J'aime bien ce qui est montré de la dernière collection. C'est vrai qu'il y a une intellectualisation peut-être exagérée. Perso, ça m'aide un peu à comprendre. Ca me ferait penser à l'art abstrait où sans la parole de l'artiste, il est difficile de comprendre l'oeuvre. L'avantage des vêtements, c'est en effet qu'ils sont tout de même plus concrets et que le message est sûrement moins nécéssaire. Autant suis pas fan de l'art abstrait, autant je trouve (en tant que newbie) que le message accompagnant les collections ajoute un quelque chose.

    RépondreSupprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox