L'élégance de la Sape

Photo Hector Mediavilla Sabaté, Colors Magazine
Le jour où, grâce à Télé Matin, j'ai découvert la Sape, j'ai failli faire une crise cardiaque. Oscar Wilde, te re voilà! Le dandysme n'est pas mort.

La mode, on est d'accord, c'est superficiel, futile, gratuit (bien qu'onéreux). Mais c'est aussi un mode d'expression, c'est la mise en scène de notre apparence, la révélation de notre personnalité. En ce sens, un modeux ou une modeuse est un artiste. Et sa tenue est une performance.

La Sape est née au Congo-Brazzaville pendant la colonisation. Le terme désigne à la fois le vêtement et un cercle, la Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes. Dans les années 70, les sapeurs utilisent leurs armes, le vêtement, pour investir l'espace social en s'appropriant les codes de l'élite. C'est un manifeste. Ils clament leur existence à la face des hommes politiques enivrés de leurs nouveaux pouvoirs. Le mouvement s'affaiblit durant la guerre civile, puis renaît. Selon certains sociologues congolais, la Sape a fortement contribué à renouer le lien entre les diverses communautés écartelées par la guerre civile. 



La Sape ne peut pas laisser indifférent. Elle exaspère ou elle fascine. Un jour, j'ai croisé un Sapeur à Caen. Il m'a fascinée. Il portait un costume de velours écarlate doublé en léopard, accessoirisé d'une canne à pommeau sculpté et des plus belles chaussures anglaises que j'ai jamais croisées dans la rue. Il était sublime. Et sa démarche ! On aurait dit un roi. Et c'en était un. On sentait qu'il avait conscience de sa valeur, qu'il se sentait unique. 

La Sape, c'est une philosophie, un acte politique et un courant esthétique. Comme le dandysme, c'est une osmose entre l'être et le paraître. 

« Le Dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir » - Baudelaire

Les sapeurs sont dans une perpétuelle quête de perfection. Dans leurs tenues, mais aussi dans leur maintien. Le Sapeur est d'abord un gentleman. Il ne se bat jamais, parle posément, est serviable, se démène pour instaurer une bonne ambiance... Le gendre idéal! C'est en cela que ce mouvement m'a touchée. Le Sapeur, comme le Dandy, est au-delà de la futilité. Dans un pays qui a souffert, au milieu des difficultés économiques, sociales, de la corruption et de la violence, le Sapeur choisit de se battre pacifiquement. 

Il utilise son apparence pour proclamer : je ne suis peut-etre pas riche, mais j'ai de la classe. Je sais me présenter, je prends soin de moi, j'ai du goût, des connaissances. Et pour les sapeurs, un bon sapeur doit également s'instruire pour être respecté par la société. Ils veulent, comme la Marchesa, "faire de leur vie une oeuvre d'art".

Cette passion se transmet de génération en génération. Le sapeur connait toutes les formes de cols, maitrise le noeud paillon et la lavallière, marie avec art la doublure de son gilet à ses chaussettes. Il connait le nom de chaque tissu, chaque fil, chaque imprimé. On ne lui fait pas prendre un pied-de-poule pour un Prince-de-Galle.  


La Sape est une religion. Elle a ses grands prêtres, ses dogmes, ses manifestations (les "ambiances", de grands défilés dans les rues). Et celui qui transgresse les codes par sa tenue ou son attitude est banni.

Cette passion est tellement codifiée qu'elle renie sa petite soeur, la Sapologie, qui fait grincer des dents les puristes de la Sape. Ils jugent les Sapologues trop tape à l'oeil. 


Un Sapeur et un Sapologue ne se mélangent pas. Le Sapologue choque le Sapeur par des audaces improbables, le jaune vif mélangé au noir ou au violet, le rouge mélangé au mauve, etc. L’un de ces « sapologues » s’est même surnommé « l’Anglais aux couleurs éclatées ». Une absurdité.pour le Sapeur. Car « La Sape » tire l’une de ses magnifiques sources dans le classicisme anglais ou la bourgeoisie française et le sapeur y tient. Oui, dans tout art il y a des règles à respecter. Or « La Sapologie » (plus proche des courants fashion) bafoue celles de « La Sape », la vidant de son essence... Pour le Sapeur, le sapologue est une cagole. Comme Paris Hilton quand elle singe Audrey Hepburn. 

Je ne me permettrais pas de prendre parti, je ne suis pas assez compétente sur ce mouvement. 

Pour aller plus loin : la Sapologie

Photo Hector Mediavilla Sabaté, Colors Magazine

stelda

8 commentaires:

  1. Je suis contente de faire découvrir cet esprit hors norme!

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article, j'apprends pleins de choses grâce à ta culture/connaissance de la mode et son histoire.
    Enfin un site qui n'est pas qu'un rapport sur les nouvelles tendances, et cette façon dans ton style de nous le rapporter. Passionnant.

    Biz

    ArtReizhan

    RépondreSupprimer
  3. Chut, tu n'es pas objective ;-)) Mais c'est moi qui te remercie! biz, ArtReizhan

    RépondreSupprimer
  4. Oui super article. Moi aussi je veux en croiser des sapeurs. T en connais a Tours ?

    RépondreSupprimer
  5. hélas, non! Je n'en ai vu qu'à Caen et Paris.

    RépondreSupprimer
  6. Article haut en couleur! Je suis tombé dessus en cherchant des infos sur la nouvelle exposition S.A.P.E d'Hector Médiavilla à la Galerie La Petite Poule Noire (Paris 11e). Peut-être y serez-vous? Samedi 19, la galerie organise une séance photos avec accessoires pour les visiteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher FB, merci beaucoup pour l'information : je la fais tourner tout de suite! Hélas non, je ne pourrais pas y aller. Mais vraiment, je regrette : les photos d'Hector Mediavilla sont fabuleuses!

      Supprimer

Des difficultés pour laisser un commentaire ? Passez sous Safari ou Firefox